L’Aviation royale canadienne conclut sa participation à l’exercice français SERPENTEX en Corse

0
Le caporal-chef François Villeneuve et le caporal Jason Chiasson, tous deux membres du 433e Escadron tactique de chasse, font faire une visite du chasseur canadien CF-188 Hornet aux techniciens en avionique de l’Armée de l’air française au cours de l’exercice Serpentex, à la base aérienne 126 «Capitaine Preziosi» de Ventiseri-Solenzara, en Corse, en France, le 18 septembre 2017. (Caporal-chef Louis Brunet/Section d’imagerie Bagotville)

L’Aviation royale canadienne vient tout juste de terminer de participer à un exercice en France réunissant des forces terrestres, aériennes et navales qui s’est déroulé du 11 au 29 septembre 2017 à la base aérienne de Ventiseri-Solenzara, en Corse, en France.

Dans cette 10e édition de l’exercice SERPENTEX, l’Aviation royale canadienne a déployé des militaires du 433e Escadron d’appui tactique, basé à la 3e Escadre Bagotville, au Québec, et trois chasseurs CF-18 Hornet afin qu’ils participent à des scénarios d’appui aérien rapproché auxquels prenaient également part des militaires de l’Armée canadienne.

De nombreux autres pays membres de l’OTAN ont participé à l’exercice dirigé par la France, qui a réuni plus de 1 000 militaires et 39 avions de chasse provenant de neuf pays. La participation du Canada à cet exercice interarmées aux côtés d’autres États partenaires a permis d’accroître la capacité des Forces armées canadiennes de prévoir les opérations de combat et de soutien de la paix et de les appuyer.

« En participant à cet exercice international d’envergure, qui s’est révélé un entraînement interarmées enrichissant, le 433e Escadron d’appui tactique a pu montrer ses capacités expéditionnaires, mais aussi accroître son efficacité au combat et son interopérabilité avec les alliés du Canada membres de l’OTAN. », a commenté le lieutenant-colonel Jared Penney, commandant du 433e Escadron d’appui tactique. »L’exercice SERPENTEX constitue une excellente occasion d’éprouver l’intégration de forces aériennes et terrestres grâce au terrain et à l’espace aérien uniques de la Corse. Il a aussi permis aux participants de s’exercer rigoureusement au commandement et au contrôle opérationnels, notamment au moyen de capacités numériques d’appui aérien rapproché faisant appel à de nouvelles technologies assistées par liaison satellite.»

Faits en bref

L’exercice comprenait des tactiques utilisées dans des opérations comme l’opération IMPACT, soit la participation du Canada à la lutte contre Daech.

La série d’exercices SERPENTEX a débuté en Corse en 2008, lorsque la Belgique et les États-Unis se sont joints à la France pour effectuer un entraînement destiné aux contrôleurs aériens terminaux interarmées avec des appareils alliés.

D’autres alliés se sont successivement joints aux exercices, ce qui indique la grande valeur de l’événement.

Le secteur d’entraînement en Corse constitue un endroit exceptionnel qui s’apparente au milieu opérationnel où se déroulent les déploiements alliés et de coalition.

Cette année, l’exercice SERPENTEX mettait l’accent sur la préparation au combat de contrôleurs aériens terminaux interarmées et de membres d’équipage. Les participants ont mené des opérations interarmées diurnes et nocturnes au niveau tactique, des missions de soutien aérien rapproché destinées aux avions et aux hélicoptères et des exercices de tir air-sol contrôlés par les contrôleurs aériens terminaux interarmées.

Cinq militaires de l’Armée canadienne ont travaillé au sol comme contrôleurs aériens terminaux interarmées. Ils avaient la tâche de demander et de guider les missions d’appui aérien dans des situations de combat.

Les commentaires sont fermés.