Op LENTUS 17: plus de militaires déployés ici que pour toutes les autres opérations dans le monde ensemble

0
Des membres du 5e Régiment de genie de combat transportent des sacs de sable afin de protéger une infrastructure à Rigaud dans le cadre de l’opération Lentus le 9 mai 2017. (Cpl Djalma Vuong-DeRamos/BAP 2 Div CA)

Ce sont près de 2 200 membres du personnel des Forces armées canadiennes qui ont été déployés jusqu’ici pour soutenir les citoyens du Québec dans les quatre régions les plus touchées, la Montérégie, l’Outaouais, la Mauricie et Montréal, ce qui représente plus de militaires déployés ici que pour toutes les autres opérations dans le monde combinées!
——

Mise à Jour 16/05/2017

Les Forces armées canadiennes ont terminé les opérations liées à la pose de sacs de sable. Les efforts des Forces armées se concentrent maintenant sur le soutien aux régions en matière de nettoyage des infrastructures critiques.

——

Mise à jour 15 mai 2017

Les opérations des Forces armées liées à la pose de sacs de sable et à la construction et la consolidation de digues diminuent et ont cessé dans certaines zones. Les patrouilles et les activités de surveillance des niveaux d’eau près des infrastructures critiques dans les zones touchées se poursuivent. Les membres des Forces armées à Gatineau ont commencé à aider à mener la phase initiale de récupération et de nettoyage, ce qui comprend le ramassage de sacs de sable.

—–

Mise à jour 12 mai 2017

L’effectif total s’élève au 12 mai à 400 personnes de plus, soit à environ 2 600 personnes, et les opérations liées à la mise en place de sacs de sable, à la construction et à la consolidation de digues, aux patrouilles et à la surveillance des niveaux d’eau dans les zones touchées se poursuivent.

—–

De ce nombre, même si ce chiffre peut varier d’un jour à l’autre, jusqu’à 600 peuvent être des réservistes, ces citoyens-soldats qui se sont enrôlés pour un service militaire tout en ayant un travail dans la vie civile.

À titre de comparaison, après l’opération LENTUS au Québec, les deux plus importantes opérations en cours, IMPACT au Moyen-Orient et REASSURANCE en Europe, ne mobilisent respectivement que 830 et 440 personnes, suivies par l’opération UNIFIER en Ukraine qui en mobilise, elle, 200.

À l’heure actuelle, plus de militaires sont donc déployés pour l’opération au Québec que pour toutes les autres opérations des Forces armées canadiennes ailleurs dans le monde mises ensemble, toutes les 12 opérations à l’extérieur ne mobilisant que 1 590 soldats au total, comparé aux 2 200 de l’opération LENTUS.

Depuis le 5 mai, les troupes, des ressources d’aviation et de génie, ainsi que douze embarcations de la Réserve navale, se sont rapidement mises en place pour offrir du soutien et répondre aux besoins dans cette opération de grande ampleur où réservistes et réguliers travaillent ensemble.

Les réservistes du GBT Montréal protègent une usine de traitement de l’eau à Pierrefonds

Des ingénieurs de combats provenant de divers unités manœuvrent un bateau remorqueur pour la constructions de ponts flottants à Pierrefonds, Québec dans le cadre de l’Opération LENTUS le 11 mai 2017. (Cpl Djalma Vuong-De Ramos)
Aujourd’hui, par exemple, débutait à 13h30 une importante opération visant à protéger une usine de traitement de l’eau dans le secteur de Pierrefonds.

Au moment d’écrire ces lignes, les militaires du GBT Montréal, après la phase de reconnaissance, avait réussi la phase II, l’établissement de la digue, et commençaient la troisième et dernière phase, le pompage de l’eau.

Quatre-vingt-véhicules, des blindés légers et des camions lourds, des chariots élévateurs pour les palettes de sacs de sable ont été impliqués dans cette opération où le Groupe-bataillon territorial Montréal effectue les travaux nécessaire au renforcement de la digue pour assurer la protection de l’usine en intervenant du côté de la rivière, à l’aide de grandes barges.

Près de 400 militaires ont œuvré à cette opération, en majorité des réservistes du 34 GBC, mais aussi des ingénieurs du 35 GBC et des réguliers, membres du 2e R22eR.

Pour donner une idée de l’ampleur de ce travail, les membres du GBT Montréal auront à eux seuls pour cette opération manipulés pas moins de 26 000 sacs de sable, soulignait aussi à 45eNord.ca le capitaine Pierre Leblanc du 34e Groupe-brigade du Canada.

Et c’est comme ça à l’échelle de toutes les régions touchées où les Forces armées accomplissent les tâches nécessaires à la sécurité de leurs concitoyens.

Le NCSM Montréal en Mauricie

Le NCSM Montréal (336), de la Marine royale canadienne, arrive au port de Trois-Rivières en support à Opération LENTUS 17-03 à Trois-Rivières, Québec, le 11 mai 2017. (Sgt Marc-André Gaudreault/Service d’imagerie Valcartier)

En Mauricie, la frégate de la Marine royale canadienne NCSM Montréal est arrivé à Trois-Rivières vers 7h00 ce matin. Environ 160 membres de l’équipage du navire se sont alors joints aux troupes déjà sur le terrain, principalement le 5e Régiment d’artillerie légère du Canada, dans le but de soutenir les habitants de cette zone particulièrement touchée où les prochains jours s’annoncent particulièrement difficiles.

Les dernières prévisions font état de 30 à 45 millimètres de pluie dans le Haut-Saint-Maurice et de 45 à 60 millimètres dans le Bas-Saint-Maurice devant entraîner une hausse des niveaux d’eau pour toute la région jusqu’au milieu de la semaine prochaine et des débordements de la rivière Saint-Maurice.

Le NCSM Montréal devait initialement se rendre dans sa ville éponyme pour célébrer le 375e anniversaire de la ville de Montréal, mais, en raisons des inondations et du nécessaire soutien des Forces armées canadiennes aux citoyens dans les circonstances, l’ensemble de la programmation pour les activités militaires du 375e anniversaire a été annulé, seule la participation militaire au défilé prévu le 17 mai prochain, étant maintenue… pour le moment.

L’Aviation royale canadienne a déployé pour sa part un CH-147F Chinook du 450e Escadron tactique d’hélicoptères basé à Petawawa, quatre CH-146 Griffon du 430e Escadron tactique d’hélicoptères basés à Valcartier, un du 438e Escadron tactique d’hélicoptères basé à Saint-Hubert et un du 439e Escadron de soutien au combat basé à Bagotville.

Les Forces armées canadiennes continuent donc à aider les équipes de sécurité civiles et municipales déjà sur place en effectuant diverses tâches, comme

  • distribuer et remplir des sacs de sable pour aider à solidifier les structures existantes et à protéger l’infrastructure essentielle;
  • utiliser des véhicules militaires pour aider les autorités civiles à assurer la circulation sur les artères principales et à évacuer les citoyens vers des zones sécuritaires: effectuer des patrouilles pour surveiller l’infrastructure essentielle et assurer la sécurité des citoyens;
  • renforcer les digues et les murs pour protéger l’infrastructure essentielle comme les usines d’épuration des eaux et les ponts.

Les Forces armées canadiennes sont aussi prêtes à aider leurs partenaires civils, comme la Croix-Rouge canadienne, pour ce qui est d’offrir des abris.

Les militaires resteront le temps qu’il faudra

Un CH-147 Chinook du 450e escadron tactique d’hélicoptères, déployé dans le cadre d`Opération LENTUS, débute sa montée pour aller distribuer des sacs de sable aux sinistrés des zones inondées, le 10 mai 2017. (Mat3 Anne-Marie Brisson/Section d’imagerie St-Jean/Montréal)

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a indiqué clairement hier que les troupes des Forces armées canadiennes resteront tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec le jugera nécessaire, ouvrant ainsi la porte à ce que les soldats participent aux opérations de nettoyage des quartiers inondés.

Lors des inondations de 2011 à Saint-Jean-sur-Richelieu, les autorités municipales avaient déploré le départ rapide des 800 soldats après que les eaux se soient retirées. Le premier ministre québécois Philippe Couillard avait exprimé le souhait, durant la période de questions à l’Assemblée nationale, qu’Ottawa accepte de maintenir les troupes dans les régions touchées afin de participer à la lourde corvée de nettoyage qui suivra le retrait des eaux

En point de presse, le ministre Sajjan a déclaré que les troupes canadiennes « sont toujours rapidement déployés sur les lieux et elles quittent les lieux lentement ».

« Toute décision en ce qui concerne le retrait des soldats sera prise en concertation avec le gouvernement provincial, les gens qui sont sur le terrain et aussi de concert avec le ministre (de la Sécurité publique Ralph) Goodale. Nous voulons nous assurer que toutes les ressources nécessaires soient là pour répondre aux besoins. Nous allons les retirer quand elles ne seront plus nécessaires », a assuré le ministre de la Défense.

Quant à la facture, le premier ministre canadien Justin Trudeau a confirmé que le gouvernement fédéral va payer pour les coûts liés aux Forces armées pour les inondations.

Même si le pire est passé, Urgence Québec prévoit que le retour à la normale sera lent.

« Le niveau d’eau des rivières des Outaouais, des Prairies, des Mille-Îles et du lac des Deux-Montagnes est en baisse. Cette baisse sera très lente et les niveaux d’eau vont demeurer au-dessus des seuils d’inondation plusieurs jours.

Le fleuve Saint-Laurent, au niveau du lac Saint-Pierre, est en inondation moyenne et son niveau d’eau est en hausse. La pointe de crue est prévue entre le 11 et le 12 mai.

Le niveau de la rivière Saint-Maurice est très élevé, mais en baisse. Dépendamment des endroit, les seuils de surveillance ou d’inondation mineure sont atteints. La pluie prévue en fin de semaine aura toutefois pour effet d’augmenter son débit, pour atteindre une pointe de crue entre le 15 et le 17 mai. »

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.