Le gouvernement du Canada souligne le 75e anniversaire du raid sur Dieppe

La plage de silex et les falaises de Dieppe juste après le raid du 19 août 1942. Au premier plan, un véhicule de reconnaissance Daimler Dingo Hunter du Royal Canadian Corps of Signals(transmissions) abandonné (Archives Canada)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Il y a 75 ans, les Canadiens se sont battus et sont tombés au combat à Dieppe afin d’apporter la paix et la liberté en Europe et dans le monde. Aujourd’hui, il est important que nous nous rassemblions pour ne pas oublier leur courage et leur bravoure.

Aujourd’hui, la délégation du gouvernement du Canada a participé à une cérémonie à Dieppe, en France, afin de rendre hommage aux vétérans du raid sur Dieppe. La cérémonie a débuté au Square du Canada et s’est déroulée sur un ton funèbre le long de l’Esplanade, en arrêtant pour déposer des couronnes aux monuments régimentaires. La délégation était composée de dignitaires, de vétérans, de représentants d’associations de vétérans et d’Autochtones, de membres de la Gendarmerie royale du Canada, de jeunes Canadiens et de parlementaires. Un contingent des Forces armées canadiennes rassemblant des unités et services ayant pris part au raid étaient également présents.

Le Canada et la France ont été représentés à l’événement commémoratif. Parmi les dignitaires présents, mentionnons l’honorable Kent Hehr, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, M. Graeme Clark, chargé d’affaires à l’ambassade du Canada en France ainsi que Mme Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

Au Canada, des activités commémoratives de signature sont prévues aujourd’hui à Montréal, Calgary et Dieppe (Nouveau-Brunswick). D’autres collectivités au Canada tiendront également des évènements pour souligner cet anniversaire.

Le raid sur Dieppe du 19 août 1942 sur les plages de la France occupée a été le premier combat notable mené par les soldats canadiens en Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le raid fut le jour le plus sanglant pour le Canada de tout le conflit, car plus de 3 350 des membres des forces y ont été tués, blessés ou faits prisonniers. Les Canadiens qui ont combattu lors du raid sur Dieppe ont fait de grands sacrifices dans leurs efforts pour apporter la paix et la liberté aux peuples d’Europe. Leur tâche a été difficile et coûteuse.

« Aujourd’hui, nous rendons hommage à ceux qui ont combattu lors du raid sur Dieppe et commémorons les sacrifices qu’ils ont consentis en quête d’un avenir pacifique. C’est un grand privilège d’assister à cette cérémonie, et de commémorer les soldats canadiens qui ont débarqué ici. Le courage dont ils ont fait preuve en servant notre pays ne doit jamais être oublié. », a déclaré le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Kent Hehr.

Faits en bref

Le Square du Canada est un petit parc situé dans le secteur ouest de Dieppe, en France. En son centre se trouve le Mémorial Dieppe-Canada où sont inscrits les noms des personnes et des événements qui lient le Canada et la Normandie au fil des ans. Une plaque commémorant le raid sur Dieppe se trouve également dans le parc.

Deux Canadiens, le lieutenant-colonel Charles Cecil Merritt et le capitaine honoraire John Weir Foote, se sont vu décerner la Croix de Victoria pour leur l’héroïsme lors du raid sur Dieppe.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Sœur Agnès-Marie Valois a pris soin de nombreux prisonniers de guerre alliés qui ont été blessés lors du raid sur Dieppe, en s’assurant qu’ils reçoivent les bons soins médicaux. Elle a travaillé à l’hôpital Hôtel-Dieu à Rouen dans la France occupée. Elle a travaillé sans relâche non seulement pour aider à guérir les blessés, mais elle a veillé à ce qu’ils soient bien traités par les Allemands.

Plus d’un million de Canadiens ont porté l’uniforme pendant la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, 45 000 Canadiens ont été tués et plus de 55 000 ont été blessés dans ce conflit.

Le 19 août 2017, le King’s Own Calgary Regiment a dévoilé un nouveau monument sur l’Esplanade à Dieppe (France) pour rendre hommage aux anciens membres du régiment qui ont participé au raid sur Dieppe.

L’opération Jubilee


C’est en partie grâce à leur sacrifice que ce magnifique littoral est libre aujourd’hui. (Armée canadienne)

Le raid du 19 août 1942 sur Dieppe a été un échec sanglant qui a cependant préparé le succès du Jour J, deux ans plus tard.

Cet épisode historique tragique, largement méconnu, est cependant célébré avec ferveur par les Canadiens, qui ont essuyé les plus lourdes pertes, et par les habitants de Dieppe qui ont tissé des liens très forts avec le pays des érables.

L’opération Jubilee, à laquelle ont participé directement 6.000 hommes, dont près de 5.000 Canadiens et un millier de Britanniques, s’est traduite par plus de 1.000 morts, des centaines de blessés et plus de 2.000 hommes faits prisonniers, soit au total plus des deux-tiers des forces engagées.

Cette tentative de débarquement était prévue le 8 juillet 1942, mais la météo a fait changer les plans. Objectif: causer les plus gros dégâts possibles sur les infrastructures allemandes avant un repli sur l’Angleterre. Il avait été décidé que les jeunes forces canadiennes qui n’avaient encore guère combattu, constitueraient le gros des troupes.

Le 19 août, vers 04H30, cinq attaques ciblent les plages à l’est et à l’ouest de Dieppe et directement sur la grande plage de la ville portuaire, soit une bande de 16 km. Mais l’effet de surprise ne joue pas et les quelque 250 bâtiments alliés, des gros destroyers aux petites embarcations, sont rapidement freinés par la mitraille allemande.

« Nous étions 15 dans une petite embarcation, cela tirait de partout et j’ai été blessé par une grenade », a témoigné pour l’AFP Paul Delorme, un des quatre vétérans du raid présents à Dieppe, originaire de la province de Saskatchewan.

Les chars d’assaut patinent sur les galets. L’appui de la Royal Air Force est contré par la Luftwaffe qui compte pourtant deux fois moins d’appareils.

En début d’après-midi, la victoire des Allemands, qui n’ont perdu que quelques centaines d’hommes, est assurée. Paul Delorme passera deux ans dans différents camps de prisonniers et travaillera dans des mines de sel allemandes avant d’être libéré par les troupes américaines.

De l’avis des historiens, le raid avait été mal préparé et la solidité de la défense côtière allemande sous-estimée.

Carnage inutile ? « L’heure n’est plus aux débats et aux controverses », a déclaré Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État française chargée des Anciens combattants, présente à la cérémonie aujourd’hui aux côtés du ministre canadien Kent Hehr. De cet échec, les forces alliées ont tiré de nombreux enseignements qui ont permis le succès du débarquement du 6 juin 1944. Le 1er septembre, les Canadiens entraient dans Dieppe en libérateurs.

Les commémorations se poursuivront dimanche.

*Avec AFP