Passation de commandement au 6e R22eR à Saint-Hyacinthe, tradition et service vont de pair (PHOTOS)

Passation de commandement au 6e R22eR dimanche 7 mai 2017 au manège militaire de Saint-Hyacinthe. (6e R22eR)
Temps de lecture estimé : 6 minutes

Dimanche 7 mai, après presque 3 ans à sa tête, le Lieutenant-colonel François Couture cédait le commandement du 6e Bataillon du Royal 22e Régiment au Lieutenant-colonel Steve Hétu, lors d’une cérémonie au manège militaire de Saint-Hyacinthe présidée par le Colonel Christian Mercier, Commandant du 34e Groupe-brigade du Canada.

Les cérémonies de passation de commandement, où les soldats saluent le commandant sortant et accueillent le commandant entrant, représentent une tradition dans laquelle les réservistes peuvent trouver force et cohésion alors que le 34 GBC épaulent les autorités civiles aux prises avec les inondations dans plusieurs régions du Québec.

Tradition et service à la communauté vont de pair.

Après le déploiement des réguliers de l’Unité d’intervention immédiate dans le cadre de l’opération LENTUS 17, ce fut au tour du déploiement des réservistes d’être activé. C’est ainsi que l’équivalent d’un Groupe bataillon territorial, environ 400 hommes commandé par 34e Groupe brigade du Canada (34 GBC), la formation de la Réserve de l’Armée de la 2e Division du Canada situé à Montréal, est venu prêter main forte aux autorités civiles, faisant, si besoin était, la démonstration de l’importance de ces citoyens soldats, entraînés et toujours prêts à servir leur communauté.

Des réservistes de l’Armée canadiennes provenant de divers unités de Montreal et de l’Ontario travaillent à batir une digue à Pierrefonds, Québec dans le cadre de l’Opération LENTUS, le 11 mai 2017. (Cpl Djalma Vuong-De Ramos)
Et au moment d’écrire ses lignes, plusieurs réservistes du 6e bataillon du R22eR sont à Pierrefonds, dans l’ouest de l’île de Montréal sur les rives de la rivière des Prairies, où ils remplissent des centaines de sacs de sable et travaillent vaillamment à endiguer la crue des eaux.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois, loin de là, que le bataillon est confronté à une catastrophe naturelle, En janvier 1998, le 6e Bataillon fut d’ailleurs la première unité des Forces canadiennes à être employée à Saint-Hyacinthe pour l’opération RÉCUPÉRATION à la suite de la tempête de verglas qui avait alors secoué tout le sud du Québec.

Malgré leur vie civile, malgré les cours, bref, malgré toutes les vicissitudes de la vie, les réservistes du 6e R22R sont donc toujours « fiers, forts et prêts ».

Depuis son intégration au sein du Royal 22e Régiment, le 6e Bataillon a également appuyé constamment les 1er, 2e et 3e Bataillons du Régiment en fournissant du personnel en renfort au cours des missions pour le compte des Nations-Unies, de l’OTAN ou tout simplement lors d’opérations domestiques.

Depuis le début des années 2000, plusieurs membres du bataillon ont servi sur des missions opérationnelles en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, sur le continent Africain, en Afghanistan et plus récemment en Ukraine et en Pologne.

« Septembre 2014, bientôt 3 ans déjà, dans une cérémonie semblable à celle-ci, je remerciais bien humblement les autorités militaires de me faire confiance et je promettais devant vous, de faire de mon mieux pour maintenir la réputation du 6e bataillon et le faire évoluer dans l’environnement dicté par les autorités. Je me rappelle encore combien les chaussures me semblaient grandes à porter. », a déclaré le Commandant sortant, le lieutenant-colonel François Couture.

« Le colonel Mercier m’avait alors laissé le soin donc de guider la destinée d’un bataillon fier, fort et prêt. Je ne devais pas faillir à la tâche. Peu familier avec le rythme de ces militaires qui ont aussi une vie civile, une carrière parallèle, j’ai vite compris à quel point j’avais autours de moi des gens dévoués, des gens hors de l’ordinaire et, que la tâche serait partagée avec des gens extraordinaires, un adjudant-chef à l’écoute, des officiers, sous-officiers, des militaires inspirants. » ,d’ajouter le commandant sortant.

Quant au commandant entrant, le lieutenant-colonel Steve Hétu, il a déclaré pour sa part: « C’est avec sagesse et beaucoup d’humilité que j’accepte mon commandement pour les prochaines années. Je comprend bien les défis qui m’attendent et je les aborderai avec enthousiasme et de façon délibérée. Offrir un environnement agréable, stimulant et rempli de défis est certainement ce qui guidera mes efforts. L’esprit de l’équipe est aussi un facteur prépondérant que je chérirai beaucoup. J’aurai l’occasion dans les prochains mois de rencontrer les membres du bataillon afin de pouvoir échanger et travailler avec eux pour l’accomplissement de notre mission. »

[toggle title= »BIOGRAPHIE DU COMMANDANT ENTRANT, LE LIEUTENANT- COLONEL STEVE HÉTU » load= »hide »]

Le Commandant entrant, le Lieutenant-colonel Steve Hétu, né à Werl en Allemagne, le Lieutenant-colonel Steve, a quant à lui ,joint les Forces canadiennes en 1986 au sein du 4e Bataillon Royal 22e Régiment en qualité de commandant
de peloton.

En 1987, il transfère dans la force régulière et, après avoir terminé son entraînement d’officier, il est
affecté au 3e Bataillon Royal 22e Régiment en qualité de commandant de peloton d’infanterie.

Muté au 1er Bataillon Royal 22e Régiment en République fédérale d’Allemagne en juillet 1988, il occupe le poste de commandant de peloton d’infanterie pour deux années puis il se déploie au Qatar durant la guerre du Golfe comme commandant adjoint de la compagnie C lors de l’Opération FRICTION.

De retour au Canada en 1991, il est muté au Régiment du Saguenay durant quatre années. Le Lieutenant-colonel Hétu est affecté à l’École de combat du Royal 22e Régiment en juillet 1995 à titre d’officier des normes et par la suite officier d’entraînement. En 1996, il retourne au 3e Bataillon Royal 22e Régiment où il passera sept années consécutives, occupant divers postes tels qu’officier des renseignements dans le cadre de l’Opération STABLE et CONSTABLE en Haïti, commandant du peloton anti blindé, commandant adjoint de la compagnie des services, capitaine-adjudant, commandant de la compagnie C qui s’est déployée en Bosnie-Herzégovine lors de l’Opération PALLADIUM ROTO 9 et enfin, commandant de la compagnie des services. Affecté à l’état-major de l’Armée de terre en 2003, le Lieutenant-colonel Hétu est nommé officier planificateur d’affaires.

En août 2004, il retourne aux études et obtient un baccalauréat en Sciences politiques. Le 8 août 2005, il revient à Valcartier en qualité de commandant adjoint du Centre d’instruction du Secteur du Québec de la Force terrestre. En 2007, le lieutenant-colonel Hétu est diplômé du programme de commandement et d’état-major interarmées de Toronto tout en complétant une maîtrise en étude de la Défense.

À l’été 2007, il est muté au Quartier général du Secteur du Québec de la Force terrestre où il occupe successivement les postes de G5, J3 et G3.

En novembre 2010, le Lieutenant-colonel Hétu est déployé en Afghanistan à titre de commandant adjoint de l’équipe de liaison et de mentorat opérationnel ainsi que celui de mentor auprès du commandant adjoint de la 205e brigade afghane. Le 26 juin 2013, il prend le commandement du Service des Opérations du Groupe de soutien de la Division du Canada.

En avril 2016, le Lieutenant-colonel Hétu transfère dans la Force de réserve afin de joindre la Corporation du Fort St-Jean comme directeur général.
Le lieutenant-colonel Steve Hétu et sa conjointe, Louise Veillette, originaire de Saint-Tite en Mauricie, ont un enfant: Louis-Philippe.[/toggle]

Le 6e Bataillon du Royal 22e Régiment et la Première Réserve des Forces armées canadiennes

Le 6e Bataillon du Royal 22e Régiment est une unité d’infanterie de la réserve des Forces armées canadiennes appartenant au 34e Groupe brigade du Canada.

L’unité regroupe des hommes et des femmes de la Montérégie et du Centre du Québec. Le Bataillon est installé à Drummondville et Saint-Hyacinthe avec « une ambition de s’établir à Saint-Jean-sur-Richelieu ».

Son quartier général ainsi que sa Musique sont situés à Saint-Hyacinthe.

Le 34e Groupe‑brigade du Canada, lui, est une formation de la Réserve de l’Armée de la 2e Division du Canada dont le siège social est situé à Montréal.

Les 2000 miliciens et miliciennes composant le 34e Groupe-brigade du Canada proviennent de toutes les couches de la société.

La Force de réserve se compose de membres des Forces armées canadiennes qui se sont enrôlés pour un service militaire qui n’est ni continu ni à temps plein.

Elle assure un lien essentiel avec les collectivités canadiennes, se compose principalement de membres professionnels des Forces armées canadiennes à temps partiel qui contribuent à la défense et à la sécurité du Canada. Sa mission est de fournir du personnel professionnel ayant atteint l’état de préparation demandé et contribuant à la capacité des Forces armées d’assumer leurs rôles et de réaliser leurs missions.

Tout comme les Forces armées sont essentielles au pays, la Force de réserve est essentielle aux Forces armées, comme on peut s’en rendre si bien compte lors d’événements comme les inondations qui ont touché nos régions.