Les forces irakiennes ont repris près de 90% de Mossoul-Ouest

Des forces irakiennes du contre-terrorisme avancent dans les rues de Mossoul, le 12 mars 2017(AFP/AHMAD AL-RUBAYE)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des forces irakiennes du contre-terrorisme avancent dans les rues de Mossoul, le 12 mars 2017(AFP/AHMAD AL-RUBAYE)

Les forces irakiennes ont repris près de 90% de Mossoul-Ouest au groupe État islamique (EI), a indiqué lundi un porte-parole, se rapprochant ainsi d’une reconquête totale de la deuxième ville d’Irak dont elles contrôlent déjà la partie orientale.

L’EI contrôle encore « 10,5% de (…) la rive droite » du fleuve Tigre qui coupe la ville en deux, a indiqué le général Yahya Rassoul, porte-parole du commandement des opérations conjointes des forces irakiennes lors d’une conférence de presse à Bagdad.

La rive droite représente la partie occidentale de la ville.

Les forces irakiennes appuyées par une coalition internationale antidjihadistes conduite par Washington ont lancé le 17 octobre une vaste offensive pour chasser les djihadistes de l’EI de leur fief de Mossoul, dans le nord de l’Irak.

Fin janvier, elles se sont emparées de la partie orientale de la ville. Le 19 février, elles ont lancé un assaut sur la partie ouest, densément peuplée et qui comprend notamment la vieille ville avec des rues étroites compliquant leur progression.

Selon M. Rassoul, les djihadistes ne contrôlent plus qu’une poignée de quartiers dans la zone de la vieille ville, même s’ils opposent une farouche résistance.

« Plus de 300 véhicules piégés ont été détruits par les frappes de la coalition à Mossoul », a indiqué le porte-parole de la coalition, le colonel John Dorrian.

Quelque 250.000 civils seraient encore coincés à Mossoul-Ouest, tandis qu’environ 500.000 personnes ont été déplacées par les combats.

Jeudi dernier, près de 20.000 personnes avaient fui l’ouest de Mossoul en un seul jour, le chiffre le plus élevé sur une seule journée depuis le début de l’offensive, selon le Conseil norvégien pour les réfugiés.

Les forces irakiennes accusent les djihadistes de tenter de se servir des civils comme des boucliers humains.

Selon des témoignages recueillis par l’AFP, des habitants commencent également à souffrir de la faim en raison des combats.

L’EI, organisation extrémiste sunnite, s’était emparé de vastes territoires en Irak et en Syrie en 2014, mais elle a perdu beaucoup de terrain depuis dans ces deux pays. Mossoul est don dernier grand bastion urbain en Irak.