Sajjan à Washington, peut-être pour préparer les Américains à notre nouvelle politique de défense

0
Rencontre du ministre canadien de la Défense Harjit Sajjan et du nouveau secrétaire américain à la Défense James Mattis à Washington le 6 février 2017 pour parler du travail réalisé par le Canada et les É.‑U. avec NORAD, l’OTAN et la Coalition de lutte contre l’EI. (Archives/Twitter/‏@HarjitSajjan)

Remis à jour 16/05/2017

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, se rendent les 15 et 16 mai 2017 à Washington où la question de la nouvelle politique canadienne de défense qui ne sera dévoilée que le 7 juin, et celle des dépenses militaires seront fort probablement abordées.

La ministre Freeland et le ministre Sajjan participeront à des réunions avec le secrétaire d’État, M. Rex Tillerson, le secrétaire à la Défense, M. James Mattis, et le secrétaire au Commerce, M. Wilbur Ross, ainsi qu’avec des intervenants importants, afin de discuter des priorités du Canada et de la collaboration entre les deux pays.

« Le Canada et les États-Unis représentent deux pays dont la relation est l’une des plus étroites, pacifiques et mutuellement avantageuses dans le monde. », dit le communiqué d’Ottawa qui annonce cette visite qui survient deux semaines après que le ministre Sajjan, en difficulté depuis l’affaire de l’opération Medusa, a dévoilé des pans de sa nouvelle politique de défense, promettant qu’elle va renforcer la force militaire.

Le ministre s’est engagé à régler les problèmes de sous-financement en accordant ‘des fonds ‘réalistes’ pour répondre au besoins de base et que que l’armée puisse enfin remplir son rôle de façon efficace au cours des prochaines années, notamment deux flottes d’hélicoptères, le soutien aérien pour des unités d’infanterie, et des véhicules pour le génie et la logistique. », mais aucune dépense somptuaire, ni engagement à la hausse des dépenses réclamée par Washington.

En mars dernier, le secrétaire d’État Tillerson avait exigé à Bruxelles de ses alliés qu’ils dépensent plus pour leur défense afin de préserver le lien transatlantique et pressé les pays membres de l’OTAN à indiquer de quelle façon ils prévoyaient faire grimper leurs dépenses en matière de défense à 2 % de leur PIB.

Alors que le Canada consacre actuellement environ 1 % de son PIB à la défense et aurait donc à doubler son budget pour satisfaire les demandes américaines, le premier ministre canadien Justin Trudeau avait répliqué depuis Toronto que le Canada faisait sa part de bien des manières.

La visite des 15 et 16 mai à Washington survient en outre à 10 jours de la réunion des dirigeants des pays de l’OTAN à Bruxelles où les États-membres discuteront de partage du fardeau et de lutte contre le terrorisme, mais la nouvelle politique de Défense canadienne ne sera connue qu’après la réunion de l’OTAN.

Les responsables canadiens ne cachent qu’ils s’attendent à ce que la question des dépenses de défense soient soulevée, comme cela a toujours été le cas lors des réunions de l’OTAN, mais ont indiqué que la politique de défense n’a pas été conçue principalement pour nos alliés, mais pour les Canadiens.

La porte-parole du ministre de la Défense Harjit Sajjan, Jordan Owens a rappelé lundi que certains des alliés du Canada ont mis des années à développer leur propre politique sur la défense réitérqnt que, de toute façon, la nouvelle politique de défense est «principalement élaborée pour les Canadiens», pas pour les alliés.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a lui-même déclaré plus tard à la période de question à la Chambre des Communes que les résultats de l’examen de la politique de défense sera publié le 7 juin.

« Notre travail sur la nouvelle politique de défense du Canada est terminé», a déclaré le ministre Sajjan. « La prochaine étape consistera à la partager avec les Canadiens, mais d’abord mon collègue, le ministre des Affaires étrangères, informera davantage les Canadiens sur les fondements de la politique étrangère du Canada, puis le 7 juin, j’aurai l’honneur de lancer la nouvelle politique de défense ».

Le gouvernement souhaite inscrire la politique de défense à l’intérieur d’une politique plus large en matière d’Affaires étrangères, expliquant que cela permettra aux Canadiens d’avoir davantage de contexte pour comprendre comment les différents morceaux du casse-tête peuvent s’assembler.

Mais il serait étonnant que le ministre Sajjan puisse éluder les questions de Washington lors de sa visite.

Même si Ottawa minimise tout lien entre la visite ministérielle et la décision du gouvernement de reporter la publication de la politique sur la défense, la question fera vraisemblablement l’objet de discussions lors de la rencontre de demain et la mission du ministre Sajjan à Washington pourrait bien être de préparer à notre nouvelle politique de défense notre allié américain à qui il en donnera probablement un aperçu plus ou moins détaillé.

Les commentaires sont fermés.