Les États-Unis approuvent la possible vente de 18 F/A-18 Super Hornet au Canada

0
Un F/A -18 Super Hornet décolle à l’aéroport de St-Louis, aux États-Unis, le 25 janvier 2017. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

La DSCA (Defense Security Cooperation Agency), agence américaine en charge des programmes de coopération militaire annonce que le Département d’État américain vient d’approuver officiellement la possibilité de vente au Canada de 18 avions de chasse F/A-18 Super Hornet, pour un total de 5,23 milliards $US.

Dans un communiqué référençant l’intégralité des équipements, la DSCA indique avoir approuvé une éventuelle vente de dix avions F/A-18E Super Hornet, avec des moteurs F414-GE-400 et huit avions F/A-18F Super Hornet, avec moteurs F414-GE-400. La vente inclut également des missiles AIM-9 Sidewinder Block II et l’entraînement et tout le soutien nécessaire aux pilotes et techniciens.

La variante E du Super Hornet comporte un seul siège, tandis que la variante F comporte deux sièges.

Depuis l’annonce le 22 novembre 2016 par le gouvernement libéral de vouloir acquérir 18 Super Hornet pour remplacer de manière temporaire ses avions CF-18 Hornet vieillissants, le Canada a envoyé sa lettre de requête officielle le 13 mars 2017, mais les choses se sont depuis gâtées.

Boeing reproche à Bombardier d’avoir vendu des appareils C Series au transporteur aérien américain Delta Airlines à un prix plus bas que le marché, grâce aux subventions du gouvernement canadien. L’entreprise américaine a même déposé une plainte formelle auprès du département américain du Commerce et de la Commission du commerce international.

>> LIRE LE BLOGUE DE CHRISTIAN PICARD RÉSUMANT L’AFFAIRE BOEING VS BOMBARDIER >>

Le gouvernement Trudeau avait alors lancé un sévère avertissement, menaçant d’abandonner son plan d’achat des 18 avions de combat Super Hornet de Boeing. Mais le combat se poursuit encore.

Malgré cette plainte commerciale, le processus suit dont son cours avec l’approbation du Département d’État.

Le communiqué de la DSCA mentionne que cette vente permettrait d’«améliorer la sécurité d’un allié de l’OTAN qui a été et continue d’être un partenaire démocratique clé des États-Unis pour assurer la paix et la stabilité».

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, le porte-parole de la division Défense, Espace et Sécurité de Boeing, Scott Day, indique comprendre que «le processus formel de notification du Congrès a débuté. À ce moment-là, nous devons nous soumettre au gouvernement des États-Unis sur tous les détails officiels, mais nous sommes encouragés par le soutien du gouvernement américain à cette importante capacité de défense de l’Amérique du Nord».

Les principaux entrepreneurs sélectionnés sont: Boeing, Northrop Grumman, Raytheon, General Electric et Raytheon Missile Systems.

La décision du département américain du Commerce quant à savoir si des mesures punitives seront imposées sur les ventes d’appareils CSeries est attendue ce 25 septembre.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.