Crise ou pas, les États-Unis et le Qatar signent une vente de 12 milliards pour des F-15!

81
Deux F-15E Strike Eagles de la US Air Force volent au dessus du nord de l'Irak après avoir effectué des frappes aériennes sur des positions du groupe l'État islamique en Syrie le 23 saeptembre 2014 (Senior Airman Matthew Bruch/US Air Force)
Temps de lecture estimé : 1 minute
Deux F-15E Strike Eagles de la US Air Force volent au dessus du nord de l’Irak après avoir effectué des frappes aériennes sur des positions du groupe l’État islamique en Syrie le 23 septembre 2014 (Archives/Senior Airman Matthew Bruch/US Air Force)

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis et son homologue qatari Khalid Al-Attiyah ont conclu mercredi un accord de 12 milliards de dollars pour la vente d’avions de combat F-15, a annoncé le Pentagone.

La vente intervient dans une période de crise diplomatique régionale pour le Qatar, accusé par ses voisins, dont l’Arabie saoudite, de soutenir le terrorisme.

Le président Donald Trump a apporté son soutien à la stratégie d’isolement initiée par l’Arabie saoudite, mais d’autres responsables américains se sont montrés plus réservés et ont appelé au dialogue.

«La vente de 12 milliards de dollars va donner au Qatar une technologie de pointe et augmenter la coopération sécuritaire (…) entre les États-Unis et le Qatar», a affirmé le département de la Défense dans un communiqué.

MM. Mattis et Al-Attiyah ont également évoqué des questions de sécurité à cette occasion, dont la menace du groupe État islamique et «l’importance de désamorcer les tensions pour que tous les partenaires dans la région du Golfe puissent se concentrer sur les prochaines étapes pour atteindre (leurs) objectifs communs».

Le Pentagone n’a pas livré d’autre détails sur la vente qui, selon Bloomberg, concernerait 36 de ces appareils.