Le capitaine de corvette Mathieu Leroux prend officiellement les commandes du NCSM Donnacona (PHOTOS/VIDÉO)

Le capitaine de frégate Robert Taylor remet les commandes du NCSM Donnacona au capitaine de corvette Mathieu Leroux, le 16 septembre 2017. (45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Navire canadien de sa majesté Donnacona, basé à Montréal, n’est peut être pas un navire fait d’acier, mais son équipage n’a pas démérité en réussissant la cérémonie de passation de commandement qui a eu lieu samedi 16 septembre.

Une cinquantaine de membres de l’unité de la Réserve navale, accompagnée d’une dizaine de musiciens, se sont ainsi retrouvés sur le terrain de parade du NCSM Donnacona, pour dire au revoir à leur ancien officier commandant, le capitaine de frégate Robert Taylor et pour saluer l’arrivée de son remplaçant, le capitaine de corvette Mathieu Leroux, qui en est à sa huitième année au sein de l’unité.

Composée de citoyens-marins, l’unité a su au cours des dernières années faire sa place à Montréal. La métropole québécoise compte pas moins d’une dizaine d’unités de la réserve de l’armée, mais le Donnacona a réussi à recruter massivement et intelligemment, pour se retrouver maintenant avec près de 240 membres, avec l’objectif d’arriver prochainement à près de 290.

De plus, le Donnacona a su se reconnecter à la communauté montréalaise en prenant part à de nombreux évènements, dont la parade de la St Patrick, la parade de la fierté, la Formule 1, les courses de bateaux dragon boat et bien sûr en étant présent pour les Montréalaises et les Montréalais lors de catastrophes naturelles, comme les récentes inondations de ce printemps.

En présence du capitaine de frégate Étienne Landry, capitaine régional (est) de la Réserve navale, les commandants entrants et sortants ont signé les parchemins officialisant le changement de commandement.

Le capitaine de corvette Leroux n’aura pas qu’un seul cheval de bataille au cours de ses années à la tête de l’unité, mais bien deux. «Nous aurons deux chevaux de bataille pour l’unité au cours de l’année à venir: la force de sécurité navale et l’entrainement de recrues». «Cet été nous avons entraîner 24 personnes au sein même de nos murs, ce qui ne s’était pas fait depuis près de 30 ans. Et on le fait pour une douzaine d’unités d’entraîner leurs membres. Et deuxièmement, avec la nouvelle doctrine de la force de sécurité navale nous allons allons avoir plusieurs exercices dont un fin octobre que nous allons organiser où les gens apprendront l’usage de la force, comment protéger des zones tant sur terre que sur mer, dans le but d’envoyer des marins à l’étranger», poursuit Mathieu Leroux.

C’est justement tenant occupé les marins que l’unité réussit à avoir un excellent taux de rétention. Régulièrement, des membres du Donnacona sont déployés un peu partout sur la planète pour supporter plusieurs des opérations extérieures canadienne. Plusieurs ont justement pris part cet été à un déploiement en Asie du sud-est pour la protection de navires.

Le capitaine de frégate Robert Taylor rappelle également que le Donnacona supportait la venue de navires alliés à Montréal, venus de France, de Corée du sud ou encore des États-Unis, pour montrer à la ville de Montréal que la Marine royale canadienne et le NCSM Donnacona sont bien présents. Des membres du Donnacona ont d’ailleurs fièrement porté le drapeau de Montréal sur les 160 kilomètres du parcours de la Marche de Nimègue, cet été aux Pays-Bas.

Qui a dit que Montréal n’était pas une ville de marine ?