Vétérans invalides: la Légion royale canadienne salue le rétablissement de la pension à vie

0

La Légion royale canadienne, tout en admettant que le nouveau plan ne plaira pas à tous les vétérans, a réagi favorablement au rétablissement tant attendue de la pension à vie à compter d’avril 2019 pour les vétérans dont l’invalidité est liée au service, mesure saluée aussi ailleurs, mais avec parfois d’importantes réserves.

La Légion qui, bien que travaillant indépendamment du gouvernement, tient elle à préciser, a fait partie d’un groupe consultatif en matière de politiques qui a contribué à aviser Anciens Combattants Canada lors de l’élaboration de son nouveau plan, juge aujourd’hui le plan des libéraux prometteur.

« Suite à son examen des détails préliminaires entourant une nouvelle option de pension à vie pour les vétérans, tels que divulgués par Anciens Combattants Canada, la Légion royale canadienne voit le tout d’un œil encourageant. « , a déclaré par voie de communiqué la Légion est la plus grande l’organisation de soutien aux vétérans et de services communautaires qui, avec 275 000 membres, est la plus importante du genre au Canada.

« Le plan de pension à vie offre des éléments clés susceptibles d’améliorer le soutien et la stabilité du revenu de nos vétérans blessés », a déclaré son président national, Dave Flannigan.

La Légion se montre particulièrement satisfaite des point suivants, précise-t-elle dans son communiqué: l’engagement à fournir un solide plan de communications qui verra à ce que chaque vétéran et sa famille soient pleinement informés des changements et de leurs incidences sur eux; l’effort visant à simplifier les programmes de soutien du revenu en un seul avantage financier, l’engagement à la simplification du système et de ses processus en matière d’accès aux soutiens, l’accent mis sur la sécurité financière à vie pour les vétérans les plus gravement malades et blessés, et basé sur l’ampleur des besoins, et la prise en compte des besoins de la famille du vétéran.

« Toutefois, en l’absence de tous les détails entourant sa mise en place, il nous faut faire preuve de patience afin de voir comment les choses vont évoluer », nuance la Légion qui rejoint l’activiste et blogueuse de 45eNord.ca, Jenny Migneault qui écrivait ici que, si le retour à la pension sera (finalement) réinstauré était « Une bonne nouvelle en soit pour les vétérans s’il en est une », rappelait tout le travail qui reste encore à faire pour abattre « barrières qui érigent un mur autour d’un vétéran. »

La Légion, qui continue à souhaiter des révisions progressives et continues, insiste notamment pour sa part sur la parité avec la Loi sur les pensions et un soutien financier complet et absolu pour les familles.

Un plan salué ailleurs comme une amélioration bienvenue, mais avec des bémols

Si, pour la Légion les nouveaux avantages du nouveau plan constituent une «amélioration bienvenue», d’autres déplorent encore la complexité du système et souligne que le nouveau plan profitera surtout au vétérans handicapés à 78%, qui ne représentent que 3,5% des demandeurs.

Du côté de l’opposition à Ottawa les conservateurs ont rappelé le passé, déplorant que les vétérans aient du attendre et que certains « aient eu à se battre contre leur propre gouvernement pour le soutien et les indemnités qu’ils ont mérité » plusieurs parmi les vétérans, sans offrir une critique détaillée et substantielle du plan libéral.

Pendant ce temps, Peter Stoffer, un ancien député néo-démocrate et défenseur de longue date des anciens combattants, a pour sa part rappelé que les règles d’Anciens combattants Canada sont extrêmement complexes et nuancées, même pour quelqu’un ayant des années d’expérience avec le système, et que les détails complets de ce que signifie une annonce de cette envergure ne sont pas encore tout à fait évidents, ce que la Légion reconnaît elle aussi.

« C’est très confus en ce moment – à quelque chose qui aurait dû être simple, ils ont ajouté une énorme couche d’ambiguïté sur tout cela », a-t-il déclaré.

Le néo-démocrate a aussi indiqué qu’il était préoccupé par les changements apportés aux prestations de survivant, selon lesquelles le soutien aux conjoints passera de 50 à 70 pour cent de la prestation de remplacement du revenu du vétéran, ce qui est insuffisant à ses yeux.

Bref, un pas dans la bonne direction, même un grand pas, mais rien de parfait et, comme le disait le critique conservateur Pierre Paul Hus, vice-président du Comité permanent de la sécurité publique et nationale et lui-même ex-militaire, « Le Diable est dans les détails ».

Les commentaires sont fermés.