L’armée américaine retire un contrat de près d’un demi-milliard à la montréalaise CAE sans trop d’explications

0
CAE sur la Côte de Liesse à St-Laurent, Montréal (Photo: Archives/CAE)

CAE USA, filiale de la montréalaise CAE, rapporte aujourd’hui a été informée sans trop d’explications qu’à la suite de contestations quant à l’octroi initial d’un contrat de service de soutien de 450 millions $ avec l’armée américaine, ce contrat lui était maintenant retirée.

En janvier dernier, la multinationale québécoise avait annoncé l’obtention de ce contrat de neuf ans visant à assurer la formation sur simulateurs des pilotes d’hélicoptères de l’armée américaine à Fort Rucker, en Alabama.

Le contrat de service de soutien aux instructeurs pour le programme Initial Entry Rotary-Wing a maintenant été retiré à CAE pour être plutôt accordé à l’entreprise qui avait précédemment ce contrat, Aecom, qui avait contesté la décision de l’armée américaine de se tourner vers la filiale de l’entreprise montréalaise.

La société montréalaise, spécialiste réputée des simulateurs de vol et de la formation, s’est déclarée « déçue de cette décision de l’armée américaine, et, à la suite d’un débreffage, elle déterminera les prochaines étapes, qui pourraient inclure d’autres contestations. »

Initialement, précise la société montréalaise, CAE USA s’était vue attribuer ce contrat à la fin de 2016, une annonce avait été faite le 12 janvier 2017, mais, comme le contrat octroyé avait immédiatement fait l’objet de contestations, CAE USA n’avait pas encore commencé à exécuter ce contrat.

Donc, a tenu affirme l’entreprise dans son communiqué annonçant la perte de ce contrat, « ce récent développement ne modifie pas les perspectives de CAE pour l’année, ou ses attentes quant à la croissance des activités de son secteur Défense et sécurité. »

Cette nouvelle ne semble pas non plus avoir trop affecté le cours des actions de l’entreprise puisqu’en puisqu’en milieu de séance à la Bourse de Toronto l’action de la société retraitait de 44 cents, ou 2,17 %, pour se négocier à 19,81 $.

L’entreprise Montréalaise a, selon ses mots, « la plus vaste présence mondiale de l’industrie, avec plus de 8 500 employés, 160 emplacements et centres de formation dans plus de 35 pays. » Elle assure chaque année la formation de plus de 120 000 membres d’équipage du secteur civil et du secteur de la défense et de milliers de professionnels de la santé dans le monde.

Les commentaires sont fermés.