Crise ou pas, conclusion heureuse des exercices militaires conjoints entre le Qatar et les États-Unis

Temps de lecture estimé : 1 minute

Plusieurs alliés européens du Qatar sont demandeurs d’exercices conjoints, a affirmé un commandant qatari au terme de trois jours de manœuvres militaires avec la marine américaine et sur fond de tensions diplomatiques entre Doha et ses voisins du Golfe.

Quatre bateaux de l’US Navy ont pris part à l’exercice conjoint, requis par la marine américaine « il y a quelques semaines », a indiqué le commandant de la marine qatarie Mohammad Desmal Al-Kouwari.

Selon lui, de nouveaux exercices impliquant le Qatar et d’autres alliés auront lieu prochainement. « Nombre de nos alliés européens demandent des exercices dans nos eaux », a-t-il assuré à l’AFP.

Les exercices américano-qataris ont lieu environ quatre fois par an au large des côtes de l’émirat, a indiqué l’officier, précisant que la marine du Qatar avait conduit celui-ci « normalement » malgré les tensions diplomatiques dans le Golfe.

L’Arabie saoudite et ses alliés ont imposé un blocus politique et économique au Qatar, qu’ils accusent de « soutenir des organisations extrémistes » et de se rapprocher de l’Iran, grand rival de Ryad dans la région.

Doha a fermement rejeté ces accusations et défendu l’indépendance de sa politique étrangère.

Les liens militaires entre le Qatar et les Etats-Unis restent développés. Washington dispose notamment au Qatar de sa plus grande base aérienne au Moyen-Orient.

Les deux pays ont également signé le 14 juin à Washington un accord de 12 milliard de dollars pour la vente d’avions de combat F-15 au Qatar.