La représentation de la Marine royale canadienne au Rendez-vous naval 2017 à Québec (PHOTOS/VIDÉO)

102
Un des deux navires représentant la Marine royale canadienne au Rendez-vous naval 2017 qui se tenait à Québec du 18 au 23 juillet était Le NCSM Toronto (FFH 333), en service depuis 1993 et assigné à la Force maritime Atlantique, sous le Commandement de la Force maritime du Canada des Forces canadiennes, est, lui, basé au port d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.(Jacques N. Godbout/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Au Rendez-vous naval 2017, alors que sous un soleil étincelant se pressaient du 18 au 23 juillet des milliers de visiteurs pour voir la quarantaine de navires et grands voiliers provenant des quatre coins du monde réunis à Québec et Lévis, la Marine royale canadienne était pour sa part fièrement représentée par le voilier école NCSM Oriole, le plus vieux navire commissionné de la Marine canadienne, et la frégate de classe Halifax NCSM Toronto, le 7e et dernier navire de sa classe à avoir été modernisé.

Après s’être arrêtés dans certaines villes côtières de l’Ontario, du Québec et de l’Atlantique, les deux navires emblématiques de notre marine ont convergé vers Québec pour ce rendez-vous international qui soulignait aussi le 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017.

Le NCSM Oriole (KC 480), un ketch à gréement bermudien, arrivait de la base des Forces canadiennes Esquimalt à Victoria en Colombie britannique avec vingt jeunes marins à son bord. Le NCSM Toronto (FFH 333), en service depuis 1993 et assigné à la Force maritime Atlantique, sous le Commandement de la Force maritime du Canada des Forces canadiennes, est, lui, basé au port d’Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Et à cette occasion, le capitaine de frégate Steven Archer, commandant du NCSM Toronto, a aussi tenu à rendre hommage « aux matelots, aux hommes, les femmes qui forment l’équipage », affirmant qu’il « sert comme commandant vraiment pour eux » sans qui la mission du navire serait impossible.

Et c’était aussi ça, le Rendez-vous naval 2017, non seulement une occasion de voir de grands voiliers et des navires de guerre, mais de rencontrer, de parler et de rendre hommage à tous ces hommes et ces femmes qui partent pour des mois servir le pays à bord des navires de notre marine nationale.

L’importance de la participation de la Marine royale canadienne

Rencontré sur place, le lieutenant de vaisseau Benoît Plante, de la Réserve navale, dont le quartier général pour tout le Canada, est située dans le Vieux-Port de Québec, n’a pas manqué de souligner l’importance de l’événement pour la Marine royale canadienne, particulièrement présente dans la vieille capitale avec, outre le Q.G. de sa Réserve, le NCSM Montcalm et l’École navale de Québec.

Le NCSM Montcalm est une unité de réserve vieille de 85 ans qui compte plus de 150 marins se spécialisent dans la préparation pour les opérations domestiques, la plongée d’inspection portuaire, le renseignement naval et le recrutement et la rétention de personnel, et l’École navale

Quant à l’École navale des Forces canadiennes Québec (ÉNFC Québec), elle est la seule école de la Marine royale canadienne orientée principalement vers les réservistes, peut-on lire sur le site de la Marine royale canadienne. L’ÉNFC Québec se voit comme le centre d’excellence pour l’entraînement distribué de la Réserve navale dans les deux langues officielles.

Il aurait dans ces conditions été impensable que la Marine royale canadienne n’offre pas une participation de première classe au Rendez-vous navla à Québec, particulièrement cette année.

« Le rendez-vous naval, c’est un gros événement pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération. Alors, pour la Marine, dont l’histoire est liée à celle du Canada, il est important d’y participer. Avec deux navires, l’oriole, qui a traversé de la Côte Ouest par le canal de Panama pour venir ici, et le NCSM Toronto, ça nous permet de montrer l’importance que les fêtes du 150e ont pour la Marine. », explique le lieutenant de vaisseau.

Dans le contexte idéal d’une ville militaire, une forteresse et une ville portuaire d’une grande importance historique.

« Cette édition est la cinquième où il y a ce rassemblement de navires, incluant les navires militaires. Avec ça, on a bâti de plus en plus une bonne présence navale à Québec. C’est une belle fierté pour la Marine canadienne de s’impliquer dans ce très bel événement. », de commenter le responsable des communications de la Réserve navale.

Le NCSM Oriole: 20 marins enthousiastes

La jeune aspirant de Marine Chrystelle Cloutier (droite) et l’aspirant de Marine Jonathan Lacasse (gauche), deux membres représentatifs de l’équipage de l’Oriole, ne cachait pas leur satisfaction et leur fierté d’avoir pu participer à pareille aventure. (Jacques N. Godbout/45eNord.ca)
Pour leur part, les jeunes marins de l’Oriole, enthousiastes après le périple qui les a mené du Pacifique à Québec, ne sont pas peu fiers de leur participation au Rendez-vous naval.

Le voilier école a emprunté un trajet vers le sud, le long de la côte du Pacifique, traversé le canal de Panama et remonté vers les Caraïbes. L’itinéraire comptait des arrêts aux États-Unis, au Mexique, en Jamaïque, ainsi qu’aux Bermudes pour le rassemblement des grands voiliers qui s’y tenait le 1er juin. L’équipage participe ainsi à la régate qui amènera les voiliers des Bermudes à Boston, puis à Québec et, enfin, à Halifax.

C’était la première fois que le voilier retournait sur la côte Est depuis sa participation au festival des grands voiliers de Québec en 1984.

Rencontrés sur place, la jeune aspirant de Marine Chrystelle Cloutier et l’aspirant de Marine Jonathan Lacasse, deux membres représentatifs de l’équipage de l’Oriole, ne cachait pas leur satisfaction et leur fierté d’avoir pu participer à pareille aventure.

Le périple du NCSM Oriole a été divisé en trois partie, de Victoria jusqu’au Panama, du Panama jusqu’à l’île du Prince Édouard, et de l’île du Prince Édouard jusqu’à Québec, où nous l’avons rencontré, nous explique l’aspirant Lacasse, notant que l’équipage a changé d’une partie à une autre, à l’exception du noyau formé du capitaine, capitaine en second, le capitaine d’armes, le cuisinier et le chef ingénieur.

« C’est la première fois que je sers à bord d’un voilier école et c’est une belle expérience et une opportunité que seule la Marine peut nous offrir. On a été vraiment chanceux d’avoir été choisis. », de dire pour sa part l’aspirant Cloutier.

« On est vraiment content et choyé de faire partie d’un voyage historique », de renchérir son camarade Jonathan Lacasse, nous soulignant que l’Oriole n’a pas navigué dans le Saint-Laurent depuis des années [en fait, depuis 1984, NDLR] et que « c’est vraiment un privilège de faire partie de ce voyage ».

Choyés, les visiteurs l’ont aussi été de pouvoir rencontrer ces marins qui nous représentent fièrement. Alors, en terminant, à tous les hommes et toutes les femmes de notre marine, « Merci pour votre service » et BZ pour votre présence au Rendez-vous naval 2017.