Opération LENTUS 17: le déploiement des militaires au Québec a été complété avec succès

109
Les membres du 12e Régiment blindé du Canada aident à la population durant les inondations, en procédant à une évacuation de résidents à la Ville de Rigaud, Qc, le 7 mai 2017 dans le cadre de l’Opération Lentus. (Caporal Myki Poirier-Joyal, Section d'imagerie St-Jean/Montréal)
Temps de lecture estimé : 6 minutes
Des membres du 12e Régiment blindé du Canada aident la population durant les inondations, en procédant à une évacuation de résidents à la Ville de Rigaud, le 7 mai 2017 dans le cadre de l’Opération Lentus. (Caporal Myki Poirier-Joyal, Section d’imagerie St-Jean/Montréal)

Les ministres Ralph Goodale et Harjit Sajjan ont confirmé ce matin que les Forces armées canadiennes ont déployé environ 1 200 personnes au cours du dernier week-end, avec 300 autres personnes qui devaient arriver très rapidement dans les heures à venir, plus environ 150 membres du personnel de soutien pour soutenir les troupes.
—–
Mise à jour 09/05/2017 à 7h33

Le Chef d’État-major de la défense, le Général Jonathan Vance sera aujourd’hui sur le terrain en compagnie du leadership de l’opération LENTUS. Il visitera trois sites, Pierrefonds et Rigaud ce matin, et Gatineau ce midi pour rencontrer les troupes et être témoin des efforts.

à 8h 57

Le premier ministre canadien confirme que le gouvernement fédéral va payer pour les coûts liés aux Forces armées pour les inondations.

—–

Les militaires déployés viennent en aide à leurs partenaires civils, « les pompiers, la police, les ambulanciers paramédicaux et d’autres personnes qui travaillent sans relâche à faire en sorte que tout le monde franchisse les inondations en toute sécurité. »

À l’heure actuelle, les militaires ont déployé l’aviation, des soldats du génie, ainsi que 12 bateaux de la Réserve navale dans quatre régions du Québec: Saint-Jean-sur-Richelieu, Shawinigan, Laval et Gatineau.

« Nos membres des Forces armées canadiennes remplissent des sacs de sable pour protéger les infrastructures essentielles, en utilisant des véhicules militaires pour aider les autorités civiles à maintenir le trafic sur les routes principales et à renforcer les digues et les murs autour des infrastructures essentielles, comme les stations de traitement d’eau et les ponts », a souligné le ministre Sajjan.

Les Forces armées canadiennes fournissent aussi des abris et d’autres équipements à la demande de leurs partenaires civils.

« Je veux commencer par dire qu’il est encourageant de voir les Canadiens s’unir pour soutenir ceux qui font face à la perte de leurs maisons lors de cette crise », a déclaré le ministre de la Défense Harjit Sajjan lors d’un point de presse à la sortie de la Chambre des Communes sur l’aide fédérale liée à la situation d’inondations en compagnie du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, et du whip en chef du gouvernement, Pablo Rodriguez.

« Comme a déclaré mon collègue, le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, la province de Québec mène des efforts pour aider les citoyens tout au long de cette crise. Ils font un travail extraordinaire et les Forces armées canadiennes sont prêtes à les aider de toutes les manières nécessaires », a conclu le ministre de la Défense.

Sur le terrain, le brigadier-général Hercule Gosselin, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est), responsable des Forces armées dans toute la province de Québec, a annoncé aussi que les effectifs de l’op LENTUS en aide aux autorités civiles passeraient de 1200 à 1650.

Sur les 1650 militaires déployés, 550 sont dans la région de Montréal, a précisé à 45eNord.ca  la lieutenant de vaisseau Delphine Bonnardot, responsable des relations médias pour l’opération, tandis que, du côté de la réserve, le capitaine Pierre Leblanc, porte-parole du 34e Groupe-brigade du Canada, nous confirmait pour sa part la réponse enthousiaste des réservistes de la 2e Division, alors que l’objectif de réunir un GBT (Groupe bataillon territorial) était atteint malgré la crainte de ne pas avoir assez de volontaires en raison, notamment, de la fin de session universitaire pour nombre d’entre eux.

https://youtu.be/C0mQRsqi2_E

Aide fédérale: l’heure n’est pas à discuter de la facture, dit Ottawa

Le gouvernement fédéral a répondu immédiatement à la demande d’aide fédérale de la province de Québec, a tenu à rappeler pour sa part le ministre Goodale. « Cette demande est venue vendredi après-midi lorsque j’ai parlé avec le ministre Coiteux. Cette demande comprend: la protection de l’infrastructure critique, des maisons et des routes d’accès; aider les autorités civiles à localiser et évacuer les personnes; fournir une assistance logistique dans la fourniture de l’aide humanitaire; et planifier et coordonner les efforts de secours auprès des autorités provinciales » , a-t-il déclaré, soulignant au passage que, jusqu’ici, il y avait eu 1 520 personnes évacuées dans la province de Québec.

Au cours du weekend, a tenu à préciser le ministre canadien de la Sécurité publique, son collègue des Transports, Marc Garneau, a aussi avisé les navires qui utilisaient la voie maritime du Saint-Laurent dans la province de Québec que l’action des vagues le long du rivage pourrait être particulièrement dommageable et qu’ils devaient se conduire de manière à minimiser l’action des vagues qui compliquerait la situation des inondations sur terre.

En outre, a fait savoir le ministre Goodale, l’Agence canadienne des services frontaliers a mis des actifs à disposition, en particulier à Rigaud, où elle possède un établissement de formation, pour aider évacués locaux, dont environ 40 sont maintenant hébergées dans le Collège de formation de l’ASFC dans cette ville.

Après un déploiement réussi des Forces Armées canadiennes et alors que la crue des eaux connaîtra en milieu de semaine son apogée et que, par la suite, tout commencera à rentrer dans l’ordre, certains se demandent déjà qui va « ramasser la facture ».

« Il y a pas eu de discussion pour l’instant au niveau de la facture. Ce qui est important, ce qui est absolument prioritaire pour nous c’est de s’assurer que les troupes soient sur le terrain pour venir en aide aux personnes qui en ont vraiment le plus besoin. Il y a une priorité et une seule, c’est d’être là. », a répondu le whip en chef du gouvernement, Pablo Rodriguez, ce matin, appuyé par le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Sur la question de garantir, ou non, aux provinces qu’il y aura pas une mauvaise surprise une fois que les forces vont s’en aller et que la facture va s’en venir, Pablo Rodriguez a réitéré qu' »il y a pas de discussion à ce niveau-là. Vous savez, dans le contexte actuel avec les besoins réels des gens la priorité, l’unique chose de laquelle on discute actuellement avec la province c’est comment on peut venir en aide dès maintenant aux personnes sinistrées. »

Jusqu’ici, le Québec n’a jamais eu, sans jeu de mots, à éponger la note, ni lors des inondations du Richelieu en 2011, ni lors de la crise du verglas en 1998, pas plus que lors du déluge du Saguenay en 1996 ou de la crise d’Oka en 1990.

Aux prises avec des compressions budgétaires, le ministère de la Défense a cependant révisé ses politiques en 2012 et décidé « d’exercer son pouvoir de récupérer des coûts découlant du soutien fourni ».

Pendant ce temps, comme prévu, le sommet des inondations est atteint ou en voie de l’être et, à compter de mercredi, le niveau des eaux devrait enfin commencer à baisser: le pic de la crue a été atteint dans l’est du Québec pour une zone entre Gatineau, ville en face de la capitale fédérale Ottawa (Ontario, centre) sur la rivière des Outaouais, et Montréal à 200 km en aval, a annoncé lundi Martin Coiteux, ministre québécois de la Sécurité civile, ajoutant que niveau des eaux est pratiquement stabilisé et « à partir de mercredi, on va commencer à sentir une amélioration graduelle de la situation ».

Mais le retour à la normale pourrait être très long, a toutefois souligné le ministre québécois de la Sécurité publique, qui prévoit que l’amélioration sera « graduelle »: « On est dans une situation qui va durer quelques semaines » et, d’ici là, il faudra vraisemblablement rester mobilisé.

[toggle title= »DERNIER ÉTAT DE LA SITUATION COMPILÉ PAR URGENCE QUÉBEC, REMIS À JOUR 8 MAI » load= »hide »]

Le dernier état de la situation tel que compilé par Urgence Québec à partir des informations provenant des municipalités sinistrées qui informent la sécurité civile de leur situation est:

Municipalités

171 villes et municipalités sont sinistrées.

Résidences principales

2 733 résidences sont inondées par la crue des eaux sur l’ensemble du Québec.

Évacuation

1 940 personnes ont évacué leur résidence.

Routes

486 routes sont touchées par la crue des eaux au Québec.

Prévisions

Le niveau d’eau de la rivière Gatineau est en baisse, celui des rivières des Outaouais, des Prairies, des Mille-Îles et du lac des Deux Montagnes est stable, tandis que le niveau d’eau du lac des Deux-Montagnes est en hausse.

Le fleuve Saint-Laurent, au niveau du lac Saint-Pierre est en inondation moyenne; son niveau d’eau est en hausse. Il pourrait atteindre 3son pic de crue le 11 et le 12 mai.

La niveau d’eau de la rivière Saint-Maurice est en hausse et en inondation mineure et devrait atteindre sa pointe autour du 9 mai.[/toggle]

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​