Leadership Conquérant: élèves-officiers et aspirants de marine en entraînement à Farnham (PHOTOS/VIDÉO)

0

Les quatre escadrons du Collège militaire royal de Saint-Jean ont pris la direction des secteurs d’entraînement de la base des Forces canadiennes Farnham pour un exercice haut en couleurs, en fun et en expérience: LEADERSHIP CONQUÉRANT.

Exercice traditionnel de l’automne pour les élèves-officiers et les aspirants de marine du Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean), LEADERSHIP CONQUÉRANT permet aux uns de maintenir leurs compétences acquises durant la Qualification militaire de base des officiers, et aux autres de développer leur leadership alors qu’ils occupent des positions seniors de commandement.

Pour Aurélie Godard-Paquette, de l’escadron Tracy, la fin de semaine était sensiblement différente de celle qu’elle a vécue l’an dernier, alors qu’elle était en année préparatoire. Elle explique ainsi qu’en tant que commandant d’escadrille, elle doit cette année veiller à ce que ses troupes aient ce qu’il faut pour réaliser la mission demandée.

Avec le retour d’un quatrième escadron, il a fallu être ingénieux. C’est donc désormais sur plus de trois jours que s’étend l’exercice afin que tout les participants aient la chance de passer sur tous les plateaux.

LEADERSHIP CONQUÉRANT était donc divisé en quatre plateaux:
– le champ de tir
– la navigation
– la piste à obstacles et le feu et mouvement
– le stalking, un exercice de sniper où les élofs se camouflent et rampent dans un terrain. Des observateurs essayent de les apercevoir, tandis que les élofs tentent de réaliser un « kill shot ».

Le major Sébastien Campagna, directeur des élèves-officiers, explique qu’avec quatre escadrons, le défi est de gérer les ressources et notamment les ressources humaines pour bien encadrer les jeunes. L’an dernier, alors qu’il avait même neigé durant l’exercice, il avait fallu redoubler de vigilance pour veiller à ce que les élofs ne souffrent pas de la température, eux, qui étaient confrontés à leur première neige sous un hootchie, cet abri individuel ultraléger de toile simple et rudimentaire où les élofs ont passé leur nuits pendant l’exercice.

Après leur arrivée jeudi soir, pour certains par hélicoptère, les jeunes ont dormi dans une base opérationnelle avancée pour profiter d’un peu de confort. Mais dès 5h du matin, le lendemain, c’est à la construction d’un bivouac qu’ils se sont attelés, dont l’usage, pour la première fois dans plusieurs cas, du hootchie.

Finalement, un des moments forts de l’exercice de cette année, attendus par beaucoup, fut le champ de tir de nuit, mais surtout le jeu de guerre nocturne. Sans aucune lumière, en pleine nuit et en pleine forêt, deux équipes se sont affrontés pour prendre le contrôle du poste de commandement de son adversaire et voler son drapeau, tout en faisant, si possible, des prisonniers.

«Le but est de jumeler toutes les activités qu’ils ont eu durant l’exercice pour voir s’ils ont bien appris. En l’occurance: la navigation, le camouflage, la communication, la procédure de combat, le passage des ordres…», de clarifier le major Campagna.

En visite aux élèves-officiers et aspirants de marine durant l’exercice, le contre-amiral Luc Cassivi, commandant de l’Académie canadienne de la Défense, a souligné l’importance de ce genre d’entraînement et du rôle crucial joué par les seniors dans l’encadrement des préparatoires afin de passer les connaissances.

La fin de semaine est déjà derrière eux, mais on pense déjà au prochain exercice, BLIZZARD NORDIQUE, qui aura lieu cette année à Valcartier, avec de nouveaux défis glacés !

Les commentaires sont fermés.