Patrice Vincent, Nathan Cirillo: trois ans déjà

Temps de lecture estimé : 4 minutes
Patrice Vincent et Nathan Cirillo. (45eNord.ca)

Cette semaine,vendredi 20 octobre, a été dévoilée lors d’une cérémonie privée à Saint-Jean-sur-Richelieu une plaque commémorative en l’honneur de l’adjudant Patrice Vincent fauché par un acte terroriste le 20 octobre 2014.

À cette occasion, le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Seamus O’Regan a fait une déclaration concernant le dévoilement de la plaque commémorative en l’honneur de l’adjudant Vincent que nous reproduisons ici.

«À pareille date, il y a trois ans, les Canadiens apprenaient le décès de l’adjudant Patrice Vincent en service au pays, en sol canadien.

Cette tragédie insensée a gravé la mémoire de tous les Canadiens, alors que la nation pleurait avec sa famille, ses amis et ses collègues.

Aujourd’hui, [vendredi 20 octobre] une cérémonie privée a eu lieu avec la famille de l’adjudant Vincent afin de dévoiler une plaque commémorative en son honneur. La plaque se trouve à Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec).

Nous rendons hommage à l’adjudant Patrice Vincent – un membre des Forces armées canadiennes fier et dévoué pendant 28 ans. Nous nous souviendrons de l’adjudant Vincent en tant qu’un soldat dévoué qui a servi son pays avec altruisme, ainsi qu’un fils et un frère. Le nom de l’adjudant Vincent est également inscrit dans le Septième Livre du Souvenir Au service du Canada, parmi les noms des hommes et des femmes membres des Forces armées canadiennes qui ont donné leur vie dans l’exercice de leurs fonctions.

Nous ne l’oublierons jamais.»

Une année qui a marqué le Canada à jamais

Le 20 octobre, l’adjudant de 53 ans de l’Aviation royale canadienne a été fauché par une voiture en fin de matinée dans ce qui semble être un acte terroriste commis par un jeune Canadien «radicalisé», Martin «Ahmad» Rouleau, abattu pas la suite par la police locale après une poursuite d’environ 5 km.

Le militaire s’était rendu à Saint-Jean-sur-Richelieu pour accompagner un collègue militaire qui souhaitait se rendre dans un centre de service des Anciens combattants.

Membre de l’Unité interarmées de soutien du personnel au Centre intégré de soutien du personnel de St-Jean (Québec), l’adjudant Patrice Vincent a servi 28 ans comme pompier au sein de l’Aviation royale canadienne. Il appartenait au 438e Escadron tactique d’hélicoptères situé à Saint-Hubert au Québec qui lui avait rendu un vibrant hommage quelques jours après la tragédie.

Deux jours après la tragédie de Saint-Jean sur-Richelieu, un autre aspirant-djihadiste, Michael Zehaf Bibeau, répondait lui aussi à l’appel au meurtre lancée par le groupe extrémiste l’État islamique contre tous les citoyens des pays coalisés qui le combattent en Syrie et en Irak en abattant le caporal Nathan Cirillo, 24 ans, un réserviste de l’Armée canadienne des Argyll and Sutherland Highlanders of Canada, basés à Hamilton, en Ontario, qui montait la garde devant le Monument de Guerre à Ottawa, avant de pénétrer dans l’édifice du Parlement tout proche et d’y être abattu à son tour.

Des membres des Forces armées canadiennes commémorent le sacrifice de l’Adjudant Patrice Vincent en nommant un camp canadien en son honneur, au Koweït, au cours de l’opération IMPACT, le 9 novembre 2014. (Caméra de combat des Forces canadiennes/MDN)

Le Canada, choqué, a fait cette année là des funérailles nationales à ses deux héros.

Et un mois plus tard, en novembre, des militaires des Forces armées canadiennes déployés dans le cadre de l’Opération IMPACT ont décidé d’honorer la mémoire de l’adjudant Patrice Vincent et du caporal Nathan Cirillo en donnant leurs noms à deux de leurs bases d’opérations.

Ainsi, l’un des sites d’opérations de la Force opérationnelle aérienne – Irak a été baptisé Camp Patrice Vincent, en l’honneur de l’adjudant Patrice Vincent et la base d’opérations du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) en Irak s’appelle désormais la Base de patrouille Cirillo, en l’honneur du caporal Nathan Cirillo.

Déclaration du premier ministre pour le troisième anniversaire des attentats

Et aujourd’hui, le premier ministre Justin Trudeau a fait la déclaration suivante pour souligner le troisième anniversaire des attentats.

«Il y a trois ans jour pour jour, un attentat insensé perpétré au Monument commémoratif de guerre du Canada et sur la Colline du Parlement à Ottawa à enlevé la vie au caporal Nathan Cirillo, membre de la garde d’honneur, et a blessé plusieurs autres personnes.

«En cet anniversaire solennel, je me joins aux Canadiens à travers le pays pour rappeler le souvenir du caporal Cirillo et de l’adjudant Patrice Vincent, qui a été tué deux jours plus tôt cette année-là lors d’un attentat terroriste à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Aujourd’hui, nous leur rendons hommage, et nous offrons nos plus sincères condoléances à leur famille, à leurs amis, ainsi qu’à tous ceux qui ont été touchés par ces événements.

«Aujourd’hui, nous soulignons également le courage des premiers intervenants qui ont assuré notre sécurité lors de cette journée tragique, notamment le Service de sécurité du Sénat, les Services de sécurité de la Chambre des communes, la GRC, l’ex-sergent d’armes de la Chambre des communes Kevin Vickers et le personnel médical.

«Ces attentats visaient à susciter la peur et à diviser les Canadiens entre eux. Ils nous ont plutôt permis de nous unir. Nous en sommes sortis plus forts, montrant ainsi au monde entier que nos valeurs les plus chères, soit la liberté, la démocratie, la diversité et l’inclusion, triompheront toujours de la peur et de la haine.

«En cette journée de deuil qui commémore la perte de ces deux membres des Forces armées canadiennes, j’invite tous les Canadiens à remercier nos hommes et nos femmes en uniforme. Au pays comme à l’étranger, ces personnes font preuve de courage et mettent leur vie en péril tous les jours pour défendre notre pays et assurer notre sécurité.»

Pour tenter de comprendre l’inacceptable

Ces deux attaques ont changé le Canada qui a depuis durci ses lois anti-terroristes et donné plus de pouvoirs à ses forces de sécurité. Un Service de protection parlementaire a aussi vu le jour à Ottawa, sous la responsabilité des présidents de la Chambre des communes et du Sénat. Il protège les députés et les sénateurs de la Cité parlementaire ainsi que les employés et visiteurs.

En 2015, un an après ces deux assassinats, 45eNord.ca recevait, un an après les tristes événements, le spécialiste en contre-terrorisme Stéphane Berthomet, et fait avec lui un retour sur les attaques d’octobre 2014 à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa pour tenter de comprendre l’incompréhensible et l’inacceptable.

Nous vous présentons de nouveau ici ces propos qui sont toujours d’actualité.