Prestations d’invalidité: le nombre de vétérans en attente d’une réponse grimpe encore

0

En plus des chiffres démoralisant sur le taux de suicides chez les vétérans et le cuisant revers infligé un peu plus tôt cette semaine par la Cour d’appel de Colombie-Britannique aux vétérans d’Equitas, on apprend également que le nombre de vétérans qui attendent une réponse à leur demande de prestations d’invalidité a encore monté en flèche au cours des huit derniers mois, avec des milliers de demandes en suspens.

Anciens Combattants Canada indique en effet qu’environ 29 000 dossiers étaient en attente à la fin du mois de novembre – une augmentation de près de 50% par rapport au mois de mars, ajoutant que près du tiers de ces demandes se trouvaient en attente depuis plus de 16 semaines, ce qui constitue également une hausse depuis le printemps, en plus de signifier que les délais continuent de s’allonger.

Même si le problème n’est pas nouveau, les derniers chiffres sur l’ampleur des retards ont suscité une nouvelle vague d’indignation.

« C’est tellement important pour les gens en transition vers la vie civile et ça peut toucher un paquet d’autres facteurs, comme la capacité à payer ses factures » de déclarer le directeur administratif de Wounded Warriors Canada, Scott Maxwell, cité par l’agence de presse. »Dans certains cas, ça peut faire la différence entre être un vétéran itinérant ou pas.»

Le ministre canadien des Anciens Combattants, Seamus O’Regan, affirme quant à lui que des mesures ont été adoptées pour s’attaquer à ces retards. Plus d’employés ont été embauchés et l’examen des dossiers a été simplifié de sorte à accélérer le processus et accorder davantage le bénéfice du doute aux vétérans.

Les demandes de prestations d’invalidité ont crû de 20 pour cent entre avril 2015 et mars 2016, mais cette augmentation n’expliquerait pas à elle seule pourquoi la liste d’attente s’est tant allongée cette année.

Les libéraux font valoir qu’Anciens Combattants Canada a été durement frappé par les compressions budgétaires et les vagues de licenciement sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper et qu’ils ont, eux, avoir rempli 460 nouveaux postes depuis leur arrivée au pouvoir.

Ces nouveaux chiffres sur l’ampleur des retards dans le traitement des demandes de prestations d’invalidité ajoute de l’huile sur le feu alors qu’un rapport inédit du Ministère des Anciens Combattants la levé cette semaine le sombre voile des suicides chez les vétérans canadiens, révélant que que le risque de suicides chez les ex-militaires est «significativement supérieur» à celui de la population canadienne en général.

En outre, amère défaite pour les ex-militaires, dans le recours des vétérans d’Équitas (Scott v. Canada), où six anciens combattants alléguaient avoir été injustement traités en raison des changements dans la Nouvelle Charte des anciens combattants en avril 2006 à la façon dont le gouvernement indemnise les militaires blessés en service, la Cour d’appel de Colombie-Britannique a annulé la réclamation des demandeurs dans son intégralité, infligeant un cuisant revers au groupe de vétérans.

Le système de prestations d’invalidité à vie avait en effet été remplacé en 2006 par un paiement forfaitaire unique, des programmes de formation professionnelle et des allocations ciblées et, malgré ses promesses, le gouvernement Trudeau n’a pas encore rétabli la prestation à vie.

Le ministre O’Regan s’est engagé à dévoiler un nouveau régime d’ici la fin de l’année, mais bon nombre de vétérans craignent toujours qu’il soit en deçà de celui remplacé il y a plus de dix ans.

Les commentaires sont fermés.