Syrie: raids de la coalition contre un fief de l’EI, 30 civils tués

Un F-16 Fighting Falcon de la US Air Force reçoit du carburant à partir d'un KC-135 Stratotanker, le 16 décembre 2014, dans le cadre de l'opération Inherent Resolve contre le groupe armé l'État islamique (Archives/sergent Chelsea Browning/US Air Force)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un F-16 Fighting Falcon de la US Air Force reçoit du carburant à partir d’un KC-135 Stratotanker, le 16 décembre 2014, dans le cadre de l’opération Inherent Resolve contre le groupe armé l’État islamique (Archives/sergent Chelsea Browning/US Air Force)

Des raids menés par la coalition internationale conduite par Washington lundi contre la ville de Boukamal, fief syrien du groupe État islamique (EI) près de la frontière irakienne, ont tué au moins 30 civils dont 11 enfants, rapporte une ONG.

« Les raids ont frappé l’aube la ville de Boukamal » dans l’est de Syrie, a indiqué à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), précisant que la frappe a fait également « des dizaines de blessés ».

Au moins 30 civils dont onze enfants et six femmes ont été tués. « Le bilan pourrait s’alourdir en raison d’un grand nombre de gens sous les décombres », a indiqué M. Abdel Rahmane en fin de soirée lundi.

D’après les informations de l’OSDH, les raids ont visé « à 03H00 du matin une zone résidentielle à Boukamal alors que les gens dormaient, d’où le bilan élevé ».

L’EI « avait transformé des appartements dans cette zone en QG », a indiqué M. Abdel Rahmane.

Début mai, la coalition internationale antidjihadistes a reconnu avoir fait 352 victimes civiles probables en Irak et en Syrie, tuées « involontairement » depuis le début de son offensive contre l’organisation ultraradicale en 2014.

Mais les organisations internationales estiment que le bilan réel est beaucoup plus élevé.

La coalition accuse l’EI de se servir des civils comme « boucliers humains » pour éviter les frappes aériennes.

L’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre, détermine les auteurs des raids à partir du type d’avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.

Les raids de lundi interviennent au lendemain d’une autre frappe meurtrière de la coalition qui selon l’OSDH a tué 12 femmes dans le nord de la Syrie.

Le raid a été mené dimanche et a visé des véhicules transportant des fermières qui étaient de retour des champs dans l’est de la province septentrionale de Raqa, d’après l’OSDH.

L’EI a perdu de larges pans des territoires qu’il contrôlait dans la province de Raqa mais contrôle toujours la ville éponyme, son bastion en Syrie, ainsi que quelques zones à l’est de la cité.

Une alliance de combattants kurdes et arabes, les Forces démocratiques syriennes, mène depuis novembre une campagne pour reprendre la ville aux djihadistes, avec l’appui aérien de la coalition internationale.

La guerre en Syrie a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés depuis son déclenchement en mars 2011.