Assad a pris «au sérieux» l’avertissement des États-Unis contre une nouvelle attaque chimique, dit Mattis

Des bénévoles portant des masques à gaz apprennent comment réagir face à une attaque chimique, le 15 septembre 2013 à Alep (Jm Lopez/AFP)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Photo fournie le 21 août 2013 par Shaam news network des corps de victimes d’armes chimiques utilisées dans le quartier de la Ghouta (Archives/ Ammar al-Arbini/AFP)

L’avertissement émis par le président américain Donald Trump contre une nouvelle attaque chimique en Syrie a été « pris au sérieux » par le régime de Bachar al-Assad, a affirmé mercredi son secrétaire à la Défense, Jim Mattis.

« Il semble qu’ils ont pris l’avertissement au sérieux », a assuré M. Mattis, en route vers une réunion ministérielle de l’Otan à Bruxelles, à des journalistes.

Les États-Unis ont accusé le régime syrien de Bachar al-Assad de préparer une nouvelle attaque chimique, et se sont dits prêts à riposter comme ils l’avaient fait après une attaque chimique présumée à Khan Cheikoun (nord) qui a fait au moins 88 morts début avril.

L’avertissement américain a été émis par le porte-parole de M. Trump lundi soir après la détection par les services de renseignements d’une activité suspecte sur la base aérienne syrienne d’où était partie la précédente attaque, selon le Pentagone.

Le président américain « voulait les dissuader », a précisé M. Mattis. « Ils (le régime syrien, ndlr) ne l’ont pas fait », a-t-il insisté, tout en précisant que « le programme chimique d’Assad va bien au-delà d’une seule base aérienne ».

[toggle title= »LE RETOUR DE LA LIGNE ROUGE EN SYRIE: POSTURE OU VÉRITABLE STRATÉGIE » load= »hide »]

La « ligne rouge », concept lourdement chargé dans l’histoire du conflit syrien, a fait son retour chez les dirigeants américain et français Donald Trump et Emmanuel Macron, qui se disent prêts à « une réponse commune » en cas d’attaque chimique, suscitant des interrogations parmi les experts du dossier.

Bégaiement de l’Histoire? Au lendemain de la première attaque chimique d’ampleur en août 2013, les états-Unis et la France avaient promis de « punir » ensemble le régime syrien, accusé d’avoir tué plus de 1.400 personnes au gaz sarin près de Damas, et d’avoir ainsi franchi la « ligne rouge » édictée par le président américain Barack Obama.

Mais M. Obama avait renoncé au dernier moment, s’en remettant au Congrès puis scellant un accord avec Moscou sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien.

Lâchée en rase campagne, la France, pour qui frapper seule était alors inconcevable, en a conçu une amertume durable vis-à-vis de son allié américain. L’épisode de la « ligne rouge » non respectée est devenu un marqueur important dans le conflit syrien, certains y voyant le début de la défaite pour l’opposition et un retournement de situation en faveur du régime et de ses alliés russe et iranien.

Quatre ans plus tard, la « ligne rouge » est pourtant revenue sur le devant de la scène.

Début avril, après une nouvelle attaque chimique présumée qui fait au moins 88 morts à Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie, le président Trump déclare que « de nombreuses lignes ont été franchies », et lance des frappes de représailles sur la base aérienne d’al-Chayraate (centre), d’où serait parti l’avion syrien responsable de l’attaque.

Fin mai, recevant son homologue russe Vladimir Poutine à Versailles, le président français Macron évoque à nouveau « la ligne rouge » et assure que Paris frappera, y compris seul, en cas d’utilisation de l’arme chimique.

Enfin, mardi, Washington et Paris ont annoncé être prêts à riposter de manière coordonnée à toute nouvelle attaque chimique du régime syrien, après que la Maison Blanche eut annoncé avoir identifié de « potentiels » préparatifs en ce sens et constaté une activité suspecte sur la base d’al-Chayraate.

« Déclarations de matamore », s’agace une source proche du dossier: « même si des frappes sont menées, et la France peut effectivement le faire seule, on est encore une fois plus dans l’ordre du symbolique, de la posture, plus que dans des mesures qui pourraient véritablement conduire le régime à changer de politique ».

De la même façon, les 60 missiles Tomahawk tirés dans la nuit du 6 au 7 avril par l’armée américaine sur la base aérienne d’al-Chayraate n’ont pas été suivis d’un changement radical de l’approche américaine sur le dossier syrien.

« Ce ne sont pas des frappes punitives limitées ou des déclarations fortes qui suffiront à dissuader un régime qui a tué des centaines de milliers de personnes », écrit le spécialiste de la Syrie Charles Lister sur le site du Middle East Institute.

Les frappes et menaces de frappe américano-françaises ne visent pas à modifier le rapport de force en Syrie, selon les experts.

« Ce ne sont pas des menaces creuses, mais cela s’apparente plus à un message envoyé à la Russie et l’Iran », les deux alliés indéfectibles du régime de Damas, estime ainsi Christopher Phillips, chercheur à Chatham House.

Emmanuel Macron a lui-même récemment affirmé que le départ du président syrien Bachar al-Assad n’était plus une priorité pour la France.

La collaboration américano-française reste par ailleurs à prouver. Selon une source diplomatique, Paris a été prévenu au dernier moment des frappes américaines en avril, trop tard pour se joindre s’il l’avait voulu.

« La ligne rouge » pose en outre un problème plus moral, relèvent plusieurs chercheurs, rappelant qu’elle peut être interprétée comme « un blanc-seing » pour tout autre type d’action.

« Quid de la torture dans les geôles du régime, des bombes baril, des populations assiégées? » s’interrogeait ainsi le chercheur libanais Ziad Majed au lendemain du discours de Macron à Versailles.

Pour Bruno Tertrais, de la Fondation pour la Recherche Stratégique, la « ligne rouge » a cependant le mérite de rappeler le tabou historique que constitue l’emploi d’armes chimiques. Un tabou violé à des dizaines reprises depuis le début du conflit syrien en 2011, selon les estimations de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).[/toggle]

Mardi, lors d’une conversation téléphonique, M. Trump et son homologue français Emmanuel Macron ont souligné « la nécessité de travailler à une réponse commune en cas d’attaque chimique en Syrie », une menace à peine voilée qu’ils n’hésiteraient pas à riposter comme l’avaient fait les États-Unis après l’attaque de Khan Cheikhoun.

Cette attaque, dans laquelle de nombreux enfants sont morts, avait provoqué un tollé international. En réponse, l’armée américaine avait tiré 59 missiles contre la base d’Al-Chaayrate près de Homs (centre de la Syrie), marquant la première intervention armée de Washington contre le régime de Damas.

Déjà en août 2013, le régime syrien avait été accusé d’avoir utilisé du gaz sarin lors d’une attaque dans la banlieue de Damas, faisant 1.400 morts.