Ouragan Maria: le NCSM St John’s est arrivé à l’île de la Dominique

0
Le NCSM St. John’s. (Wikipédia)

Après Irma, Maria. Le NCSM St-John’s (FFH 340), se porte au secours de la Dominique où les 72 000 habitants sont en état de choc et les infrastructures dévastées et où il aura pour mission de fournir une aide humanitaire à cette petite île située en plein cœur des petites Antilles, au nord de la Martinique.

La frégate canadienne est arrivée ce matin à 9h (heure locale) à la Dominique, située dans le même fuseau horaire que Montréal. Elle est maintenant au large de la Dominique et elle est opérationnelle.

Le St.John’s, déjà dans la région en soutien aux opérations humanitaires menées par le gouvernement du Canada, a été identifié par l’équipe canadienne d’évaluation des catastrophes comme étant une ressource utile en réponse aux besoins identifiés sur le terrain dû à la capacité du navire de produire de l’eau potable et à la présence d’un hélicoptère Sea King à bord.

L’équipe canadienne d’évaluation des catastrophes, arrivée à Roseau, la capitale de la Dominique, le 21 septembre pour évaluer les besoins humanitaires, collabore étroitement avec des partenaires sur le terrain et a pu rencontrer la ministre des Affaires étrangères de la Dominique afin de déterminer la meilleure façon pour le Canada de soutenir ce pays, indique à Ottawa Affaires mondiales Canada.

Du personnel et des ressources des Forces armées canadiennes sont déjà été déployés dans la région; ils transportent du matériel de Bridgetown, à la Barbade, vers les régions touchées, et fournissent une reconnaissance aérienne et un soutien aux opérations d’aide humanitaire dans la région.

L’équipe de commandement du NCSM St. John’s s’est pour sa part réunie cet-après-midi avec les responsables sur place pour déterminer avec précisions les tâches qui seront assignées au personnel de la frégate canadienne, a confirmé aujourd’hui à 45eNord.ca le ministère de la Défense.

Outre les « réunions d’engagement clés » avec les autorités locales, la reconnaissance aérienne à l’aide de l’hélicoptère CH-124 Sea King permettra de mieux déterminer où les efforts de l’équipage peuvent être utilisés.

D’une manière générale, bien que l’emplacement soit différent, l’opération n’a toutefois pas changé. Comme dans le cas d’Irma précédemment, l’équipage du NCSM St. John’s effectuera en Dominique un certain nombre de tâches liées à l’aide humanitaire pour atténuer les souffrances causées récemment par l’ouragan Maria, dont la fourniture d’eau douce et de nourriture, ainsi que l’hébergement de ceux qui ont été laissés sans abri par l’ouragan.

Les délais sont actuellement inconnus, a indiqué à 45eNord.ca un responsable de l’opération RENAISSANCE, le capitaine Matt Zalot, « mais nous avons l’intention de commencer le travail demain, probablement dans la partie nord-est de l’île, et l’équipage envisage de se concentrer sur la fourniture de vivres et d’autres aides humanitaires jusqu’à ce que le gouvernement du Canada en décide autrement. »

La frégate canadienne de classe Halifax assignée à la Force maritime Atlantique avait auparavant, dans le cadre de l’Opération RENAISSANCE IRMA , contribué aux efforts de secours dans la région des îles Turks et Caïcos où l’équipage est descendu à terre pour aider à enlever les débris et à rétablir le courant et les sources d’eau.

L’hélicoptère CH-124 Sea King du navire et son équipage aérien ont aussi lors de cette mission survolé la région et livré de l’eau aux membres de la communauté locale pendant que l’équipe de plongée évaluait les dommages sous l’eau.

À l’approche de Maria, dont les dernières prévisions indiquaient que l’œil passerait non loin des îles Turques et Caïques, l’équipage avait été dans l’obligation de suspendre ss opérations vendredi 22 septembre et le NCSM St John’s avait alors dû quitter la région pour se mettre à l’abri plus au sud, entre la Jamaïque et Haïti.

Le 22 septembre, le premier ministre de la Dominique, Roosevelt Skerrit, s’est entretenu avec le premier ministre Trudeau, qui a promis l’assistance du Canada à la petite île indépendante dont, selon les mots de son premier ministre, les habitants « ont perdu tout ce qui pouvait être perdu » après le passage de l’ouragan Maria. « Les vents ont emporté les toits chez presque toutes les personnes avec lesquelles j’ai parlé ou été en contact. Le toit de ma propre résidence officielle a été un des premiers à s’envoler ».

« Les Forces armées canadiennes, y compris l’équipage du navire, sont très heureuses de soutenir l’effort du gouvernement du Canada en matière de secours aux pays touchés par les récentes catastrophes météorologiques et nous sommes fiers de pouvoir participer à ces efforts de réponse aux catastrophes », a déclaré aujourd’hui le capitaine Zalot à 45eNord.ca.

Évacuation des Canadiens

Jusqu’ici, plus de 6 000 Canadiens ont pu quitter par des moyens de transport commerciaux les régions touchées par l’ouragan Maria, indique Affaire Mondiales Canada, mais le Canada avait tout de même reçu 210 demandes d’aide de Canadiens, principalement en provenance de l’île de la Dominique, indiquait hier Affaires Mondiales Canada.

Les infrastructures de la petite île caribéenne, incluant les routes, les aéroports et les réseaux téléphoniques, ont été gravement endommagées, ce qui complique les plans d’évacuation. Ottawa ne rapporte cependant aucun citoyen canadiens décédé ou blessé.

Aujourd’hui, deux citoyens canadiens furent évacués de la Dominique à la Barbade par avion Hercule C-130. Cet avion venait de livrer des pièces
pour l’hélicoptère Sea King embarqué à bord du NCSM St. John’s.‎

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.