L’US Navy, sur-sollicitée, n’entretient pas correctement ses navires

0
195
Le destroyer lanceur de missiles USS John S. McCain rentre à Singapour le 21 août 2017 avec un trou béant dans la coque après une collision la veille avec un pétrolier. (AFP/Roslan RAHMAN)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le destroyer lanceur de missiles USS John S. McCain rentre à Singapour le 21 août 2017 avec un trou béant dans la coque après une collision la veille avec un pétrolier. (AFP/Roslan RAHMAN)

L’US Navy, sur-sollicitée sur les théâtres étrangers, n’entretient pas correctement ses navires et n’entraîne pas suffisamment ses marins surmenés, conclut un rapport officiel publié jeudi.

« La Navy est prise entre des exigences opérationnelles continues et un nombre limité de navires », a indiqué devant une commission de la Chambre des représentants John Pendleton, directeur du GAO, l’équivalent américain de la Cour des Comptes.

Le rapport qu’il a présenté était demandé par les parlementaires américains, après quatre accidents ayant impliqué des navires de l’US Navy depuis un an, causant la mort de 17 personnes.

« La Navy prévient depuis un moment qu’elle fonctionne à un rythme qui n’est pas soutenable. Notre enquête a confirmé ces problèmes », a-t-il ajouté.

Les problèmes sont plus visibles sur les navires ayant leur port d’attache au Japon, qui sont fréquemment déployés pour des missions sensibles en mer de Chine et au large de la péninsule coréenne.

Comparaison des pourcentages de temps alloués à la formation, la maintenance et au déploiement pour les croiseurs et les destroyers de la U.S. Navy basés au U.S.A. ou au Japon. (Source: GAO-17-798T Navy Readiness)

Dans cette zone maritime, les marins travaillent jusqu’à 100 heures par semaine, et la formation technique et opérationnelle de 37% d’entre eux n’est pas à jour.

Le destroyer USS John S. McCain est entré en collision le 21 août avec un pétrolier dans le détroit de Singapour, faisant 10 morts. Mi-juin, déjà, sept marins américains avaient péri dans un accident entre le destroyer USS Fitzgerald et un porte-conteneurs au large du Japon.

Deux autres incidents ont opposé des navires de l’US Navy dans le Pacifique cette année, sans faire de victime: en janvier, l’USS Antietam s’est échoué près de sa base japonaise et en mai l’USS Lake Champlain est entré en collision avec un navire de pêche sud-coréen.

Vue d’ensemble des incidents majeures ayant affecté les navires de la U.S. Navy de janvier à août 2017. (Source: GAO-17-798T Navy Readiness)

Certains parlementaires américains se sont étonnés qu’un navire de guerre puisse entrer en collision avec un bâtiment aussi massif qu’un pétrolier ou un porte-conteneur, et l’US Navy s’est demandée si elle pourrait être victime de cyberattaques.

« Deux destroyers, 17 morts … Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas », a noté le représentant démocrate Anthony Brown.

Certains spécialistes jugent improbable que des personnes ou entités mal intentionnées puissent orchestrer de tels accidents, compte tenu des systèmes de sécurité américains et de la logistique qu’il faudrait déployer pour faire converger deux navires.

Mais pour d’autres, il n’est pas satisfaisant d’imputer la série noire à une simple erreur humaine ou à la coïncidence.