Tous les groupements tactiques de l’OTAN dans les États baltes maintenant totalement opérationnels

Des militaires polonais et canadiens du groupement tactique PAR de l'OTAN en Lettonie ajustent les positions, le 23 août 2017, lors de l'exercice de certification organisé au Camp Adazi, en Lettonie, dans le cadre de l'opération REASSURANCE. (Caporal Jordan Lobb/MDN)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des militaires polonais et canadiens du groupement tactique PAR de l’OTAN en Lettonie ajustent les positions, le 23 août 2017, lors de l’exercice de certification organisé au Camp Adazi, en Lettonie, dans le cadre de l’opération REASSURANCE. (Caporal Jordan Lobb/MDN)

Les quatre groupements tactiques multinationaux de l’OTAN déployés en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne sont maintenant totalement opérationnels, et ce depuis que le groupement dirigé par le Canada, établi au camp Ādaži (en Lettonie), a achevé son exercice de certification, les trois autres groupements s’étant déjà soumis à un tel exercice, rapporte l’OTAN.

Le groupement tactique multinational dirigé par le Canada, qui participe à l’opération de présence renforcée avancée (PRA) de l’OTAN, a terminé cette semaine son exercice de certification (CERTEX) au Camp Ādaži, en Lettonie. La réussite du CERTEX confirme que le groupement tactique satisfait aux directives stratégiques de l’OTAN et atteste de son interopérabilité à l’échelle multinationale et de son efficacité au combat.

Bien que chaque pays ait mené son propre entraînement préalable au déploiement, le Canada, à titre de pays-cadre, était responsable de la certification collective du groupement tactique placé sous sa direction et déployé en Lettonie. Et afin de planifier et de mener le CERTEX, le Centre canadien d’entraînement aux manœuvres de l’Armée canadienne, basé à Wainwright (Alberta), a fourni le personnel et l’expertise en partenariat avec les pays participants. Les militaires ont été mis à l’épreuve dans différents scénarios de simulation où ils devraient exécuter une combinaison de manœuvres de troupes.

Face à l’évolution de l’environnement de sécurité, les dirigeants des pays de l’OTAN ont décidé au sommet de Varsovie, en 2016, de rehausser la présence militaire de l’OTAN dans la partie orientale du territoire de l’Alliance, explique l’OTAN. Depuis lors, quatre groupements tactiques multinationaux de quelque 4 500 personnels en tout se sont déployés dans les États baltes et en Pologne.

Le groupement déployé en Lettonie est dirigé par le Canada et bénéficie de contributions de l’Albanie, de l’Italie, de la Pologne, de la Slovénie et de l’Espagne. Le groupement déployé en Lituanie est dirigé par l’Allemagne et se compose d’éléments fournis par la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Norvège. Celui qui est déployé en Estonie est dirigé par le Royaume-Uni et a reçu des contributions de la France. Enfin, ce sont les États-Unis qui dirigent le groupement déployé en Pologne, auquel contribuent la Roumanie et le Royaume-Uni.

Il s’agit « de forces proportionnées, qui jouent un rôle de défense et de dissuasion, dans le strict respect des engagements internationaux de l’OTAN. Leur présence indique clairement que toute attaque contre un Allié donnerait lieu à la mobilisation de troupes de tous les pays de l’Alliance. », affirme l’OTAN qui explique que « Le déploiement des quatre groupements tactiques est l’une des mesures que l’Alliance a prises en réaction au fait que la Russie fait usage de la force contre ses voisins et renforce son dispositif militaire dans la région de la Baltique et au-delà. »

L’OTAN renforce également, souligne-t-elle, sa présence multinationale dans la région de la mer Noire, en s’appuyant sur une brigade-cadre multinationale dirigée par la Roumanie. L’Alliance rappelle avoir triplé les effectifs de la Force de réaction de l’OTAN pour les porter à 40 000 personnels – avec, au cœur de cette formation, une force « fer de lance » à haut niveau de préparation –, et elle a établi huit quartiers généraux de petite taille (unités d’intégration des forces OTAN) pour faciliter les entraînements et la fourniture de renforts.