De Cold Lake aux étoiles: un pilote de l’Aviation royale canadienne sera un de nos deux prochains astronautes

Les deux nouveaux astronautes canadiens, Joshua Kutryk (g) et Jennifer Sidey (d). (Agence spatiale canadienne)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Les deux nouveaux astronautes canadiens, Joshua Kutryk (g) et Jennifer Sidey (d). (Agence spatiale canadienne)

Les deux nouveaux astronautes canadiens choisis par l’Agence spatiale canadienne (ASC) sont Jennifer Sidey et Joshua Kutryk, respectivement une ancienne de McGill devenue chargée de cours à la prestigieuse université britannique de Cambridge et un pilote d’essai et pilote de chasse de l’Aviation royale canadienne qui était jusqu’ici posté à Cold Lake.

C’est le premier ministre Justin Trudeau lui-même qui a dévoilé l’identité des deux nouveaux astronautes canadiens choisis par l’Agence spatiale canadienne (ASC).

Introduit par la célèbre chanteuse de country canadienne Shania Twain vêtue d’une veste bleue au couleurs de l’Agence spatiale canadienne, le premier ministre Trudeau, accompagné du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a dévoilé l’identité des deux nouveaux astronautes canadiens devant la foule et les dignitaires réunis en ce samedi 1er juillet, jour de la Fête du Canada, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération sur la colline du Parlement à Ottawa.

« Aujourd’hui, nous célébrons le 150e anniversaire du Canada, mais nous tournons aussi notre regard vers un avenir passionnant d’exploration spatiale. Notre société regorge d’esprits créatifs, d’explorateurs, d’innovateurs. Nous pouvons compter sur ces deux Canadiens pour aider à façonner notre avenir pour les 150 prochaines années. », a déclaré le premier ministre en présentant les deux nouveaux astronautes.

« La participation du Canada aux activités spatiales est importante tant pour les découvertes scientifiques que pour l’innovation. Les technologies destinées à l’espace aujourd’hui pourraient un jour servir à améliorer la vie de l’ensemble de la population canadienne. Ces innovations sont aussi susceptibles de créer de nouveaux emplois et d’ouvrir les possibilités pour les Canadiens. Nos nouveaux astronautes joueront un rôle essentiel dans l’évolution des technologies spatiales tout en repoussant les limites des connaissances scientifiques. Voilà comment le programme spatial canadien stimule l’innovation pour un meilleur Canada. », a pour sa part souligné le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

Membre de l’Aviation royale canadienne, le lieutenant-colonel Joshua Kutryk est né à Fort Saskatchewan, en Alberta, et, jusqu’à ce qu’il soit recruté comme candidat-astronaute, était posté à Cold Lake où il était Commandant de l’Escadrille d’évaluation et d’essais opérationnels – Chasseurs.

Titulaire d’un Baccalauréat en génie mécanique du Collège militaire royal du Canada, d’une Maîtrise en études spatiales du Embry-Riddle Aeronautical University, d’une Maîtrise en génie des essais en vol de l’Air University et d’une Maîtrise en études de la défense du Collège militaire royal du Canada, Joshua Kutryk se décrit comme suis un pilote d’essai expérimental et un pilote de chasse.

La tâche de Joshua en tant que responsable de l’unité des essais opérationnels en vol des chasseurs au Canada était de mener avec son équipe les évaluations initiales en vol des nouvelles technologies et des nouveaux systèmes sur le CF-18.

« Enfant, j’étais fasciné par l’espace. Je savais que je consacrerais ma vie à l’explorer. À l’âge adulte, je me rends compte que l’exploration de l’espace est importante pour nous tous en tant qu’individus et en tant que Canadiens. », a déclaré le nouvel astronaute canadien.

Son frère, Matthew, membre lui aussi de l’Aviation royale canadien et un des pilotes de l’équipe de démonstration canadienne du CF-18, n’a pour sa part pas manqué l’occasion de le féliciter

Jennifer Sidey

L’autre élue, Jennifer Sidey, est une universitaire et spécialiste en ingénierie.

Née à Calgary, en Alberta, titulaire d’un Baccalauréat, génie mécanique de l’Université McGill et d’un Doctorat en ingénierie de l’Université de Cambridge, elle résidait jusqu’à son recrutement comme candidate-astronaute à Cambridge, où elle était chargée de cours au Département de génie de l’Université de Cambridge.

Elle rêvait, dit-elle, devenir astronaute pour contribuer à l’avancement de la science pour le bien de la société et pour inciter des jeunes de tous horizons à réaliser leurs ambitions en sciences et en génie.

Beaucoup d’appelés, deux élus

Joshua Kutryk et Jennifer Sidey ont été choisis parmi 3772 postulants après un processus de sélection d’une année

À la dernière ronde de sélection du processus d’évaluation dans le cadre de la campagne de recrutement d’astronautes de l’Agence spatiale canadienne, ils n’étaient plus que 17 candidats, dont dix militaires! Les candidats, militaires ou civils, avaient tous une formation en science et répondaient à des critères très exigeants.

Mais seulement deux devaient être sélectionnés.

Le travail des astronautes est très exigeant et nécessite des compétences diversifiées et l’Agence spatiale avait mis au point, avec ses partenaires du ministère de la Défense nationale, une série de tests pour évaluer la pensée critique, le raisonnement analytique et la créativité des candidats ainsi que leur forme physique, leur résilience et leur capacité de travailler en équipe dans des conditions extrêmes.

Cette quatrième campagne de recrutement d’astronautes du Canada avait été lancée en juin 2016. Les postulants souhaitant faire partie de la prochaine génération d’explorateurs spatiaux provenaient d’un grand nombre de domaines liés aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques.

Dans la lignée des Marc Garneau, Julie Payette, Jeremy Hansen et David Saint-Jacques

Les précédentes campagnes ont eu lieu en 2009, en 1992 et en 1983. Au total, le Canada a recruté dans son histoire 12 astronautes, dont Marc Garneau, qui a aussi présidé l’Agence spatiale canadienne de 2001 à 2006 et qui est devenu depuis député libéral de Notre-Dame-de-Grâce—Westmount et ministre des Transports dans le gouvernement Trudeau, et Julie Payette, qui a travaillé principalement avec la NASA et qui est maintenant directrice du Centre des sciences de Montréal situé dans le Vieux-Port de Montréal.

Avant cette dernière campagne de recrutement, il ne restait plus que deux astronautes canadiens actifs, Jeremy Hansen et David Saint-Jacques, auxquels s’ajouteront donc maintenant Jennifer Sidey et Joshua Kutryk après avoir complété leur formation d’astronaute.

En route pour Houston!

Alors que l’Agence spatiale canadienne se prépare à participer avec les agences spatiales du monde entier à de futures missions dans l’espace lointain, @Astro_Jenni et @Astro_Kutryk poursuivront leur préparation aux États-Unis.

Avant de devenir astronautes en service actif comme David Saint-Jacques et Jeremy Hansen, les deux recrues devront se réinstaller à Houston, au Texas, pour suivre la formation de base d’astronaute, d’une durée de deux ans, au Centre spatial Johnson de la NASA.

Et pas de répit, puisque la prochaine formation débute en août 2017.