Op LENTUS: les Forces armées ont commencé à évacuer des villages menacés par les incendies au Manitoba

Un CC-130J Hercules de l'Aviation royale canadienne décolle (Photo: caporal-chef Marc-André Gaudreault/Caméra de combat des Forces canadiennes)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un CC-130J Hercules de l’Aviation royale canadienne décolle (Photo: caporal-chef Marc-André Gaudreault/Caméra de combat des Forces canadiennes)

Des avions cargo de l’armée canadienne ont commencé à évacuer jeudi des réserves amérindiennes menacées par des feux de forêt dans une région isolée de la province du Manitoba (centre).

Avec ces deux gros porteurs, près d’une cinquantaine de petits avions participent également à l’opération aéroportée.

Aucune route ne relie les trois réserves menacées par les flammes au reste de la province et la voie des airs est la seule pour évacuer les habitants.

Les pistes d’atterrissage dans la région sont également relativement courtes, limitant la taille et le nombre d’avions pouvant s’y poser en cas d’urgence.

« Deux avions cargo Hercules C-130 », capables de décoller et de se poser sur de très courtes distances, « ont décollé ce matin de la base de Winnipeg pour participer aux évacuations », a dit un porte-parole des forces armées, Evan Koronewski.

« Des avions atterrissent couverts de suie et de cendres et ils doivent être nettoyés avant de redécoller », a dit Judy Klassen, députée provinciale, citée par le quotidien Winnipeg Free Press.

Au total, 3.700 personnes vont être évacuées vers Winnipeg, à 600 km au sud-ouest de la zone où font rage les feux de forêt. À la mi-journée jeudi, 1.150 étaient arrivées dans la capitale, selon la Croix-Rouge.

Les sinistrés sont hébergés dans des hôtels, ainsi qu’au centre des congrès de la ville, où environ 1.800 lits de camp ont été installés.

Les flammes se sont rapidement propagées mardi, soufflées par des vents forts, selon les services de lutte contre les feux de forêt de la province.

Le plus important des feux couvrait environ 77.000 hectares et faisait rage à moins d’un kilomètre de zones habitées dans la réserve de Wasagamack.

Une fumée très dense recouvre la région, nuisant au travail des pompiers et aux efforts d’évacuation. De la pluie est cependant prévue pour vendredi.