Infanterie 0010 #426 «Quand le passé ne reste pas enterré…»

Temps de lecture estimé : < 1 minute

Un des trucs qui m’amuse le plus dans l’Armée c’est que quand je me fais engueuler par un gradé pour mes bêtises c’est de savoir, au fond de moi-même, que ce dernier a probablement fait le même genre de bêtise quand il était soldat ou caporal. Peut-être même pire. En fait surtout pire.

D’ailleurs, c’est arrivé pas mal souvent, quand on se retrouvait en gang au bar ou de quoi du genre, que les plus vieux me disent de bien me tenir et de ne pas faire de conneries… pour après les entendre parler de leurs propres conneries passés et ce avec nostalgie !

Si le NCO en question est un bon gars avec ses subalternes, connaitre son passé est seulement amusant. Mais si c’est le contraire, mieux vaille pour lui qu’on ne sache rien. Car si, par exemple, un sergent décide d’engueuler un soldat comme s’il était la pire tarte de sa section simplement parce qu’il est arrivé un peu en retard, il y aura toujours le vieux caporal de carrière pour, après, aller tout raconter des gaffes et problèmes de ce sergent. Ce qui servira de contrepoids et aidera le soldat à faire passer la pilule.

Tout se sait dans les Forces!