Et une autre bavure: dix membres des forces de sécurité tués dans un raid aérien afghan

31
Des forces de sécurité inspectent le lieu d'un attentat suicide à Lashkar Gah, capitale de la province du Helmand, le 23 août 2017. (AFP/Archives/STR)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des forces de sécurité inspectent le lieu d’un attentat suicide à Lashkar Gah, capitale de la province instable du Helmand, le 23 août 2017. (AFP/Archives/STR)

Dix membres des forces de sécurité ont été tués dimanche dans un raid aérien de l’armée afghane visant des talibans dans la province du Helmand (sud), largement sous contrôle des insurgés.

Cette « bavure » s’est produite au moment où les forces gouvernementales essayaient de repousser les talibans hors d’un district « stratégique, théâtre de violents combats depuis plusieurs jours » a expliqué à l’AFP le gouverneur du Helmand, Hayatullah Hayat.

Le ministère de la Défense a confirmé l’erreur de l’armée de l’air afghane, précisant qu’une enquête avait été ouverte.

L’incident s’est produit autour de 16H30 (12H00 GMT) dans le district de Gereshk, au nord-ouest de la capitale provinciale Lashkar-Gah.

Selon une source de sécurité qui a tenu à garder l’anonymat, les victimes étaient, pour neuf d’entre elles, des membres des services de renseignement (NDS), ainsi qu’un policier.

« Au moins neuf policiers ont également été blessés », a ajouté cette source.

La toute jeune armée de l’air afghane, qui augmente progressivement sa puissance de feu, est accusée par l’Onu de faire de nombreuses victimes collatérales lors de ses bombardements.

Le 21 juillet ce sont seize policiers afghans qui avaient été tués par un bombardement américain, dans le même district de Gereshk, alors qu’ils venaient de repousser les talibans hors du village visé.

Frontalier du Pakistan, le Helmand est une place-forte des talibans qui y contrôlent au moins dix des quatorze districts et y cultivent le pavot, dont ils tirent l’essentiel de leurs revenus.

Cette seule province assure 80% de la production d’opium afghan.

Le Helmand est de longue date une terre disputée entre les talibans et l’armée afghane et, avant elle, par les forces occidentales y ont perdu des centaines d’hommes, entre troupes britanniques et américaines.

En avril, 300 Marines américains y ont été déployés, sur une base au nord de Lashkar-Gah.