Jérusalem: huit pays demandent une réunion d’urgence du Conseil de sécurité

0
Jérusalem, vue du Dôme du Rocher (Archives/Berthold Werner/WikiCommons)

Huit pays, dont quatre européens, deux sud-américains et deux africains, ont demandé mercredi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël, selon des diplomates.

« Les missions de Bolivie, d’Egypte, de France, d’Italie, du Sénégal, de Suède, du Royaume-Uni et d’Uruguay demandent à la présidence » japonaise du Conseil de sécurité « d’organiser une réunion d’urgence du Conseil, avec un exposé du secrétaire général, avant la fin de la semaine », indique un communiqué de la mission suédoise.

Le Conseil de sécurité de l’ONU compte 15 membres. Mercredi après-midi, la présidence japonaise du Conseil n’avait pas officialisé de date pour cette réunion d’urgence.

Le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par une « négociation directe » entre Israéliens et Palestiniens, avait martelé aussitôt après l’annonce américaine le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres en rappelant avoir toujours été « contre toute mesure unilatérale ».

« Il n’y a pas d’alternative à la solution de deux Etats » avec « Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine », a-t-il ajouté.

Mercredi matin, l’ambassadeur bolivien Sacha Soliz avait souligné qu’une telle décision américaine unilatérale était « dangereuse et imprudente, allant contre la loi internationale et les résolutions du Conseil de sécurité ». « C’est une menace non seulement pour le processus de paix mais c’est aussi une menace pour la paix et la sécurité internationales », avait ajouté le diplomate bolivien.

Washington lance « immédiatement » les préparatifs pour déménager l’ambassade à Jérusalem

Le département d’Etat américain va lancer « immédiatement » les préparatifs pour déménager l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, tout en renforçant la sécurité pour protéger les Américains au Proche-Orient, a annoncé mercredi Rex Tillerson.

La décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël a été prise après consultation de « nombreux amis, partenaires et alliés », a expliqué le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

« Nous pensons fermement qu’il y a une chance de paix durable », a ajouté le secrétaire d’Etat, en visite mercredi sur la base militaire américaine de Ramstein en Allemagne.

« Le département d’Etat va immédiatement engager le processus pour mettre en oeuvre sa décision en lançant les préparatifs pour déménager l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem », a-t-il dit.

Cela devrait toutefois prendre plusieurs années, puisqu’il faut trouver un emplacement et construire le bâtiment, avec les implications sécuritaires que cela suppose, ont fait savoir des responsables américains.

« En concertation avec d’autres agences fédérales, nous avons mis en oeuvre des plans de sécurité solides pour protéger les Américains dans les régions concernées », a aussi déclaré Rex Tillerson, alors que l’annonce de Donald Trump risque d’attiser la colère anti-américaine au Moyen-Orient.

« Nous avons pris toutes les mesures appropriées bien en amont et nous sommes confiants » dans notre capacité à assurer la sécurité de nos ressortissants, a-t-il ajouté devant des journalistes.

Un proche conseiller du secrétaire d’Etat, R.C. Hammond, a démenti des informations selon lesquelles Rex Tillerson et le ministre de la Défense Jim Mattis étaient opposés à l’annonce de Donald Trump sur Jérusalem pour des raisons de sécurité. Mais, a-t-il ajouté, le chef de la diplomatie a demandé au président, et obtenu, de disposer de suffisamment de temps en amont pour contacter les ambassades américaines à l’étranger au sujet des mesures de sécurité à prendre en cas de manifestations violentes.

Les missions diplomatiques qui ont demandé à Washington des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité les ont reçus, a-t-il ajouté.

Les commentaires sont fermés.