La Russie proche d’un contrat pour la vente de S-400 à la Turquie

33
Les missiles S-400 russes ont une portée suffisante pour couvrir l'ensemble de la Syrie ce qui signifie un contrôle total de l'espace aérien de ce pays par Moscou.
Temps de lecture estimé : 1 minute
Le système de défense antimissile S-400 Triumph défile sur la Place Rouge à Moscou le 9 mai 2015. (Archives/RIA NOVOSTI/AFP/Archives)

La Russie est proche de la signature d’un contrat avec la Turquie portant sur la livraison de systèmes de défense antiaérienne dernier cri S-400, a indiqué samedi le conglomérat d’État Rostec.

« Moscou et Ankara ont quasiment terminé les négociations concernant les détails techniques du contrat sur les S-400 », a indiqué le PDG de Rostec Sergueï Tchemezov dans un communiqué.

Les ministres des finances des deux pays discutent désormais de « la possibilité de fournir à Ankara un prêt pour l’achat » des S-400, selon la même source.

M. Tchemezov a refusé de donner davantage de détails sur cette livraison « tant que le contrat n’est pas signé ».

Cette vente de systèmes de défense antiaérienne dernier cri russes à un pays membre de l’Otan symboliserait une nouvelle étape dans la spectaculaire réconciliation entre Moscou et Ankara, qui ont traversé pendant un an une grave crise dans leurs relations.

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi la levée de la majorité des sanctions mises en place par Moscou à l’encontre d’Ankara après la destruction par l’aviation turque d’un bombardier russe au-dessus de la frontière syrienne en 2015.

Suite à cet incident, la Russie a installé des systèmes S-400 pour protéger ses avions en Syrie, où elle mène une opération militaire en soutien aux forces de Bachar al-Assad.