Libye: les rivaux Sarraj et Haftar se rencontrent à Abou Dhabi

Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont annoncé lundi 5 décembre avoir repris le contrôle total de Syrte à l'organisation djihadiste État islamique (EI), selon un porte-parole. (Archives/Mahmud Turkia/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj, le 8 janvier 2016 à Tunis. (Archives/FETHI BELAID/AFP)

Les deux principaux protagonistes de la crise en Libye, le chef du gouvernement d’union (GNA) Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, se sont rencontrés mardi à Abou Dhabi, a rapporté l’agence loyale aux autorités de l’est libyen.
—–
Mise à jour 03/05/2017 à 15h42

Après plus d’un an de blocage politique, les deux principaux protagonistes en Libye ont opéré un timide rapprochement en s’accordant sur la nécessité de sortir le pays du chaos sans pour autant déterminer les moyens d’y mettre fin.

Dans deux communiqués distincts publiés mercredi, les deux hommes ont souligné la nécessité de régler la crise économique et politique et « d’unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme et mettre fin aux souffrances des Libyens ».

Cependant la question de la formation d’une armée libyenne unifiée semble toujours diviser les deux camps.

—–

Le maréchal Haftar dirige les forces armées des autorités basées dans l’est du pays, rivales du GNA, gouvernement adoubé par l’ONU et installé à Tripoli (ouest).

Il s’agit de la deuxième rencontre entre les deux hommes, après celle qui avait eu lieu peu en janvier 2016 peu après la désignation de M. Sarraj à la tête du GNA.

« Le maréchal Khalifa Haftar a rencontré mardi matin (…) Fayez al-Sarraj à Abou Dhabi grâce à une médiation internationale et arabe », a indiqué l’agence.

Le maréchal Haftar « avait quitté la Libye lundi soir pour effectuer une visite officielle aux Emirats Arabes Unis » à l’invitation de son homologue émirati, selon cette même source.

D’après la chaine de télévision libyenne « 218 », les deux rivaux ont posé pour les photographes avant de s’entretenir « à huis clos ».

Le général dissident Khalifa Haftar (WikiCommons)
MM. Sarraj et Haftar devaient se retrouver à la mi-février au Caire, à l’initiative de l’Egypte, pour tenter de négocier des amendements à l’accord politique interlibyen signé en décembre 2015 sous l’égide de l’ONU et aux termes duquel le GNA a été créé.

Cet accord ne prévoyait aucun rôle pour M. Haftar, dont les forces contrôlent une grande partie de l’est de la Libye. Mais le maréchal controversé s’est imposé comme interlocuteur incontournable après s’être emparé des principaux terminaux pétroliers du pays.

Après la rencontre avortée du Caire, que M. Sarraj avait imputée à M. Haftar, le chef désigné du GNA avait jugé qu’une « occasion précieuse » avait été manquée pour trouver un « début de solution à l’état de division et aux souffrances » des Libyens.

Depuis son entrée en fonction à Tripoli en mars 2016, le GNA n’est toujours pas parvenu à asseoir son autorité sur l’ensemble du pays.

Six ans après la révolte ayant mis fin à la dictature de Mouammar Kadhafi, la Libye reste engluée dans une interminable crise de transition, victime d’une insécurité persistante, d’une économie en lambeaux et de rivalités politiques incessantes.