Manifestation anti-immigration à Québec: les Forces armées canadiennes préviennent les militaires

0

À la veille de manifestations anti-immigration dans la capitale de la Belle-Province, Ottawa prévient les membres des Forces armées canadiennes sur leur éventuelle participation.

Il y a un peu plus d’un mois, des militaires en civil avaient interrompu une manifestation de militants autochtones à Halifax. Ils seraient membres du groupe des «Proud Boys», «une organisation fraternelle de chauvinistes occidentaux qui ne présenteront pas d’excuses pour avoir créé le monde moderne et qui ne font pas de discrimination fondée sur la race ou l’orientation sexuelle».

Ils ont par la suite été suspendus par leur hiérarchie jusqu’à ce qu’une décision interne soit prise. Leur rassemblement a été dénoncé par l’ensemble de l’état-major. «Ce qui s’est passé à Halifax en fin de semaine est déplorable et je peux assurer les Canadiens que l’état-major prend ce dossier au sérieux», avait d’ailleurs déclaré peu après le général Jonathan Vance.

Comme tout Canadien, les membres des Forces armées canadiennes bénéficient de la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi que la liberté fondamentale de la liberté d’association.

S’il n’est donc pas interdit aux militaires de se rendre dans une manifestation afin d’exercer leur droit de citoyen, dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, le porte-parole des Affaires publiques du Ministère de la Défense nationale, Daniel Le Bouthillier, indique que cependant, les Forces armées canadiennes doivent être pleinement intégrées avec la société qu’elles servent, tout en reflétant les valeurs sociales du Canada. Par conséquent, «les Forces et ses membres doivent respecter les droits individuels, rejeter la discrimination fondée sur la race ou l’orientation sexuelle et se conformer à d’autres lois canadiennes reflétant l’évolution des valeurs sociales».

D’où l’importance du Code de valeurs et d’éthique du Ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC), qui prescrit clairement que le MDN et ses employés ainsi que les FAC et leurs membres «s’engagent à appliquer les normes d’éthique les plus rigoureuses dans toutes leurs décisions et actions, tant au pays qu’à l’étranger».

La population canadienne s’attend avec raison à ce que les personnes chargées d’assurer leur défense fassent preuve d’un comportement éthique irréprochable.

C’est donc la raison pourquoi, tant les civils du ministère que les militaires des Forces doivent, en tout temps, servir le Canada avant soi-même en évitant ou empêchant des situations qui pourraient donner lieu à des conflits d’intérêts personnels ou organisationnels.

Les Canadiens s’attendent aussi à ce que les employés du MDN et les membres des FAC servent l’intérêt public en se conduisant, toujours, avec intégrité et d’une manière qui peut résister à l’examen public le plus approfondi. Cette obligation, il faut se rappeler, ne se limite pas à la simple observation de la loi.

Daniel Le Bouthillier rappelle que bien évidemment, un membre des FAC qui ne se conforme pas aux principes éthiques, aux valeurs, aux comportements attendus ou aux politiques énoncés dans le Code de valeurs et d’éthique du MDN et des FAC ou aux Directives et ordonnances administratives de la Défense (DOAD) de la série 7023 s’expose à l’une ou plusieurs des mesures suivantes :

  1. un changement de fonctions;
  2. une libération ou une autre mesure administrative énoncée sous la rubrique Décisions rendues à l’issue d’un EA de la DOAD 5019-2, Examen administratif; et/ou
  3. des mesures disciplinaires en vertu de la Loi sur la défense nationale.

Bref, les attentes sont assez claires et il est certain que les participants à ces manifestations de la fin de semaine seront observées de près pour voir qui seront les éventuels participants militaires. La police devrait être présente en nombre, craignant des débordements puisqu’une contre manifestation est aussi prévue au même moment.

Les commentaires sont fermés.