Journée mondiale de prévention du suicide: les ministres Sajjan et O’Regan nous invitent à agir

0
De haut en bas, de gauche à droite: caporal-chef William Eliott, bombardier-chef Travis Halmrast, adjudant Michael McNeil, caporal-chef Sylvain Lelièvre, soldat Jordan Melchior, caporale Leona MacEachern, caporal Adam Eckhart, caporal Camilo Sanhueza-Martinez, lieutenant-colonel Stéphane Beauchemin, ne sont que quelques exemples de membres des FAC qui se sont enlevés la vie. (montage 45eNord. ca)

Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale, et Seamus O’Regan, ministre des Anciens Combattants, ont émis la déclaration ont souligné aujourd’hui la Journée mondiale de prévention du suicide en enjoignant les Canadiens à ne pas hésiter à intervenir pour « éviter des pertes tragiques ».

Le 10 septembre 2017 se tient la 15e Journée mondiale de la prévention du suicide, dont le thème cette année est « Prenez une minute, changez une vie ». Les Forces armées canadiennes, confrontées elles aussi depuis longtemps à ce problème, sont aujourd’hui en première ligne dans la prévention du suicide et, d’ailleurs, L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) remettait en juin dernier le prix méritas Réjean-Marier de l’intervenant 2015-2017 au psychologue Marc-André Dufour, du Programme de soutien de Valcartier.

«Aujourd’hui, nous soulignons la Journée mondiale de prévention du suicide – une initiative mondiale visant à prévenir le suicide et à sensibiliser les gens à cette réalité. La perte d’un militaire ou d’un vétéran est une tragédie qui a des répercussions terribles sur les proches du disparu, sur sa communauté et sur ses frères et sœurs d’armes. », ont déclaré d’une seule voix les ministres Sajjan et O’Regan.

«La Défense nationale et Anciens Combattants Canada estiment qu’un seul suicide en est un de trop. Il n’existe pas de solution facile à ce problème complexe, et chaque personne qui souffre est unique. Cette question mérite toute notre attention. », d’ajouter les ministres de la Défense nationale et des Anciens combattants.

Et, malgré la tentation de nier l’importance de ce problème, les Forces armées canadiennes ne sont pas restées les bras croisées devant le suicide de certains de ses membres.

Après bien des critiques, Ottawa s’est engagé avec la nouvelle politique de défense du Canada à veiller à ce que tous les membres des Forces armées aient accès à «un système de soins de santé complets de premier ordre qui permette de remédier aux problèmes de santé physique des militaires et les aide à conserver leur bien-être mental».

Les Forces armées canadiennes offrent des programmes qui sont maintenant à l’avant-garde de ce qui se fait en la matière.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez avez un urgent besoin d’aide en santé mentale, nous vous incitons à demander de l’aide à votre gestionnaire de cas, à votre fournisseur de soins ou à vous rendre à l’urgence, ou encore à composer le 911.

De l’aide est également offerte au personnel militaire à la clinique de santé des FAC ou à l’urgence de l’hôpital civil le plus près, et par téléphone, auprès des conseillers du Programme d’aide aux membres des Forces armées canadiennes, en composant le 1-800-268-7708.

Tous les services sont gratuits et disponibles en tout temps.

Le programme Soutien social – blessures de stress opérationnel (SSBSO) du MDN et ACC est un réseau de soutien par les pairs à l’intention de ceux qui souffrent de blessures de stress opérationnel et des familles qui vivent avec une personne affligée par ce type de blessure. Dans le cadre du programme, des coordonnateurs de soutien par les pairs et de soutien aux familles par les pairs sont employés à temps plein, et nous avons mis en place un programme bien structuré pour la formation et l’encadrement des bénévoles.

ACC dispose d’un réseau national bien établi formé d’environ 4 000 professionnels du milieu communautaire qui offrent des services de santé mentale aux vétérans, ainsi qu’aux policiers en service ou libérés de la GRC qui souffrent du trouble de stress post-traumatique ou d’autres blessures de stress opérationnel.

Parmi les services offerts, citons notamment le réseau de 11 cliniques spécialisées pour les blessures de stress opérationnel partout au pays. À ces cliniques s’ajoutent les sept centres de soutien pour trauma et stress opérationnels (CSTSO), principalement destinés aux militaires actifs.

Le Programme de soutien pour trauma et stress opérationnels des Forces armées canadiennes, par exemple, offre des services d’évaluation, des traitements individuels ou de groupe pour les militaires victimes de stress opérationnel. Il fournit de l’aide aux militaires en service actif et à leur famille qui vivent des problèmes découlant des opérations militaires.

Il est un exemple éloquent de l’approche d’aujourd’hui au sein des forces armées des problèmes de santé mentale.

Intégrés aux services de santé mentale des Forces canadiennes, les programmes spécialisés du CSTSO offrent aux patients présentant des blessures de stress opérationnel des services d’évaluation et de traitement uniformes et très complets faisant appel à des pratiques exemplaires fondées sur les preuves. Ces programmes sont offerts à Halifax, Gagetown, Valcartier, Ottawa, Petawawa, Edmonton et Esquimalt. Des éléments des programmes du CSTSO sont également offerts aux plus petites bases, selon la taille de la population et les ressources locales disponibles.

Mais tout cela ne servirait à rien sans l’empathie et la collaboration de tous.

« Nous pouvons tous faire notre part pour prévenir le suicide. En cette Journée mondiale de prévention du suicide, nous vous invitons à réfléchir sur la manière dont la compassion et l’empathie – que vous manifestez par des mots ou des gestes – peuvent avoir un impact positif dans la vie de quelqu’un. », soulignent les ministres Sajjan et O’Regsan. « Si vous remarquez qu’une personne de votre entourage souffre, a des problèmes de santé mentale, ou même remet en question la valeur de sa propre vie, offrez-leur votre aide. Votre intervention pourrait éviter une perte tragique. ».

Dans l’esprit du thème de la 15e édition de la Journée mondiale de la prévention du suicide: «  »Prenez une minute, changez une vie ».

Les commentaires sont fermés.