Messages du premier ministre Trudeau et de la gouverneure générale Julie Payette en ce Jour du Souvenir

0
Le Jour du Souvenir, un jour pour ne pas oublier celles et ceux qui nous ont quitté en protégeant notre pays. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Les Canadiens de partout au pays – et de partout dans le monde – prendront une pause,  aujourd’hui pour se souvenir des soldats qui se sont sacrifiés dans des conflits passés et actuels, alors que des milliers de soldats canadiens sont toujours déployés en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde avec nos alliés pour assurer la paix et la sécurité.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui était à Danang afin de participer au sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) qui s’est terminé vendredi, a souligné le jour du Souvenir au Vietnam, samedi, en récitant le poème pacifiste Le dormeur du val d’Arthur Rimbaud et en chantant l’hymne national avec des militaires canadiens.

Il était accompagné de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui a lu In Flanders Fields, un poème écrit par le lieutenant-colonel canadien John McCrae alors qu’il se trouvait en Belgique, en mai 1915.

« Aujourd’hui, nous prenons le temps de nous rappeler les Canadiennes et les Canadiens qui ont servi notre pays. Nous rendons hommage à ceux qui nous ont défendus et qui ont veillé à nos valeurs les plus chères », a déclaré aujourd’hui le premier ministre.

«Chaque génération de Canadiens a répondu à l’appel pour servir leur pays. D’Ypres à Dieppe, de la Corée à l’Afghanistan, les braves hommes et femmes de nos forces armées ont fait preuve de courage au quotidien et de résilience devant l’adversité.

«Cette année, en célébrant le 150e anniversaire de la Confédération, nous avons pris le temps de réfléchir à certains des moments les plus importants de l’histoire militaire de notre pays. En perpétuant le souvenir de batailles comme celles de Passchendaele, de la côte 70, de Vimy et de Dieppe, nous rappelons à notre génération et aux générations futures d’où vient leur liberté.

«Nous avons une dette de reconnaissance immense envers nos vétérans, ainsi qu’envers ceux qui sont tombés et leurs familles qui les aiment. Tout comme les braves hommes et femmes de nos forces armées ont pris soin de nous, nous devons aussi prendre soin d’eux. C’est notre devoir sacré en tant que pays de soutenir nos héros lorsqu’ils en ont besoin.

«À 11 heures, peu importe où vous êtes, je vous invite à observer les deux minutes de silence. Nous nous souvenons de ceux qui ont servi, qui ont vécu l’horreur et traversé l’enfer, et qui ont fait des sacrifices extraordinaires pour assurer notre liberté.

«Pays reconnaissant, nous nous tenons debout ensemble, le coquelicot près du cœur.

«Nous nous souviendrons.»

Julie Payette

De son côté Julie Payette, dont ce sera le premier jour du Souvenir en tant gouverneure générale et chef de l’armée canadienne, se joint aux vétérans et aux autres dignitaires lors de la traditionnelle cérémonie qui se tient chaque année au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Plus tard dans la journée, Julie Payette présidera un dîner en l’honneur de la Mère de la Croix d’argent, Diana Abel.

Le seul fils de Mme Abel, le caporal Michael David Abel, est mort le 3 mai 1993 alors qu’il servait à Belet Huen, en Somalie, dans le cadre de l’Opération Deliverance. Cette opération faisait partie d’une mission de maintien de la paix des Nations Unies, déployée au début de la guerre civile en Somalie.

À titre de Mère nationale de la Croix d’argent, Mme Abel sera appelée, le 11 novembre 2017, au nom de toutes les mères canadiennes qui ont perdu un fils ou une fille lors d’opérations militaires ou dans l’exercice de ses fonctions normales, à déposer une couronne au pied du Monument commémoratif de guerre du Canada. Elle verra aussi au cours de l’année à s’acquitter de d’autres fonctions rendant hommage aux disparus de tous les conflits.

« En cette semaine du jour du Souvenir, il est important de prendre un moment de réflexion et de remercier nos anciens combattants. Au nom de tous les Canadiens, je voudrais exprimer ma plus profonde gratitude envers les membres des Forces armées canadiennes, d’hier et d’aujourd’hui. », a déclaré la gouverneure générale aujourd’hui dans son message du Jour du Souvenir.

Ils ont servi avec conviction, en temps de paix comme en temps de guerre. Ils ont beaucoup donné, sacrifiant entre autres leur temps auprès de leurs familles. Et certains ont même fait le sacrifice ultime de leur propre vie. Ils l’ont fait pour leur pays. Le Canada. 

Cette semaine, nous portons fièrement le coquelicot afin d’honorer le courage et l’abnégation de tous ceux qui se sont portés, et qui continuent de se porter, à notre défense. Nous ne devons jamais oublier les horreurs de la guerre. J’étais étudiante lorsque j’ai visité les champs de bataille de Flandre pour la première fois. Je n’oublierai jamais. 

J’ai beaucoup d’admiration et un respect infini pour les hommes et les femmes qui servent leur pays en uniforme avec le sens du devoir et de l’honneur. Je suis la descendante d’un soldat et j’ai volé dans l’espace avec des membres du corps militaire, dont certains ont aussi perdu la vie au service de leur pays. Je comptais parmi eux des amis très proches. Je sais ainsi par expérience ce que représente le sacrifice de soi. 

Nous avons le devoir de perpétuer le souvenir des Canadiens qui ont vaillamment combattu pour notre liberté. Rendons hommage au courage et aux sacrifices de nos anciens combattants en travaillant tous ensemble à l’édification d’un monde meilleur et plus pacifique. 

Des événements partout au pays

Et en ce Jour du Souvenir, des événements ont eu lieu partout au pays, notamment à Montréal et Québec.

Les cérémonies cette année ont accordé une attention toute particulière à des batailles importantes des Première et Seconde Guerres mondiales, dont la bataille de Passchendaele, dont c’était le 10 novembre le 100e anniversaire et où plus de 4000 Canadiens ont été tués dans les combats et 12 000 ont été blessés.

Dans un message hier, jour anniversaire de la bataille, le premier ministre Justin Trudeau a décrit cette bataille comme l’un des symboles des pires horreurs de la Première Guerre mondiale.

« Nos soldats ont combattu dans des conditions impossibles en faisant preuve de persévérance, de courage et d’un grand dévouement envers leur cause », a-t-il rappelé. « Neuf Canadiens se sont vus décerner la Croix de Victoria pour leur courage. Cependant, la bataille a coûté très cher aux Canadiens. 16 000 soldats ont été tués ou blessés, et des milliers de familles se sont vues transformées à jamais. »

Cette année marque également le 75e anniversaire du raid sur Dieppe, ainsi que le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, qui a fait près de 3600 victimes chez les soldats canadiens, en plus des quelque 7000 blessés.

Les commentaires sont fermés.