Les ministres O’Regan et Sajjan soulignent la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales

0

Seamus O’Regan, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, et Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale, ont souligné aujourd’hui la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales.

La Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (SSSM) 2017, du 1er au 7 octobre, est une campagne d’éducation publique annuelle pancanadienne qui a pour objectif de sensibiliser les Canadiens à la réalité de la maladie mentale. Inaugurée en 1992, les objectifs de la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales consistent à accroître la sensibilisation sur la fréquence de la maladie mentale au Canada, combattre les préjugés défavorables sur la maladie mentale qui ont cours dans le grand public et parmi les professionnels de la santé, et promouvoir les bienfaits des pratiques exemplaires en prévention, diagnostic et traitement médical.

Aux prises avec le problème de stigmatisation de la maladie mentale, les Forces armées canadiennes font elles aussi des efforts pour briser ce tabou.

L’an dernier, le psychologue du Programme de soutien de Valcartier, Marc-André Dufour, récipiendaire du prix Méritas de intervenant de l’année en prévention du suicide de L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), disait observer une évolution des mentalités par rapport à la santé mentale, non seulement dans la population générale, mais également dans les Forces armées canadiennes.

Le psychologue allait jusqu’à dire que la grande différence entre la société civile et les Forces armées étant plutôt que ces dernières constituant une micro-société extrêmement bien organisée, les efforts pour changer les mentalités peuvent très probablement s’y répercuter davantage et plus rapidement.

De plus en plus, déclarait-il, les membres de la chaîne de commandement sont sensibilisés aux problèmes de santé mentale et n’hésitent pas lorsqu’il voient quelqu’un «qui ne va pas bien» à le prendre dans leur bureau pour lui dire. «Écoute, si j’ai été moi, au deuxième étage [le Centre de soutien en santé mentale à la clinique de Valcartier, NDLR], j’ai été chercher de l’aide et, je te regarde, je vois certains comportements, tu devrais y aller. Moi j’y suis allé et ça m’a aidé.».

Aujourd’hui, à l’occasion de la Semaine de sensibilisation, les ministres Seamus et Sajjan ont publié une déclaration sans équivoque soulignant l’importance que les Forces armées canadiennes, le ministère de la Défense et celui des Anciens combattants accordent à la santé mentale. Nous reproduisons ici intégralement cette déclaration.

«Cette année, nous célébrons la 25e Semaine de sensibilisation aux maladies mentales au Canada. Il s’agit d’une importante semaine, non seulement pour les vétérans et les membres des Forces armées canadiennes (FAC), mais également pour tous les Canadiens. Cette Semaine vise à sensibiliser la population sur tous les troubles liés à la santé mentale tels la dépression et l’anxiété, ainsi qu’aux traumatismes liés au stress opérationnel, comme le trouble de stress post‑traumatique (TSPT) qui touchent les vétérans, les militaires des FAC et leurs familles.

«Personne ne devrait se sentir seul sur la voie de la guérison. Le processus pour apprendre à gérer la maladie mentale et en guérir pose de nombreux défis; nous encourageons donc tous les Canadiens à communiquer entre eux et à sensibiliser leur entourage à l’égard de la santé mentale en vue de pouvoir se guérir et de finalement dissiper les préjugés qui y sont associés.

«Nous aimerions remercier l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale, ainsi que l’Association canadienne pour la santé mentale, pour les efforts qu’elles déploient en vue d’accroître la sensibilisation des Canadiens et de leur fournir des outils pour gérer la maladie mentale et favoriser leur bien‑être.

«Dans le cadre du budget de 2017, Anciens Combattants Canada accordera un soutien supplémentaire à l’égard de la santé mentale, notamment en investissant dans un centre d’excellence doté d’une spécialité en santé mentale et en troubles de stress post-traumatiques. Le Centre sera axé sur la recherche et les pratiques exemplaires, le transfert des connaissances et la conception d’outils en appui aux traitements prodigués par les intervenants en matière de santé partout au pays.

«La nouvelle politique de défense du Canada – Protection – Sécurité – Engagement – adresse la capacité première des Forces armées canadiennes : les braves hommes et femmes qui portent l’uniforme. La nouvelle politique de défense vise à assurer que nos membres en uniforme sont bien appuyés et résilients, sur le plan physique, psychologique et social. De plus, les Forces armées canadiennes augmenteront la capacité de leur système de santé afin de répondre aux besoins particuliers des militaires grâce à des soins efficaces, peu importe où ils servent au Canada ou à l’étranger. Pour ce faire, 200 nouveaux postes au sein de la Direction générale des services médicaux seront créés.

«La politique n’est qu’un des éléments qui s’inscrivent dans le cadre de l’engagement conjoint d’Anciens Combattants Canada et du ministère de la Défense nationale visant à assurer que les vétérans, les militaires des FAC et leurs familles ont accès au soutien nécessaire en santé mentale, et ce, à l’endroit et au moment où ils en ont besoin. »

«Nous invitons tous les vétérans et les militaires des FAC à se joindre à la conversation sur la santé mentale et à réfléchir à leur propre santé mentale de manière à faire le nécessaire pour optimiser leur bien-être.»

Dévoilement jeudi 5 octobre de la stratégie conjointe de prévention du suicide

Par ailleurs, demain jeudi 5 octobre, sera dévoilée officiellement la stratégie conjointe de prévention du suicide en présence du ministre de la Défense Harjit Sajjan, du ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale Seamus O’Regan, de la secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants Sherry Romanado, et du général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense.

Après bien des critiques, Ottawa semble s’être engagé résolument avec la nouvelle politique de défense du Canada à veiller à ce que tous les membres des Forces armées aient accès à «un système de soins de santé complets de premier ordre qui permette de remédier aux problèmes de santé physique des militaires et les aide à conserver leur bien-être mental».

Dans de nombreux cas, le premier point de contact pour beaucoup de membre des FAC qui connaissent des difficultés de santé mentale est leur médecin de premier recours à la clinique locale des FAC qui les dirige alors vers les ressources appropriées.

Pour ce qui est de la prévention du suicide, on en saura plus long demain, mais déjà, on peut espérer que l’époque où les personnes souffrant de problèmes de maladie mentale étaient stigmatisées soit bientôt un mauvais souvenir. Quant aux Forces armées canadiennes, elles sont, certes, le reflet de la société, mais peuvent aussi, si on en croit des intervenants comme Marc-André Dufour, être une «micro-société» exemplaire, capable même de servir de modèle aux autres composantes de la société.

Les commentaires sont fermés.