Maintenant officiel: la Montréalaise Julie Payette sera la prochaine gouverneure générale

0
Julie Payette sera la prochaine gouverneure générale. (PMO)

Les médias en parlaient depuis hier: le premier ministre Justin Trudeau a annoncé aujourd’hui que, suivant sa recommandation, « Sa Majesté la reine a été heureuse d’approuver la nomination de Mme Julie Payette à titre de prochaine gouverneure générale du Canada » et que « Mme Payette succédera à Son Excellence le très honorable David Johnston ».

La cérémonie d’installation de Mme Payette aura lieu cet automne.

Le premier ministre Justin Trudeau a dit de l’astronaute Julie Payette qu’elle était une personne «incontestablement qualifiée» pour occuper cette haute fonction, a-t-il affirmé.

Visiblement émue, rapporte La Presse Canadienne, Julie Payette a dit qu’il s’agissait non seulement d’une chance extraordinaire, mais de sa deuxième chance de servir à nouveau son pays.

Sa nomination respecte la tradition d’alternance entre francophones et anglophones qui est en vigueur depuis le milieu du 20e siècle.

Le mandat de David Johnston avait été prolongé de deux ans par l’ancien premier ministre Stephen Harper. Il venait à échéance en septembre.

Julie Payette sera la 29e personne à s’installer à Rideau Hall, la résidence officielle du gouverneur général, à Ottawa, et la quatrième femme à occuper ce poste, après Michaëlle Jean (2005-2010), Adrienne Clarkson (1999-2005) et Jeanne Sauvé (1984-1989).

Comme nombre d’autres astronautes, Mme Payette a aussi été pilote militaire. En février 1996, elle terminait son entraînement de pilote militaire à la Base des Forces armées canadiennes de Moose Jaw en Saskatchewan et obtenait son grade de capitaine sur le jet Tutor C-114 « Snowbird ».

Née à Montréal, l’astronaute aujourd’hui âgée de 53 ans a été la deuxième Canadienne à voyager dans l’espace et la première à visiter la Station spatiale internationale et à y travailler. Son premier vol remonte à 1999, alors qu’elle a pris part à la mission STS-96 à bord de la navette spatiale Discovery. Dix ans plus tard, en 2009, elle agissait en tant qu’ingénieure de vol au sein de l’équipage de la mission STS-127, dans la navette Endeavour.

Astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne entre 2000 et 2007, elle a aussi représenté le corps des astronautes à l’étranger, aux États-Unis, en Europe et en Russie.

Après sa carrière d’astronaute, elle a été notamment (de juillet 2013 à octobre 2016), directrice du Centre des sciences de Montréal.

Titulaire d’un baccalauréat international du United World College of the Atlantic, au pays de Galles, au Royaume-Uni, d’un baccalauréat en génie électrique de l’Université McGill et d’une maîtrise en sciences appliquées en génie informatique de l’Université de Toronto;

La nouvelle Gouverneure générale parle couramment le français et l’anglais et peut converser en espagnol, en italien, en russe et en allemand;

Également pianiste, elle s’est notamment produite avec l’Orchestre symphonique de Montréal, le Piacere Vocale de Bâle, en Suisse, et avec le Tafelmusik Baroque Orchestra Choir à Toronto.

La reine Elizabeth II, reine du Canada, a salué la nomination de Julie Payette par voie de communiqué, soulignant que l’ex-astronaute est respectée pour le travail qu’elle a accompli pour promouvoir la science et les technologies.

Pour sa part, de Beijing, en Chine, où il une visite officielle, l’actuel gouverneur général et représentant de la reine au Canada a félicité sa successeure.

« Mme Payette est l’une des citoyennes les plus remarquables et accomplies du Canada, et sa nomination au poste de gouverneur général constitue une excellente nouvelle pour notre pays. », a déclaré David Johnston par voie de communiqué. »

« Une Canadienne au parcours extraordinaire, Mme Payette suscite l’admiration de tous, en particulier pour ses réalisations en tant qu’astronaute qui a effectué deux missions dans l’espace. Elle continuera sans aucun doute à faire honneur au pays en rapprochant les Canadiens, en les inspirant et en leur rendant hommage en sa qualité de représentante de Sa Majesté la Reine », déclare l’actuel gouverneur général en souhaitant à Julie Payette « le meilleur des succès dans ses nouvelles fonctions et lui offrons tout notre appui et notre entière collaboration durant cette période de transition ».

Ad astra »

Quant à l’Agence spatiale canadienne (ASC), où Mme Payette fut astronaute en chef, elle n’a pas manqué elle non plus de saluer sa nomination au poste de Gouverneure générale du Canada.

« Mme Payette s’est acquittée de ses fonctions à l’Agence spatiale canadienne et a servi son pays de façon exceptionnelle, tant sur Terre que dans l’espace, pendant plus de vingt ans. Tout au long de sa carrière d’astronaute, elle a été une ambassadrice infatigable de la science et de la technologie. Lors de ses visites dans des écoles et des collectivités des quatre coins du pays, elle a suscité l’intérêt des jeunes Canadiens pour la science et leur a montré qu’elle est un moyen de contribuer à la société et à notre planète », écrit l’ASC.

« Astronaute chevronnée, elle est allée deux fois dans l’espace, passant quelques 611 heures en orbite. Elle est l’une des rares personnes qui a pu admirer notre planète de là-haut – une expérience qui l’inspirera, à n’en pas douter, dans son nouveau rôle », d’ajouter l’Agence spatiale, qui adresse à la nouvelle Gouverneure générale ses « meilleurs vœux de succès à Mme Payette et à sa famille dans leur nouvelle vie qui commence cet automne à Rideau Hall » et termine par « Ad astra! ».

« Sic itur ad astra », « C’est ainsi que l’on s’élève vers les étoiles », est aussi la devise de la Force aérienne du Canada.

Julie Payette, O.C., C.Q
Ottawa (Ontario)
13 juillet 2017

Julie Payette est astronaute, ingénieure, communicatrice scientifique et administratrice de sociétés.

De 1992 à 2013, Madame Payette a travaillé comme astronaute. Durant cette période, elle a effectué deux missions dans l’espace, elle a occupé pendant de nombreuses années la fonction CAPCOM (Capsule Communicator) au Centre de contrôle des missions de la NASA, à Houston au Texas, et elle a été astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne.

Madame Payette est très reconnue pour avoir élaboré des politiques axées sur la promotion de la science et de la technologie. De 2011 à 2013, elle a travaillé comme chercheure au Woodrow Wilson International Center for Scholars, à Washington D.C., et elle a été nommée déléguée scientifique du Québec aux États-Unis. De juillet 2013 à octobre 2016, elle a été directrice du Centre des sciences de Montréal.

Madame Payette est très active dans la communauté. Elle a signé de nombreuses chroniques de vulgarisation scientifique à Radio-Canada. Elle est membre du conseil consultatif de la faculté de génie de l’Université McGill. Elle a siégé aux conseils d’administration de la fondation du Centre des sciences de Montréal, de Robotique FIRST Québec, de Jeunesse sans drogue Canada et du Festival Bach de Montréal. Elle a siégé depuis plusieurs années au conseil d’administration de l’organisme subventionnaire À Nous Le Podium, qui œuvre dans le sport de haute performance au Canada, et elle vient d’être nommée à la commission des femmes dans le sport du Comité international olympique. Madame Payette a fait partie du conseil d’administration de Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil et de la Banque Nationale du Canada.

Madame Payette est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec et de l’International Academy of Astronautics. Elle est titulaire d’un baccalauréat international de l’United World College of the Atlantic, au Royaume-Uni, d’un baccalauréat en génie électrique de l’Université McGill et d’une maîtrise en génie informatique de l’Université de Toronto. Elle peut parler six langues, possède une licence de pilote professionnel, et a le titre d’administratrice de sociétés certifiée (ASC correspond au titre d’administratrice de sociétés de l’IAS, IAS.A).

Madame Payette a reçu de nombreuses distinctions, dont 27 doctorats honoris causa. Elle est chevalière de l’Ordre national du Québec et officier de l’Ordre du Canada.

Les commentaires sont fermés.