Jérusalem: les Palestiniens se mobilisent, le monde réprouve

0
Des manifestants palestiniens brûlent des portraits de Donald Trump et Benjamin Netanyahu, le 7 décembre 2017 à Gaza. (AFP/MOHAMMED ABED)

Les Palestiniens exprimaient leur colère jeudi contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme la capitale d’Israël, alors que le Hamas appelait à une nouvelle intifada contre cette initiative potentiellement explosive.

Tandis que la décision du président américain Donald Trump continuait de lui attirer la réprobation dans le monde entier, de premiers heurts étaient rapportés en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, territoires séparés censés former un jour un Etat palestinien.

Les dirigeants palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, comme la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale « éternelle et indivisible ».

La communauté internationale s’est gardée de reconnaître Jérusalem comme capitale. Pour elle, la question du « statut final » de Jérusalem, l’une des plus épineuses en vue d’un règlement de ce vieux conflit entre Israéliens et Palestiniens, doit être négociée.

Réagissant à la décision du président Trump, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, s’est alarmée d’un retour « à des temps encore plus sombres que ceux que nous vivons aujourd’hui ». La Russie s’est dite « très inquiète ».

La décision américaine plonge la région « dans un cercle de feu », a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’emploie à mobiliser le monde musulman. Même le grand allié saoudien des Etats-Unis a parlé d’acte « irresponsable ».

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en urgence vendredi à la demande de huit pays, dont l’Egypte, la France et le Royaume-Uni.

Sur le terrain, Palestiniens et soldats israéliens ont échangé jets de pierre et tirs de projectiles anti-émeutes à Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie, où quelques centaines de colons juifs vivent sous haute protection parmi des dizaines de milliers de Palestiniens, a indiqué un correspondant de l’AFP.

Bethléem, Qalqilya, Jénine et les abords de Ramallah, en Cisjordanie, ont aussi été le théâtre de heurts sporadiques. Les secours ont dit avoir soigné deux blessés par balles en caoutchouc et 14 atteints par des lacrymogènes.

Jérusalem, ou Al Qods en arabe, chère au coeur des musulmans, est devenue une source de colère et un symbole de défaite pour ceux qui, autrefois, se tournaient vers elle pour prier.

Au lendemain de la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, la ville est à l’origine d’une nouvelle vague de ressentiment à travers le monde musulman.

Mainte fois prise, perdue et reprise par des armées musulmanes au fil des siècles, la ville a souvent fait office de symbole de ralliement pour les musulmans.

Les croisés s’en emparèrent au XIe siècle pour en faire la capitale de leur « Royaume de Jérusalem ». Pres d’un siècle plus tard, les armées de Saladin (Salaheddine) reprirent la ville.

D’autres musulmans, les Mamelouks, puis les Turcs ottomans la dominèrent ensuite. Ces derniers y restèrent quatre siècles mettant en sommeil toute velléité d’unité arabe.

Ce sont les Britanniques qui, en 1917, reprennent la ville, jouant de la fibre nationaliste arabe contre l’ennemi turc et divisant la communauté musulmane.

Puis la création de l’Etat d’Israël en 1948 change radicalement la donne: l’ennemi commun devient l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, la perte de Jérusalem-ouest durant la guerre de 1948 contre Israël, et celle de la partie orientale de la ville en 1967, ont constitué des affronts sérieux au panarabisme et au monde musulman en général.

Dans la littérature arabe nationaliste et islamique, la poésie et la musique, Jérusalem est devenue un symbole de défaite collective.

– ‘Mariée de votre arabité’ –

« Jérusalem est la mariée de votre arabité », a écrit le poète communiste irakien Muzzafar al-Nawab. « Alors pourquoi avoir autorisé tous ces fornicateurs de nuit à entrer dans sa chambre? Tu es resté assis derrière la porte en écoutant ses cris », poursuit le poète.

Il faut remonter aux origines de l’islam, et même avant, pour comprendre une telle passion, chez les Arabes en particulier et les musulmans en général, à l’égard de Jérusalem.

Si le Coran ne mentionne pas son nom, elle figure dans des textes religieux comme étant le site de la mosquée al-Aqsa, d’où le prophète Mahomet s’est élevé dans le ciel pour rencontrer les anciens prophètes, dont Moïse, et se rapprocher de Dieu.

Du vivant de Mahomet, les musulmans se sont d’abord tournés vers Jérusalem pour prier, avant de se tourner vers la Kabaa de La Mecque.

Mais la ville a gardé son caractère de sainteté pour les musulmans, même si elle vient en troisième position derrière La Mecque et Médine.

C’est près de l’emplacement du temple du roi Salomon, révéré comme un grand prophète par les musulmans, qu’a été construite au 7e siècle, par Omar ibn al-Khattab le second calife, la mosquée al-Aqsa.

Aujourd’hui, ce complexe historique du Mont du Temple, est aussi le site le plus saint pour les Juifs. Pour les chrétiens, c’est le Saint-Sépulcre, où se trouve le tombeau du Christ, qui en fait une ville sainte.

– Vigilance accrue –

Jérusalem, avec ses lieux saints pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, constitue un sujet passionnel.

« Nous sommes ici pour rejeter la décision de Trump », disait Abdallah al-Khalil, 17 ans, lors du rassemblement de plusieurs centaines de personnes à Ramallah.

« Jérusalem est une capitale arabe et palestinienne, pas la capitale de l’occupant », elle est chère aux Palestiniens « à cause d’al-Aqsa et du Saint-Sépulcre, toute notre histoire se trouve là », déclarait-il.

Dans la bande de Gaza, quatre Palestiniens ont été blessés par des tirs de soldats israéliens en allant, avec des dizaines d’autres, protester auprès de la barrière de béton qui ferme hermétiquement les frontières entre Israël et le territoire reclus, ont indiqué les autorités gazaouis à l’AFP.

Le mouvement islamiste Hamas a appelé à un nouveau soulèvement populaire. « On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les Etats-Unis qu’en lançant une nouvelle intifada », a déclaré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh.

Une grève générale était largement suivie en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville annexée et considérée par la communauté internationale comme un territoire occupé.

« En prenant une telle décision, l’Amérique est devenue un tout petit pays, comme la Micronésie », déclarait Salah Zuhikeh, 55 ans, dans la Vieille ville de Jérusalem, où les magasins ont gardé leurs rideaux tirés et les écoles sont restées fermées.

Signe d’une vigilance accrue, l’armée israélienne a annoncé le déploiement de bataillons supplémentaires en Cisjordanie, ce qui représente a priori plusieurs centaines de soldats.

Le président américain a annoncé mercredi soir, malgré les mises en garde venues de toutes parts, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Rompant avec presque 70 ans de diplomatie américaine, se singularisant de la communauté internationale, il a aussi ordonné le futur transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem.

Les alliés arabes de Washington sont tiraillés entre leur puissant partenaire et une opinion publique hostile à Israël, après la reconnaissance mercredi de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu par le président américain Donald Trump.

L’Egypte, l’Arabie saoudite et la Jordanie, alliés clé des Etats-Unis dans la région, qui ont établi des liens géopolitiques ou de dépendance financière vis-à-vis de Washington, se retrouvent aujourd’hui dans une position délicate.

Outre les condamnations, réprobations ou mises en garde d’usage, il est cependant peu envisageable, selon les experts, que ces pays bousculent leur alliance avec les Américains.

« La décision (de M. Trump) représente un embarras sérieux pour les régimes alliés à Washington, surtout parce qu’il est peu probable qu’ils aillent plus loin dans leur opposition à la position américaine », a déclaré à l’AFP Oraib Al Rantawi, directeur du Centre Al-Quds pour les études politiques à Amman.

L’initiative américaine porte pourtant un rude coup, notamment à la Jordanie, gardienne des lieux saints de Jérusalem depuis près d’un siècle et qui a signé un accord de paix avec Israël en 1994.

En soutenant « les politiques de judaïsation, de colonisation », Washington touche à « ce que l’on peut qualifier de légitimité religieuse du régime jordanien » sur Jérusalem, explique M. Al Rantawi.

Amman n’a toutefois pas choisi de réagir de façon trop virulente mercredi, même si elle a qualifié la décision américaine de « violation du droit international ».

L’Arabie Saoudite, gardienne des lieux saints de La Mecque et Médine, ne peut non plus rester indifférente au sort de Jérusalem, troisième lieu saint de l’islam.

Selon Giorgio Cafiero, PDG de Gulf State Analytics, cabinet de conseil en gestion des risques basé à Washington, Ryad souhaite même un rapprochement avec Israël basé sur une opposition commune à l’influence régionale de l’Iran. Mais pas à n’importe quel prix.

Les Saoudiens « tiennent à éviter toute action ou inaction (…) qui offre au régime iranien plus de vigueur à son récit selon lequel Téhéran, et non Ryad, est la capitale du Moyen-Orient la plus engagée » dans la défense des Palestiniens, estime M. Cafiero.

Ryad a condamné mercredi la décision de M. Trump en la jugeant « injustifiée et irresponsable ».

Mais, dans les coulisses, le prince héritier Mohamed ben Salmane entretient d’excellentes relations avec le gendre du président Trump, Jared Kushner, chargé de trouver une issue au conflit, affirme James Dorsey, expert en politique du Moyen-Orient à l’Université de Wurzburg.

« Dans ce scénario, l’Arabie saoudite assurerait une caution arabe pour un plan de paix mis en avant par M. Kushner », estime l’expert.

« Sur le plan officiel », il ne faut donc « pas s’attendre à de changements importants » dans les relations entre Washington et ses alliés, ajoute Mohamed Kamel el-Sayed, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire.

La décision de l’administration Trump va en revanche nourrir davantage « la haine des populations à l’égard de la politique américaine dans la région », prévient-il.

Et ce alors que « les populations ne sont pas satisfaites des pouvoirs en place en Egypte, en Arabie Saoudite ou en Jordanie », souligne Said Okasha, analyste au Centre Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques, au Caire.

En Egypte, premier pays arabe a avoir signé la paix avec Israël en 1979, la population reste majoritairement hostile à l’Etat hébreu.

Dans un pays qui a connu la destitution de deux présidents depuis 2011 et se trouve en proie à une crise économique aiguë, tout facteur d’instabilité potentiel est regardé de près par Abdel Fattah Al-Sissi, qui tient le pays d’une main de fer.

Mais l’aide militaire américaine, qui atteint 1,3 milliards de dollars par an, est dans le même temps jugée cruciale par le régime sécuritaire de M. Sissi.

D’où la réaction prudente du Caire, qui a estimé mardi que le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem risquait de « compliquer » la situation.

Les observateurs de la vie politique arabe craignent que cette passivité des régimes arabes ne profite aux forces d’opposition interne, notamment les islamistes qui évoquent souvent la cause palestinienne au moment de dénoncer les régimes en place.

– Accès de colère –

M. Trump a dit simplement reconnaître « une réalité » et tenir une promesse de campagne.

La reconnaissance a provoqué chez les Palestiniens une colère sans précédent depuis longtemps contre les Etats-Unis.

Pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au contraire, « le président Trump est entré à jamais dans l’histoire de notre capitale ».

Les Etats-Unis sont à présent discrédités pour continuer à jouer le rôle de médiateur de la paix qui a été le leur pendant des décennies, a dit le président palestinien Mahmoud Abbas.

M. Trump a pris ses fonctions en proclamant sa volonté de présider à l’accord diplomatique « ultime » et ses émissaires, à commencer par son gendre Jared Kushner, s’efforcent depuis des mois de ranimer l’entreprise de paix moribonde, sans qu’on connaisse rien de leurs intentions.

« Les Etats-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties », a assuré M. Trump.

Mais, « en tant que négociateur en chef palestinien, comment puis-je m’assoir en face de ces gens s’ils m’imposent l’avenir de Jérusalem comme capitale d’Israël », a dit le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine, Saëb Erakat. « C’est être plus Israélien que les Israéliens », a-t-il asséné.

Les regards vont se tourner vers vendredi, jour de grande prière hebdomadaire sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, occasion de manifestations et de troubles dans les périodes de tensions.

Les commentaires sont fermés.