Déploiement du portail Sécurité Défense Québec lors du Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité

0
3e Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité. (45eNord.ca)

C’est un nouveau venu dans le milieu. Le portail Sécurité Défense Québec a été dévoilé ce lundi 23 octobre devant des membres des Forces armées canadiennes et de l’industrie de la Défense, lors du troisième Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité.

Le Symposium, qui se déroulait à l’Hôtel Mortagne à Boucherville, sur la Rive-Sud de Montréal, est une initiative de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) en partenariat avec Aéro Montréal, un forum stratégique de concertation qui réunit l’ensemble des premiers dirigeants du secteur aérospatial québécois, et la STIQ, une association multisectorielle d’entreprises québécoises.

Le Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité et le portail Sécurité Défense Québec

Le Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité rassemble des donneurs d’ordres, des équipementiers et des PME et vise à positionner le Québec, ses entreprises et ses institutions de recherche au cœur des occasions d’affaires en défense et sécurité.

Cet événement permet notamment d’informer les PME des occasions d’affaires sur le marché de la défense et de la sécurité et des meilleures pratiques pour favoriser leur succès, en plus de faire un survol des capacités industrielles des entreprises québécoises qui œuvrent déjà dans ce marché.

Des acteurs clés du gouvernement du Canada (notamment Services publics et Approvisionnement, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, la Garde côtière et bien d’autres) étaient présents.

Il a été aussi possible d’expérimenter lors du Symposium le prototype du portail Sécurité Défense Québec. Ce portail est destiné à offrir un ensemble de services aux entreprises et aux organismes souhaitant accroître leurs activités dans le domaine de la sécurité et de la défense.

Le portail Sécurité Défense Québec est un outil web qui permet de répertorier les capacités industrielles des entreprises québécoises en matière de défense et sécurité. SDQuébec a pour objectif d’optimiser l’efficacité et les retombées tangibles de leur développement d’affaires et aussi des donneurs d’ordres locaux et étrangers, en leur offrant des informations concrètes et actualisées sur les opportunités en lien avec les retombées industrielles et technologiques. Il se veut être un guichet unique auquel les entreprises pourront se connecter.

« Le secteur de la défense présente des possibilités d’affaires très importantes pour les PME de l’aérospatiale. Il a une contribution directe et indirecte de 9,5 milliards de dollars sur le PIB canadien, dont 2,3 milliards de dollars au Québec seulement. C’est pourquoi nous mettons tous nos efforts pour accompagner et encourager nos entreprises à investir dans ce segment de marché. Dans cette optique, le gouvernement du Québec a mandaté Aéro Montréal, STIQ et Québec International pour développer cette année le portail Sécurité Défense Québec. Il s’agit d’un outil qui permet de répertorier les capacités industrielles des entreprises québécoises en matière de défense et sécurité. Il aura pour objectif d’optimiser davantage l’efficacité et les retombées tangibles du développement d’affaires des entreprises de la défense et sécurité en offrant aux entreprises des informations concrètes et actualisées sur les opportunités d’affaires de ce secteur en croissance. », a déclaré Suzanne Benoît, présidente-direct d’Aéro Montréal.

« Spécialiste en maillage industriel, STIQ est heureuse de coorganiser cette 3e édition du Symposium sur le marché canadien de la défense et de la sécurité, un secteur clé de l’économie québécoise et canadienne en termes d’innovation, d’exportation et de création d’emplois. Cet événement est également l’occasion de lancer le nouveau portail Sécurité Défense Québec, réalisé conjointement par STIQ, Aéro Montréal et Québec International avec le soutien du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MÉSI). Le Symposium et le portail sont des moyens privilégiés pour mettre en valeur l’expertise de nos entreprises québécoises dans le secteur de la défense et de la sécurité, en plus d’informer tous les acteurs de ce secteur des possibilités d’affaires reliées aux projets d’acquisitions majeurs de la part de la Défense nationale et de la Garde côtière canadienne. On peut dire sans équivoque que ces projets représentent des occasions d’affaires uniques pour les entreprises québécoises en mesure de se démarquer. », a pour sa part commenté Richard Blanchet, président-directeur général de la STIQ.

Airbus au Symposium à la rencontre des fournisseurs canadiens et québécois

Par ailleurs, présent au Symposium à Boucherville, le président d’Airbus Canada, Simon Jacques, a appelé le gouvernement fédéral à présenter un appel d’offres «ouvert et équitable» pour le remplacement de ses chasseurs CF-18.

« On a un très bon avion [l’Eurofighter Typhoon, NDLR]; si l’appel d’offres sort avec des critères qui sont justes pour tout le monde, c’est-à-dire que peu importe la compagnie, c’est ouvert et équitable, si c’est une vraie compétition, absolument qu’on a une chance de gagner. », a déclaré sur place le président d’Airbus Canada.

En décembre l’an dernier, Ottawa a choisi le C295W d’Airbus Defence and Space pour son programme d’aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe (ARSVF). Dans le cadre du programme d’ARSVF, l’Aviation royale canadienne achètera 16 C295W modifiés pour les missions de recherche et de sauvetage (SAR).Le premier de ces appareils doit être livré à la fin de 2019.

Le contrat de 2,4 milliards $ prévoit également le soutien en service, fourni par l’intermédiaire d’un partenariat entre Airbus Defence and Space et PAL Aerospace.

Simon Jacques a fait valoir que l’avionneur européen est déjà associé à plusieurs fournisseurs canadiens, dont CAE et Pratt & Whitney, pour ce contrat. Il a également précisé qu’une équipe canadienne sera mise sur pied pour soumissionner à un éventuel contrat de chasseurs si les critères lui permettent d’offrir le Typhoon aux militaires canadiens, assurant que l’industrie canadienne dans son ensemble en profiterait aussi.

« On attend l’appel d’offres pour savoir si on a une chance de gagner ou pas et, en gagnant, ça nous prend des partenaires canadiens et québécois. », a-t-il déclaré, soulignant que sa présence au Symposium visait justement à «parler aux fournisseurs pour leur expliquer comment travailler avec Airbus dans le futur, principalement pour la partie défense et aérospatiale».

Les commentaires sont fermés.