Deux officiers de la Marine royale canadienne parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada

0
Des officiers des Forces armées canadienne figurent encore cette année parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada du Réseau des femmes exécutives WXN: la capitaine de frégate Michèle Tessier (gauche) et la capitaine de corvette Kelly Williamson (droite. (Forces armées canadiennes)

La capitaine de frégate Michele Tessier et la capitaine de corvette Kelly Williamson figurent parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada, selon le réseau des femmes exécutives WXN, voué à l’avancement et à la reconnaissance des femmes dans les postes de direction.

« Ces deux femmes illustrent la force et le potentiel des femmes à l’échelle du pays. Nous sommes fiers de vous! », ont déclaré les Forces Armées canadiennes sur Twitter aujourd’hui.

Après avoir commandé le NCSM Nanaimo de 2010 à 2013 et occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de la Marine royale du Canada, dont celui des forces de défense côtières du Pacifique, la capitaine de frégate Tessier est devenue commandante du deuxième navire de patrouille extracôtier de l’Arctique (NPEA) de la classe Harry DeWolf, le NCSM Margaret Brooke, nommé en l’honneur de l’héroïne de la Marine canadienne Margaret Martha Brooke.

Quant à elle, la capitaine de corvette Williamson, aujourd’hui officier d’affaires publiques senior de la 5e Division du Canada, a servi pendant environ huit ans à titre d’officier des opérations maritimes avant de se diriger vers le domaine des affaires publiques, ce qui l’a amené en Afghanistan, à Haïti et au Népal.

« Incroyablement émue et et honorée d’être reconnue sur cette liste avec tant d’autres leaders remarquables. Et bénie de faire partie de l’incroyable équipe de l’Armée, des Forces armées canadiennes et de la Marine Royale », a réagit aujourd’hui sur Twitter Kelly Williamson.

« Je suis très honorée de faire partie d’un groupe aussi diversifié de femmes canadiennes extraordinaires, dont la Capitaine Kelly Williamson et la colonel honoraire Diane McCurdy », a pour sa part déclaré Michèle Tessier. [Diane McCurdy, planificatrice financière et auteure de renommée internationale, est colonel honoraire du 442e Escadron de recherche et de sauvetage, de la 19e Escadre Comox (Colombie‑Britannique), NDLR]

Le gala de remise de prix a lieu ce soir au Metro Toronto Convention Centre.

Lancés en 2003, les Prix du Top 100 décernés par le Réseau des femmes exécutives WXN célèbrent les incroyables réalisations des femmes cadres les plus influentes au Canada ayant su faire entendre leur voix, faire tomber les obstacles, habiliter les minorités silencieuses et paver la voie pour la prochaine génération. Ces prix reconnaissent également les organisations et les réseaux qui appuient ces femmes.

«’Les prix Top 100: les Canadiennes les plus influentes’ mettent en vedette les dirigeantes qui favorisent la mise en place de changements positifs et le progrès. Ils nous rappellent l’importance de donner une voix aux femmes dans nos effectifs et dans la communauté», expliquait aux médias Sherri Stevens, présidente et directrice générale de PhaseNyne, une société mère du WXN, et du Conseil canadien pour la diversité administrative (CCDA).

Plus de 1000 femmes ont été honorées depuis le lancement des prix, en 2003.

Le Canada, chef de file mondial pour la place des femmes dans les forces armées

Ce n’est pas, loin de là, la première fois ques des officiers des Forces armées canadiennes figurent au palmarès du top 100 des femmes les plus influentes du Canada. En 2016, pour une deuxième fois, la lieutenant-général Christine Whitecross, alors commandante du Commandement du personnel militaire et devenu depuis commandante du Collège de Défense de l’OTAN, avait été nommée l’une des 100 femmes les plus influentes du Canada par le Réseau.

En 2015, la colonel Josée Robidoux, alors commandante du 35e Groupe-brigade du Canada et devenue depuis brigadier-général et commandant en second de la 2e Division du Canada, avait aussi été nommée l’une des cent Canadiennes les plus influentes de l’année par le Réseau des femmes exécutives.

En 2013, c’étaient trois officiers des Forces canadiennes classées parmi les cent femmes les plus influentes du Canadale capitaine de vaisseau Jill Marrack, la lieutenant-colonel Krista Brodie et la major Eleanor Taylor ont également été nommées dans le Top 100.

Et en 2011, c’était la colonel Jennie Carignan, devenue depuis brigadier-général et chef d’état-major des opérations de l’Armée, qui était nommée dans la catégorie Pionnières et créatrices de tendances, aux côtés donc de Christine Whitecross, qui était lauréate une première fois.

La proportion de femmes au sein des Forces armées canadiennes et les domaines dans lesquels elles peuvent servir font du Canada un pays exemplaire. Les Canadiennes peuvent occuper n’importe quel poste au sein des Forces armées canadiennes, y compris dans les métiers opérationnels, et peuvent servir partout.

«Nos Forces armées canadiennes doivent représenter la diversité canadienne, attirer et garder encore davantage de femmes», déclarait d’ailleurs tout récemment à un colloque sur les femmes et la sécurité internationale la brigadier-général Josée Robidoux.

Mais il n’en va pas de même partout dans le monde et, malgré plusieurs avancées, le rôle des femmes dans les forces armées continue encore aujourd’hui de faire débat dans plusieurs pays.

C’est pourquoi, à l’occasion de la Réunion 2017 sur le maintien de la paix de l’ONU, le Canada a décidé de faire avancer ce dossier avec des initiatives vomme l’Initiative Elsie afin d’assurer une plus grande place pour les femmes dans les missions de maintien de la paix. Retour sur la place des femmes dans les Forces armées canadiennes (FAC).

Si le Canada est maintenant un chef de file mondial en matière d’égalité des sexes dans les forces armées, c’est aussi, en plus de la volonté politique, grâce aux Whitecross, Carignan, Robidoux, Marrack, Brodie, Taylor, Tessier et Wiliamson, qui ont ouvert et continue d’ouvrir la voie.

BZ aujourd’hui aux deux fiers officiers de la Marine royale qui prennent place parmi celles qui font avancer la cause de l’égalité des sexes, non seulement dans les forces armées, mais aussi au Canada et dans le monde.

Les commentaires sont fermés.