Des milliers de participants dont un contingent des Forces au défilé de la Fierté à Montréal (PHOTOS/VIDÉO)

0

Ils étaient des centaines de milliers de spectateurs et des milliers de participants à prendre part au défilé de la Fierté, dans les rues de Montréal dans une ambiance survoltée et festive. Parmi eux, plusieurs premiers ministres et un contingent de militaires des Forces armées canadiennes, en uniforme.

Peu après midi, sous les rayons de soleil, la foule était nombreuse et au rendez-vous, bien installée avec des drapeaux arc-en-ciel à la main, tout le long du boulevard René-Lévesque, lorsque les chars et la musique ont commencé à se mettre en marche.

Le parcours était cette année de trois kilomètres, entre les rues Drummond et Alexandre DeSève, de manière à relier symboliquement l’ancien Village datant des années 70 à celui d’aujourd’hui.

Pour la première fois de l’histoire, un dignitaire étranger, le premier ministre Irlandais Leo Varadkar, plus jeune premier ministre du pays et ouvertement gay, a fait partie des participants à un défilé de la Fierté au Canada, accompagné du Premier ministre Justin Trudeau, pour qui s’était sa deuxième participation.

Tant Justin Trudeau, que Philippe Couillard ou Denis Coderre ont appelé à la «plus grande vigilance» et à «ne pas tenir pour acquis» les droits durement gagnés au cours des dernières années par la communauté. C’est aussi en langue française, que Leo Varadkar a salué l’inclusivité du Canada, du Québec et de Montréal.

Le Premier ministre canadien avait d’ailleurs un peu plus tôt dans la journée accueilli officiellement le Premier ministre irlandais au Manège militaire Côte-des-Neiges ou une garde d’honneur de plusieurs unités à travers le pays s’était réunie. Les deux dirigeants ont passé en revue les troupes. Fait à noter: un des canons trônant au centre du terrain de parade est un don de l’artillerie irlandaise !

Si la présence des militaires au défilé de la Fierté a fait jaser en amont, plusieurs s’interrogeant sur le bien-fondé de voir des militaires, représentant une institution qui a pendant longtemps chasser les LGBTQ, le public lui ne s’y est pas trompé et à réserver quelques uns des moments les plus forts de cette parade. Ovationnant le contingent militaire, applaudissant les militaires, les remerciant de leur présence, la foule n’a pas manqué son accueil chaleureux aux représentants de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est).

Le capitaine André Jean, un des membres fondateurs du comité Diversité+, fondé l’an dernier afin de donner une voix et du soutien à la communauté LGBTQ québécoise au sein des Forces armées canadiennes, se réjouit de cette participation et de la venue en personne du brigadier-général Hercule Gosselin, qui a défilé avec eux.

L’environnement de travail des membres des Forces armées canadiennes est sans nul doute l’un des plus riches au monde de par sa diversité, mais nombreux tant dans les Forces que dans la population civile le perçoivent encore comme très masculinisé. Depuis plusieurs années, l’état-major met l’accélérateur pour que le bras armé du gouvernement soit le reflet de la société, en acceptant les femmes, les membres de la communauté LGBTQ, les Premières Nations et les minorités visibles.

«Aujourd’hui c’est un grand pas en avant pour les LGBTQ+», d’affirmer le capitaine en entrevue dans le défilé. «Ça démontre vraiment l’inclusion dans notre organisation. Avant ça il fallait demander une autorisation et c’était un petit peu compliqué et même en civil. Mais aujourd’hui, d’être ici avec tout le monde en uniforme ça fait en sorte que ça montre vraiment la diversité qu’on a dans l’organisation et c’est vraiment avec la diversité qu’on fait la force de l’organisation».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.