La Maison-Blanche envoie des armes à des milices kurdes

Des membres des Unités de protection du peuple kurde (YPG) prennent position, près de la ville de Hassaké (Syrie) pour combattre l'EI, le 16 juillet 2015. (AFP/Youssef Karwashan)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des membres des Unités de protection du peuple kurde (YPG) prennent position, près de la ville de Hassaké (Syrie) pour combattre l’EI, le 16 juillet 2015. (AFP/Youssef Karwashan)

Le président Donald Trump a approuvé la fourniture d’armes aux milices kurdes YPG qui combattent le groupe État islamique en Syrie, a déclaré un responsable américain.

Ces milices sont considérées par la Turquie comme «terroristes».

Le financement «pour fournir une aide aux YPG a été approuvé», a déclaré le responsable américain, qui n’a pas souhaité être nommé. «L’approbation prend effet immédiatement mais les délais pour les livraisons d’armes sont à préciser», a-t-il ajouté.

Ce responsable américain n’a pas révélé le type d’armes qui seront ainsi fournies et qui seront utilisées pour tenter de reprendre Raqa, le bastion, situé en Syrie, de l’organisation État islamique(EI).

Cette décision de Washington en faveur des milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple kurde), la principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes contre les djihadistes, va à coup sûr provoquer la colère des Turcs.

Ankara considère en effet les YPG comme l’extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation séparatiste qui livre une sanglante lutte armée aux autorités turques depuis 1984 et qui est classée «terroriste» par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Quelques heures avant l’annonce sur la fourniture d’armes aux YPG, le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis avait déclaré à Copenhague que les États-Unis allaient associer la Turquie aux opérations militaires pour reprendre Raqa.