Attentat de New York: le suspect inconnu de la police du Bangladesh

Le suspect de l'attentat du 11 décembre 2017 à New York, Akayed Ullah. (NYC Taxi & Limousine Commission/AFP/Archives/Handout)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le suspect de l’attentat du 11 décembre 2017 à New York, Akayed Ullah. (NYC Taxi & Limousine Commission/AFP/Archives/Handout)

Le suspect de l’attentat de New York, qui a fait trois blessés légers lundi, était inconnu de la police du Bangladesh, a annoncé mardi cette dernière alors qu’elle enquête sur son passé.
—–
Mise à jour 12/12/2017 à 16h14

La justice américaine a accusé mardi de terrorisme et de soutien à l’organisation Etat islamique l’homme à l’origine de la bombe lundi dans le métro new-yorkais, un immigré bangladais radicalisé à partir de 2014, après son arrivée aux Etats-Unis.

Le procureur fédéral de Manhattan, Joon Kim, a indiqué qu’Akayed Ullah, 27 ans, qui vit à Brooklyn, serait inculpé mardi ou mercredi, depuis sa chambre d’hôpital, des cinq chefs d’accusations retenus contre lui. Les plus graves sont « soutien à une organisation terroriste » – l’EI – « utilisation d’armes de destruction massive », et « pose d’une bombe dans un lieu public ».

Il encourt la prison à perpétuité, voire la peine de mort, le président Donald Trump s’étant prononcé pour les peines « les plus dures » face aux terroristes, même si la procédure serait longue et compliquée.

—–

Un homme de 27 ans originaire du Bangladesh a déclenché lundi matin à Manhattan une bombe artisanale qui n’a que partiellement explosé, le brûlant et le blessant à l’abdomen.

Les autorités de son pays d’origine cherchent à savoir si Akayed Ullah a été radicalisé dans cette nation pauvre d’Asie du Sud, confronté à une série d’attaques djihadistes au cours des dernières années, mais n’avaient pas en l’état exhumé d’éléments probants.

«Jusqu’ici, son nom n’est pas sur notre liste longue de personnes radicalisées ou membres de groupes terroristes, à la fois du Bangladesh et de l’extérieur», a déclaré à l’AFP Sanwar Hossain, un haut responsable du contre-terrorisme.

«Nous essayons de rassembler davantage de détails», a-t-il ajouté.

L’auteur de l’attaque ne possédait pas non plus de casier judiciaire dans le pays.

Un ami de la famille de M. Ullah a indiqué à l’AFP que le suspect s’était marié il y a deux ans, mais n’avait pas emmené sa femme aux États-Unis.

«Sa femme vit dans le quartier de Hazaribagh à Dacca», a déclaré Sazzad Hossain Mukul, ami de la mère du suspect, «ils se sont mariés en 2015».

Akayed Ullah est venu en voyage en septembre dernier au Bangladesh et a passé un mois avec sa femme. La police a confirmé la date de sa dernière visite, mais n’était pas en mesure de confirmer s’il était marié.

Le Bangladesh a connu ces dernières années une recrudescence d’attaques djihadistes. Mais la brutale répression sécuritaire, consécutive à l’attaque d’un café de Dacca à l’été 2016, semble avoir affaibli les mouvements extrémistes.