L’opération NUNAKPUT 2017 débute dans les Territoires du Nord‑Ouest

81
Un aéronef CC138 Twin Otter en vol durant l’opération NUNAKPUT / l’opération GATEWAY 2015, le 7 juillet. (M 2 Belinda Jeromchuk/Force opérationnelle interarmées (Nord))
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Un aéronef CC138 Twin Otter en vol durant l’opération NUNAKPUT / l’opération GATEWAY 2015, le 7 juillet. (Archives/M 2 Belinda Jeromchuk/Force opérationnelle interarmées (Nord))

Environ 140 militaires des Forces armées canadiennes et employés d’autres ministères et organismes gouvernementaux seront déployés dans les Territoires du Nord‑Ouest du 26 juin au 18 juillet, dans le cadre de l’édition 2017 de l’opération NUNKAPUT.

L’opération NUNAKPUT 2017 consiste en une série de patrouilles maritimes et de patrouilles de sécurité, de missions de reconnaissance maritimes et terrestres, de formation en matière de survie et d’une évaluation de la planification de mesures en cas de catastrophe. Cette année, l’opération se déroulera aux environs du Grand lac des Esclaves, aux environs de la ville de Deline, le long de la rivière Mackenzie jusqu’à Tuktoyaktuk, à Hay River et sur la rivière Nahanni.

Les Forces armées canadiennes exécutent régulièrement des opérations et des exercices dans le nord pour y affirmer sa souveraineté et maintenir une présence constante et visible dans la région. La nouvelle politique de défense du Canada – Protection, Sécurité, Engagement – donne aux Forces armées canadiennes le mandat d’améliorer leur capacité de mener des opérations dans le Nord et oriente la mise sur pied d’une capacité pangouvernementale pour défendre et protéger cette portion du territoire.

« Dans les Forces armées canadiennes, la Force opérationnelle interarmées (Nord) est responsable de la mise en œuvre continue des opérations de surveillance et de contrôle dans le Nord du Canada, et ce, pendant toute l’année. La responsabilité est partagée entre plusieurs ministères et organismes des trois paliers de gouvernement. L’opération NUNAKPUT nous permet de nouer des relations avec d’autres partenaires chez les pays nordiques dans le but de nous acquitter de cette responsabilité. », explique le brigadier-général Mike Nixon, commandant de la Force opérationnelle interarmées (Nord).

En bref

Le personnel des Forces armées canadiennes, de la GRC, d’Environnement Canada et du ministère des Pêches et des Océans a installé un campement près de Tsiigehtchic, dans les Territoires du Nord-Ouest, pendant l’Opération NUNAKPUT/GATEWAY 2015, le 14 juillet. (Archives/M 2 Belinda Jeromchuk/Force opérationnelle interarmées (Nord))
La Marine royale canadienne a fourni trois garde-côtes (navires de patrouille de 32 pieds) et 22 militaires des Base des Forces canadiennes (BFC) Halifax (Nouvelle‑Écosse) et Esquimalt (Colombie‑Britannique).

L’Armée canadienne a déployé 85 militaires du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens, du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment, du 31e Groupe-brigade du Canada et du 34e Groupe-brigade du Canada, basés à London (Ontario) et à Montréal (Québec) respectivement.

Une équipe provenant du 38e Groupe‑brigade du Canada à Winnipeg (Manitoba) est en voie d’effectuer une évaluation de la planification de mesures en cas de catastrophe à Hay River, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le 440e Escadron de transport, basé à Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest), transporte du personnel et des fournitures tout au long de l’opération.

Environ 25 autres ministères et organismes gouvernementaux, y compris la GRC, le ministère des Pêches et des Océans et le gouvernement des Territoires du Nord‑Ouest travaillent avec les militaires des Forces armées canadiennes.

Renforcer la capacité de travailler de façon collaborative et de partager nos pratiques exemplaires en matière d’instruction avec les AMOG dans le Nord est à l’avantage de tous, tout en respectant le mandat, les rôles et les responsabilités propres à chaque ministère participant.