L’Astérix parti pour son voyage inaugural, la Davie déclare «Mission accomplie»

0
Voyage inaugural de l’Astérix de Québec à Halifax 25/12/2017 (Groupe CNW/Chantier Davie Canada Inc.)

Chantier Davie, a annoncé aujourd’hui que l’entreprise a complété la construction, la mise en service ainsi que les essais en mer du premier navire de soutien militaire de la classe Resolve, l’Asterix. Le navire, souligne l’entreprise qui se bat pour avoir d’autres contrats d’Ottawa pour éviter des mises à pied au chantier de Lévis, a été livré dans le délai établi et par-dessus tout, dit-elle, à un coût compétitif à l’échelle internationale.

—–

Mise à jour 27/12/2017 à 11h40

La position de l’Astérix maintenant:

Position Received: 3 minutes ago (2017-12-27 16:35 (UTC))
Vessel’s Local Time: 2017-12-27 12:35 (UTC -4)
Area: ECCAN – East Coast Canada
Latitude / Longitude: 44.6414909° / -63.565979°
Status: Moored (amarré)
Speed/Course: 0.0kn / –

Source: Marine Traffic https://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-63.575/centery:44.644/zoom:13

—–

L’Astérix a quitté la ville de Québec le 23 décembre 2017 et a pris le large vers la Base des Forces canadiennes de Halifax, où il débutera ses opérations au sein de la Marine royale canadienne, exploité par Federal Fleet Services Inc., avait indiqué un peu plus tôt cette semaine Chantier Davie.

Son équipage de 36 marins marchands, épaulé de membres du personnel de Davie et de sous-traitants de l’industrie, ont mis à l’eau le navire de 26 000 tonnes pour son tout premier voyage, indique l’entreprise. Sur la route, l’équipe a complété les essais des systèmes de propulsion et de navigation, ainsi que ceux des systèmes militaires à la fine pointe de la technologie, précise le communiqué de la Davie.

À l’arrivée du navire à Halifax, il accueillera à son bord les membres de la Marine royale canadienne pour débuter la formation d’intégration pendant le mois de janvier 2018, tout juste avant d’appuyer les opérations militaires canadiennes dès février 2018, pour les dix prochaines années.

La livraison de l’Asterix représente le premier navire de soutien militaire à entrer en service auprès de la Marine royale canadienne depuis plus de 50 ans. Il s’agit d’ailleurs de la première plateforme navale militaire de grande envergure à être livrée par un chantier naval canadien en plus de 20 ans et du premier navire militaire à être construit depuis l’adoption de la Stratégie nationale de construction navale, souligne l’entreprise avec fierté.

«La livraison de ce navire est une innovation qui fait rayonner l’industrie canadienne et qui marque une nouvelle ère importante en matière de pouvoir maritime canadien, et qui, encore une fois, permet à la Marine royale canadienne de se déployer à l’international lors d’opérations de combat, de lutte pour la paix et lors d’opérations humanitaires. Considérer la classe Resolve comme un simple navire militaire est une vision fort simpliste. Cette classe est véritablement un multiplicateur de force qui fournira une base d’opération déployable à l’international pour les Forces canadiennes.» a affirmé Spencer Fraser, Chef de la direction de Federal Fleet Services Inc.

Le navire de soutien militaire de la classe Resolve, l’Asterix, a été conçu par Rolls-Royce et satisfait aux exigences les plus pointues de l’OTAN et de Lloyd’s Register afin d’appuyer les opérations militaires, plus précisément pour répondre à ses besoins primaires de ravitaillement en mer, mais aussi en termes de redondance de systèmes, de contrôle des dommages, d’entreposage de munitions et d’autres systèmes à bord, ajoute le communiqué.

«C’est un point tournant pour Davie. Lorsque nous avons débuté ce projet, nous avons vérifié ce que le ministère de la Défense nationale avait prévu pour les navires de soutien militaire depuis 2005, et nous avons rapidement réalisé que la conception allemande datant de 26 ans pouvait être améliorée. Par exemple, deux stations de ravitaillement en mer signifieraient qu’il ne satisferait pas pleinement aux exigences les plus récentes de l’OTAN, faisant mention de l’importance capitale de quatre stations de ravitaillement en mer.», a commenté Alex Vicefield, Président de Chantier Davie. «Nous avons donc rassemblé nos forces et nous avons conçu les plans d’un navire de soutien militaire innovateur et moderne qui possède les systèmes le plus récents et à la fine pointe de la technologie, conformes aux engagements du Canada à l’international ainsi que ceux envers l’OTAN, et qui pourrait aussi fournir une plateforme construite à des fins de soutien en cas de crises humanitaires. Nous voulions livrer un navire qui égalerait, voire excéderait les capacités des meilleurs navires de soutien militaire du monde entier. En étroit partenariat avec la MRC, le gouvernement du Canada et les membres de l’industrie canadienne de partout au pays, nous pouvons affirmer avec conviction que nous avons aujourd’hui atteint nos objectifs.»

La construction de l’Asterix a été financée par le secteur privé à 100 %, alors que pour la première fois dans l’histoire moderne de l’approvisionnement du Canada, tous les risques financiers et techniques ont été absorbés par les entreprises impliquées, soit Chantier Davie et Federal Fleet Services. Au contraire d’autres projets maritimes en cours, le contribuable canadien n’a pas été contraint de payer un seul sou avant que le navire soit prêt et apte à satisfaire les besoins de la MRC.

IHS Markit (Jane’s), le chef de file des firmes internationales d’analyse en matière de navigation militaire et de défense, a considéré le navire de soutien militaire de la classe Resolve, dans tous les aspects, comme égal aux meilleurs navires de soutien militaire du monde.

Le navire de soutien militaire de la classe Resolve a été livré en 24 mois, a employé plus de 1 000 Canadiens sur le site de chantier Davie et a fourni des contrats à 918 fournisseurs canadiens de partout au pays.

Conformément à la pratique courante, également adoptée par les alliés clés du Canada, y compris la US Navy et la Royal Navy, le navire a été converti en utilisant la coque d’un porte-conteneurs moderne, de haute qualité et renforcée pour la glace. Au cours de la transformation, le navire a été démonté puis reconstruit de façon modulaire. Il a ensuite été équipé des mêmes systèmes militaires canadiens clés qui seront installés sur la future flotte navale canadienne, comme le système tactique et de navigation intégré provenant d’OSI à Vancouver, le système de gestion de plateforme intégrée de l’entreprise montréalaise L3 MAPPS ainsi que les systèmes de ravitaillement en mer de Hepburn, de Toronto.

Parmi ses autres caractéristiques innovatrices, il convient de noter une vaste zone de manutention intermodale accessible en mer (une première au sein de l’OTAN), le premier hôpital canadien en mer (muni d’une salle d’opération complète) ainsi qu’une capacité aéronautique avancée capable d’accueillir tous les hélicoptères de l’ARC (y compris les Chinook).

Une centrale électrique et un système de propulsion entièrement redondants ont également été installés afin d’éviter le risque d’une défaillance complète de la centrale électrique qui a frappé le NCSM PROTECTEUR en février 2014.

L’Asterix sera également le navire « le plus écologique » du gouvernement canadien et il possède, parmi plusieurs autres innovations environnementales, le système de gestion des déchets MAG 8 créé par l’entreprise montréalaise Terragon.

Tout comme les navires de soutien interarmées, le navire peut être muni d’un éventail de systèmes d’auto-défense actifs et passifs, y compris les trois systèmes d’arme de combat rapproché Raytheon Phalanx 20 mm.

Le navire demeurera la propriété de Federal Fleet Services et sera exploité par un équipage mixte constitué de membres de la marine marchande canadienne et du personnel de la Marine royale canadienne pour au moins dix ans. La vie utile du navire est de 40 ans.

Le Canada possède l’option d’achat du navire en tout temps pendant la durée de la location, ou une fois que cette dernière aura été complétée. Avec une valeur actuelle de 659 M$, le prix de l’Asterix constitue une fraction des coûts des navires de soutien interarmées présentement prévus (L’évaluation du DPB de 2013 indique une probabilité de 50 % que le coût de chaque NSI dépasse 2,1 G$).

Alors que l’Asterix demeure la propriété de Federal Fleet Services, le navire va naviguer sous le pavillon de l’entreprise et sera connu comme Navire à moteur Asterix.

Chantier Davie est engagé dans un combat pour obtenir ce que les politiques québécois appellent sa juste part de la manne fédérale.

Davie et Federal Fleet Services redisent dans leur communiqué d’aujourd’hui soutenir la nouvelle politique de défense du gouvernement – Protection, Sécurité, Engagement – selon laquelle au moins deux navires de soutien militaire sont requis, et rappelle même que «la plupart des experts maritimes conviennent que le Canada nécessite quatre tels navires afin de s’assurer de leur disponibilité sur les deux côtes en même temps, afin de former des groupes opérationnels internationaux, et afin d’assurer la redondance lors des périodes d’entretien.»

Le chantier de Lévis avait pourtant de bonne raison d’être optimiste après le succès de l’Astérix et comptait sur la construction d’un deuxième navire de ravitaillement dont la Marine avait bien besoin, mais Ottawa a annoncé qu’il ne commanderait pas un deuxième navire ravitailleur pour la Marine royale canadienne alors la construction du premier navire de ravitaillement achève et que le carnet de commandes du chantier est mince.

À peu près tout le Québec politique, élus de la région de Québec, maire de Lévis, maire de la vieille capitale et premier-ministre du Québec en tête, s’est mobilisé, jusqu’ici sans succès, pour amener Ottawa à modifier sa façon de faire pour inclure Chantier Davie dans la stratégie nationale de construction navale adoptée et mise en place par le gouvernement conservateur précédent qui ne favorise qu’Irving Shipbuilding et Vancouver Shipyards.

En raison des retards et de la capacité de construction réduite dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, le premier navire de soutien interarmées ne sera vraisemblablement pas livré avant 2026 au plus tôt, et possiblement aussi tard que 2028. Face à une telle situation, Davie a offert de construire un deuxième navire de soutien militaire de la classe Resolve pour la Marine royale canadienne afin de réduire le besoin du Canada de louer des navires supplémentaires des marines chilienne et espagnole pour les dix ans à venir.

Mais, en dépit de tout et malgré la mobilisation générale, c’est un total de 800 travailleurs de la Davie qui ont jusqu’à maintenant du être mis à pied.

Pendant ce temps, l’Asterix entrera en cale près du Halifax Seaport Farmers’ Marketest le 27 décembre vers 8h30. après une tempête de neige en quittant Québec et deux tempêtes hivernales en route pour Halifax avec des vents de 75 noeuds (138 km/heure) et des vagues de 7 mètres.

Le navire de soutien militaire de la classe Resolve loué à la Marine royale canadienne entrera donc en service le 1er janvier 2018, fournissant à la marine du carburant, des cargaisons, des munitions, un hôpital flottant, une plateforme pouvant accueillir deux hélicoptères ainsi que des quartiers pour les opérations humanitaires et de secours.

Les commentaires sont fermés.