Le Canada a accueilli 800 réfugiés yézidis d’Irak

0
Nihad, une Irakienne yazidie de 16 ans kidnappée par l’organisation Etat islamique, s’exprime lors d’un entretien avec l’AFP, le 9 mars 2016 à Londres. (AFP/LEON NEAL)

Près de 800 réfugiés yézidis d’Irak, persécutés par le groupe extrémiste État islamique (EI), ont été accueillis au Canada depuis un an, a annoncé jeudi le ministre canadien de l’Immigration, Ahmed Hussen.

Le Parlement canadien avait voté il y a un an une résolution qualifiant de « génocide » les exactions subies par les Yézidis dans le nord de l’Irak, et promis d’accueillir 1.200 « survivants, très vulnérables ».

« Je suis aujourd’hui fier d’annoncer que presque 800 femmes et fillettes, ainsi que d’autres survivants de l’EI sont déjà arrivés et ont commencé à refaire leur vie au Canada grâce à des parrainages privés et de groupes communautaires », a déclaré au Parlement Ahmed Hussen.

« Je demeure étonné par la générosité et la compassion dont font preuve les Canadiens à l’égard de ce groupe très vulnérable », a souligné M. Hussen, lui-même un ancien réfugié de Somalie.

Les Yézidis, une minorité kurdophone adepte d’une religion pré-islamique en partie issue du zoroastrisme, ne sont ni arabes ni musulmans, et l’EI les considère comme des hérétiques polythéistes.

Des milliers de femmes et adolescentes, en particulier celles issues de la minorité yézidie, ont subi des abus horribles dans des zones contrôlées par l’EI, tels que des viols, enlèvements, esclavage et traitements inhumains, estimait l’ONU fin août.

En 2014, des djihadistes ont tué des milliers de Yézidis dans leur fief du mont Sinjar, dans le nord de l’Irak, et enlevé des milliers de femmes et d’adolescentes, pour les réduire à l’état d’esclaves sexuelles.

Environ 3.000 d’entre elles seraient encore en captivité, selon un rapport récent de la mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU.

Depuis fin novembre 2015, le Canada a aussi accueilli plus de 40.000 réfugiés syriens.

Les commentaires sont fermés.