Op IMPACT: l’EI est «moribond» à Mossoul déclare le directeur de l’équipe de liaison ministérielle

Vue du barrage «le plus dangereux du monde»: celui de Mossoul, le 20 février 2017. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Vue du barrage «le plus dangereux du monde»: celui de Mossoul, le 20 février 2017. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

La défaite du groupe État islamique est proche dans son ancien bastion de Mossoul, deuxième ville d’Irak, dont les djihadistes devraient être totalement expulsés d’ici la semaine prochaine, a affirmé jeudi le brigadier-général Dave Anderson, directeur de l’équipe de liaison ministérielle (ELM) de la coalition mondiale déployée dans le cadre de l’opération IMPACT, rapporte l’AFP.

Selon Dave Anderson, qui supervise la formation des troupes locales dans le cadre de l’intervention dirigée par les Etats-Unis, les forces de sécurité irakiennes ont repoussé les djihadistes dans leurs derniers retranchements, dans une petite poche de la vieille ville près du fleuve Tigre.

« Les forces irakiennes ont le fleuve Tigre en vue depuis l’ouest, et affrontent un ennemi qui est totalement moribond », a indiqué le général Anderson à des journalistes lors d’une vidéoconférence depuis Bagdad.

Interrogé sur le nombre de combattants djihadistes restant à Mossoul, il a indiqué l’ignorer mais a assuré n’avoir « aucun doute » sur le fait qu’il n’y en aurait plus d’ici la semaine prochaine.

Le brigadier-général a précisé que la coalition avait commencé à dépêcher des équipements sur place pour aider la police irakienne à maintenir sa présence à Mossoul et pour tenir la ville après sa libération.

Il s’agit notamment de matériels de patrouille, des réservoirs d’eau, des ordinateurs portables, des téléphones, des dispositifs pour installer des postes de contrôle, des véhicules, etc.

L’équipe de liaison ministérielle (ÉLM), a été lancée en mars 2016 sous le leadership du Canada avec un mandat de faire la liaison avec les ministères de la Défense et de l’intérieur d’Irak afin de synchroniser davantage les efforts de la coalition pour éliminer Daesh tout en fournissant un soutien stratégique militaire au gouvernement de l’Irak.

Basée à Bagdad, et intégrée au sein de la coalition de la Force opérationnelle interarmées Inherent Resolve, l’ÉLM est composé d’environ 30 membres du personnel du Canada et des officiers militaires supérieurs de l’Italie, des États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège, l’Estonie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Plus de huit mois après le début de l’offensive pour reprendre Mossoul, les autorités militaires et politiques du pays ont affirmé jeudi que la « victoire » était désormais très proche face à l’EI, en passe de subir son plus important revers depuis 2014.