Droit de cité à Saint-Jean-sur-Richelieu pour «les recrues» (PHOTOS/VIDÉO)

0

Près de 600 recrues entre la 7e et la 10e semaine d’instruction ont fièrement paradé dans les rues de Saint-Jean-sur-Richelieu dimanche 24 septembre pour marquer en beauté les 50 ans de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes.

Véritable porte d’entrée pour tous les militaires, de toutes les branches, de tous les métiers et de tout le pays, l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) voient chaque année pas moins de 5000 recrues franchir les portes de la «Méga».

Évidemment fier de son institution, le lieutenant-colonel Gaétan Bédard rappelle qu’en étant la porte d’entrée des Forces canadiennes «on doit enseigner un paquet de connaissances techniques et académiques liées au militaire, mais on doit aussi enseigner ‘l’etos’ militaire, l’ensemble des valeurs et des attentes qu’on a envers les membres des Forces armées. […] C’est donc de leur montrer qu’est ce que c’est que d’être militaire, c’est quoi les valeurs qu’on partage, avec un renouvellement de la population étudiante en permanence».

Des quelques 1200 à 1500 recrues présentes en tout temps à l’ELRFC, ce sont donc 600 d’entre elles ayant passé le cap des sept semaines d’instruction de base qui se sont vues remettre la responsabilité de représenter l’institution devant les Johannaises et les Johannais.

Un peu avant l’heure prévue, musique en tête, les centaines de militaires habillés en combat, se sont élancés depuis le parc Gerry Boulet, qui juxtapose le Collège militaire royal de Saint-Jean, pour remonter la rue Jacques Cartier et se rendre jusqu’à l’hôtel de ville.

Véritable tradition remontant à la Grèce antique, le Droit de cité est accordé par le plus haut magistrat de la ville. Et c’est donc en cognant trois fois à la porte de l’hôtel de ville, que le commandant Bédard a pu rencontrer le maire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Michel Fecteau, et lui demander ainsi officiellement le droit de parader dans les rues de sa ville «tambour battant, drapeaux flottant et baïonnette au canon».

Se tenant au garde à vous, les recrues ont ensuite été inspectées par le lieutenant-colonel et le maire. Ce dernier n’a pas manqué de saluer la performance des troupes et le travail accompli par les Forces armées canadiennes au quotidien.

Le tout s’est conclut un peu plus tard dans la chambre du conseil de la ville par un vin d’honneur et la signature de parchemins de «proclamation du Droit de cité».

Les commentaires sont fermés.