Op LENTUS 17: la situation s’aggrave, le nombre de militaires passent de 400 à 1 200

Le lieutenant-colonel Pascal Larose, directeur des opérations de la 2e Division du Canada et M. Éric Houde, Directeur des opérations de la sécurité civile du Québec ont donné un point de presse dimanche matin à Montréal sur la situation alors que les inondations s'aggravent et qu'un pic attendu lundi ou mardi. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le lieutenant-colonel Pascal Larose, directeur des opérations de la 2e Division du Canada et M. Éric Houde, Directeur des opérations de la sécurité civile du Québec ont donné un point de presse dimanche matin à Montréal sur la situation alors que les inondations s’aggravent et qu’un pic attendu lundi ou mardi. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Au vu de la situation actuelle, alors que la crue des eaux devrait connaitre un sommet au cours des prochaines heures en raison de la pluie qui doit de nouveau s’abattre dimanche sur la plupart des régions touchées, 800 militaires de la 2e Division du Canada s’ajoutent aux 400 déjà sur le terrain, viennent ont annoncé aujourd’hui les autorités.

Des membres du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada aident les volontaires et les autorités civiles à remplir des sacs de sable à Nicolet (Québec) pendant OPLENTUS17 samedi 6 mai 2017 (Cpl Nathan Moulton/Service d’imagerie Valcartier)

Les 800 militaires additionnels sont déployés dans le corridor Gatineau – Trois-Rivières et s’ajoutent aux membres déjà sur place du 12 RBC et du 5 RALC déjà déployés dans les zones de Saint-Jean‑sur‑Richelieu, Shawinigan, Laval et Gatineau,. Plusieurs convois supplémentaires ont quitté la base de Valcartier dès aujourd’hui, faisant ainsi passer le nombre total de militaires à près de 1 200 d’ici la fin de la journée.

Déjà, en début d’après-midi partaient de Valcartier des éléments du 1er bataillon du R22eR et du 2e bataillon du R22eR. Le premier pour se diriger vers Laval où un certain nombre sont déjà arrivés au moment où nous écrivons ses lignes, et le second vers Saint-Jean-sur-Richelieu.

Il a aussi été décidé aujourd’hui d’activer le déploiement des réservistes. L’équivalent d’un Groupe bataillon territorial, 400 hommes, va être déployé rapidement, commandé par 34e Groupe brigade du Canada (34 GBC), la formation de la Réserve de l’Armée de la 2e Division du Canada situé à Montréal, le 35e GBC, situé à Québec, devant fournir pour sa part une compagnie au groupe.

Les troupes, ainsi que des ressources de l’aviation, des ressources du génie et 12 bateaux de la Réserve navale, sont déjà en position pour offrir du soutien et répondre aux besoins qui ont été déterminés en collaboration avec les partenaires civils.

En plus de préparer et de disposer des sacs de sable pour endiguer les eaux, les soldats effectuent de la surveillance, ce qui rassurera les résidents évacués qui craignaient d’être victimes de vols, a également précisé dimanche matin en point de presse le directeur des opérations de la 2e Division du Canada, le lieutenant-colonel Pascal Larose.

  • Les membres des Forces armées canadiennes accompliront, entre autres, les tâches suivantes :
  • Ils distribueront et rempliront des sacs de sable pour aider à solidifier les structures existantes et à protéger les infrastructures essentielles.
  • Grâce aux véhicules militaires, ils aideront les autorités civiles à maintenir la circulation sur les artères principales et à évacuer les citoyens en lieu sûr.
  • Ils effectueront des patrouilles de présence pour surveiller les infrastructures essentielles et assurer la sécurité des citoyens.
  • Ils procéderont au renforcement préventif des digues et des murs de protection des infrastructures essentielles comme les stations de traitement de l’eau et les ponts.

Ils sont  également prêts à aider les partenaires civils, notamment la Croix-Rouge canadienne qui offre des abris.

Des membres du 12e Régiment Blindé du Canada déchargent du materiel militaire au Régiment de Hull, Gatineau QC, afin de venir en aide aux régions innondées de l’Outaouais, dans le cadre de l’opération Lentus 17, le 6 mai 2017.(Cpl Gabrielle DesRochers/Forces Images)
Les pluies torrentielles alliées à la fonte des neiges ont provoqué le débordement des rivières, rendant la situation critique d’Ottawa à Montréal. Depuis Toronto et les rives du lac Ontario, jusqu’à plus de 500 km en aval du fleuve Saint-Laurent, le niveau des eaux a continué à monter samedi, et particulièrement au Québec.

Le pire est encore à venir, a alerté samedi le premier ministre québécois Philippe Couillard. « Les eaux vont encore monter au cours des deux ou trois prochains jours », a-t-il déclaré à l’issue d’une visite hier à Rigaud (50 km à l’est de Montréal), une localité inondée depuis plus d’une semaine.

La pluie continuait de tomber dru dimanche matin, forçant de nouvelles évacuations en prévention d’un pic attendu lundi ou mardi. Jusqu’ici, près de 1900 domiciles sont inondés dans 126 municipalités, plus de 1000 résidents ont été évacués, plus de 400 routes sont affectées.

On s’attend maintenant à ce que les précipitations puissent atteindre d’ici dimanche soir entre 90 et 125 millimètres et entraîner la montée des eaux à l’est de Montréal, ont mis en garde les services de secours.

« Le sol, déjà presque saturé, a des possibilités d’absorption limitées des eaux de pluie », s’est alarmé Environment Canada dans un bulletin d’alerte. « Même des eaux peu profondes et rapides traversant une route peuvent emporter un véhicule ou une personne », souligne le bulletin.

*Avec AFP