Julie Payette devient aujourd’hui la 29e gouverneure générale (LIVE)

0

L’ancienne astronaute québécoise, Julie Payette, qui n’est âgée que de 53 ans, est deviemt aujourd’hui la quatrième femme à occuper le poste de gouverneur général du Canada après Michaëlle Jean (2005-2010), Adrienne Clarkson (1999-2005) et Jeanne Sauvé (1984-1989). Mme Payette, 53 ans, est aussi l’une des plus jeunes Canadiennes à occuper ce poste.

Elle succède à l’ex chancelier de l’Université McGill, David Johnston, 76 ans, qui a occupé le poste sept ans, respectant ainsi la tradition d’alternance entre francophones et anglophones qui est en vigueur depuis le milieu du 20e siècle.

C’est le 13 juillet dernier que le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que, suivant sa recommandation, «Sa Majesté la reine a été heureuse d’approuver la nomination de Mme Julie Payette à titre de prochaine gouverneure générale du Canada» et que « Mme Payette succédera à Son Excellence le très honorable David Johnston».

Le 20 septembre, Julie Payette a eu sa première audience officielle avec la reine Élisabeth II. La rencontre s’est déroulée au Château de Balmoral, la résidence d’été de Sa Majesté en Écosse et, à cette occasion, Mme Payette a été investie Compagnon extraordinaire de l’Ordre du Canada (C.C.), Commandeur extraordinaire de l’Ordre du mérite militaire (C.M.M.) et Commandeur de l’Ordre du mérite des corps policiers (C.O.M.) par Sa Majesté.

Et, ce lundi 2 octobre, lui ont été présentées quatre colliers faisant d’elle la Chancelière de l’Ordre du canada, la Chancelière de l’Ordre du mérite militaire, la Chancelière de l’Ordre du mérite des corps policiers et la chef de l’Autorité héraldique du Canada.

Julie Payette devient donc enfin la 29e gouverneure générale. La cérémonie d’installation de la gouverneure générale se déroule dans la chambre du Sénat devant des parlementaires, d’anciens premiers ministres, des juges de la Cour suprême et environ 400 invités. La cérémonie sera également retransmise à la télévision et en ligne.

La nouvelle gouverneure générale est accompagnée de son fils de 14 ans, Laurier Payette Flynn, à son arrivée sur la colline du Parlement et ses parents, sa sœur et son frère sont également parmi les invités.

Après la cérémonie, première activité officielle à titre de gouverneure générale, Julie Payette, son fils et d’autres dignitaires se rendront au Monument commémoratif de guerre du Canada, où elle a déposera des fleurs en hommage aux Canadiens morts au combat.

Les armoiries

Peu avant la cérémonie à la chambre haute, Rideau Hall avait dévoilé la photo officielle ainsi que les armoiries de Mme Payette.

Les armoiries comprennent une aile, qui évoque les notions d’exploration et de liberté, une portée de musique, qui incarne la créativité, et deux lynx, qui symbolisent l’agilité. La couronne royale indique son rôle à titre de représentante de la reine.

Les feuilles de laurier qui accompagnent les étoiles représentent Laurier, le fils de Julie Payette.

Le concept original a été créé par l’Autorité héraldique du Canada, dont le chef est le gouverneur général. Tous les gouverneurs généraux ont utilisé des armoiries depuis la Confédération.

Ces emblèmes personnels sont repris sur leur sceau privé ainsi que sur la Médaille académique du gouverneur général depuis 1873.


Les coulisses de la création des armoiries de Julie Payette (Rideau Hall)

Comme nombre d’autres astronautes, Mme Payette a aussi été pilote militaire. En février 1996, elle terminait son entraînement de pilote militaire à la Base des Forces armées canadiennes de Moose Jaw en Saskatchewan et obtenait son grade de capitaine sur le jet Tutor C-114 « Snowbird ».

Née à Montréal, l’astronaute aujourd’hui âgée de 53 ans a été la deuxième Canadienne à voyager dans l’espace et la première à visiter la Station spatiale internationale et à y travailler. Son premier vol remonte à 1999, alors qu’elle a pris part à la mission STS-96 à bord de la navette spatiale Discovery. Dix ans plus tard, en 2009, elle agissait en tant qu’ingénieure de vol au sein de l’équipage de la mission STS-127, dans la navette Endeavour.

Astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne entre 2000 et 2007, elle a aussi représenté le corps des astronautes à l’étranger, aux États-Unis, en Europe et en Russie.

Après sa carrière d’astronaute, elle a été notamment (de juillet 2013 à octobre 2016), directrice du Centre des sciences de Montréal.

Titulaire d’un baccalauréat international du United World College of the Atlantic, au pays de Galles, au Royaume-Uni, d’un baccalauréat en génie électrique de l’Université McGill et d’une maîtrise en sciences appliquées en génie informatique de l’Université de Toronto;

La nouvelle Gouverneure générale parle couramment le français et l’anglais et peut converser en espagnol, en italien, en russe et en allemand;

Également pianiste, elle s’est notamment produite avec l’Orchestre symphonique de Montréal, le Piacere Vocale de Bâle, en Suisse, et avec le Tafelmusik Baroque Orchestra Choir à Toronto.

Les commentaires sont fermés.