Birmanie: pas de progrès annoncés après la visite d’un responsable de l’ONU

39
Des réfugiés rohingyas dans un camp à Ukhia, le 19 septembre 2017 au Bangladesh. (AFP/DOMINIQUE FAGET)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des réfugiés rohingyas dans un camp à Ukhia, le 19 septembre 2017 au Bangladesh. (ArchivesAFP/DOMINIQUE FAGET)

Un haut responsable de l’ONU s’est rendu pendant cinq jours en Birmanie sans apparemment obtenir d’avancées sur les demandes répétées des Nations unies d’un accès humanitaire sans entrave dans l’ouest du pays et un retour des réfugiés Rohingyas ayant fui au Bangladesh.

Lors de son séjour du 13 au 17 octobre, Jeffrey Feltman, secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires politiques, a rencontré la dirigeante Aung San Suu Kyi et le chef de l’armée birmane, le général Min Aung Hlaing. Il s’est aussi rendu dans l’État Rakhine (ouest), théâtre de violences depuis la fin août.

Il y a « vu des dizaines de villages incendiés et détruits » et « rencontré plusieurs communautés affectées par les violences récentes », a précisé dans un communiqué le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric. « Il a aussi été dans des camps de personnes déplacées près de Sittwe, créés en 2012 ».

Depuis plus d’un mois, l’ONU réclame à la Birmanie l’arrêt de ses opérations militaires, un accès humanitaire sans entrave et le retour des réfugiés dans leurs zones d’origine.

Selon l’ONU, malgré ces demandes, le flux de réfugiés vers le Bangladesh ne cesse pas et depuis le 25 août leur nombre a atteint 582.000 personnes, notamment des femmes et des enfants.

Les musulmans rohingyas fuient les violences qui ont débuté fin août en Birmanie à majorité bouddhiste et que l’ONU considère comme une épuration ethnique.

« Nous ne nous attendions pas à des avancées rapides en annonçant le voyage » de Jeffrey Feltman, réalisé à l’invitation de la Birmanie, a précisé Stéphane Dujarric. « La discussion se poursuit avec le gouvernement birman », a-t-il précisé, soulignant que l’ONU espère un accès humanitaire « aussi vite que possible ».

Selon l’ONU, « 10.000 à 15.000 réfugiés rohingyas sont entrés au Bangladesh » depuis dimanche soir « en passant par le poste-frontière de Anjuman Para dans le district d’Ukhia », après avoir dû fuir lorsque « leurs villages ont été incendiés ».

Le mois dernier, la Birmanie avait invité à se rendre dans le pays le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui connait bien l’État Rakhine pour y avoir été dans ses anciennes fonctions de Haut commissaire aux réfugiés (2005-2015). Selon l’ONU, il étudie toujours sa réponse.