À Ottawa, journée de l’industrie sur le futur chasseur où Boeing brille par son absence

0

Boeing brillait par son absence cette semaine à une réunion à Ottawa des représentants gouvernementaux ainsi que des représentants de l’industrie de l’aérospatiale et de la défense de partout au monde ont tenu à Ottawa pour se renseigner sur le processus d’approvisionnement concurrentiel en cours lancé le mois dernier en vue de remplacer la flotte de chasseurs du Canada.

En lançant l’appel d’offres le 12 décembre dernier, Ottawa a insisté sur son exigence d’impact économique à laquelle il semble accorder beaucoup d’importance: «S’il est établi à l’évaluation des propositions qu’un soumissionnaire nuit aux intérêts économiques du Canada, ce soumissionnaire sera nettement désavantagé. Ce nouveau volet de l’évaluation ainsi que les lignes directrices sur son application comme outil d’approvisionnement courant seront définis par la tenue des consultations appropriées.»

Cette exigence qu’Ottawa n’a pas manqué de rappeler lors de la réunion de cette semaine, au delà de la proposition elle-même, vise clairement le soumissionnaire et semble bien s’adresser tout particulièrement à Boeing, qui a obtenu de l’administration du président Donald Trump l’imposition de taxes de 300% pour tout avion civil C-Series de Bombardier vendu aux États-Unis.

L’avionneur américain a pour sa part préféré ne pas participer à la réunion de cette semaine, indiquant qu’il souhaitait d’abord consulter les détails de l’appel d’offres avant de se lancer dans la course et de proposer son avion de chasse Super Hornet,

Les constructeurs souhaitant participer à l’appel d’offres n’étaient toutefois pas tenus d’assister à cette rencontre préparatoire, mais l’absence de Boeing n’augure rien de bon pour le constructeur américain qui a déclenché au printemps dernier une guerre commerciale l’avionneur Bombardier, fleuron de l’industrie aéronautique canadienne, qu’il accusé de dumping aux États-Unis.

À la séance d’information de cette semaine, les participants ont pu obtenir des détails sur le processus d’approvisionnement prévu, le calendrier estimatif, et les objectifs opérationnels généraux de la capacité future en matière de chasseurs, ainsi que l’approche à l’égard du soutien et de la mise à profit des retombées économiques.

Au cours des prochaines semaines, le Canada établira une liste d’équipes de fournisseurs, composée de gouvernements étrangers et de fabricants de chasseurs ayant démontré leur admissibilité conformément à l’invitation à participer à la Liste de fournisseurs. Tous les gouvernements étrangers et toutes les entités commerciales sont invités à participer à ce processus.

«Cette mobilisation des fournisseurs éventuels est une autre étape importante du processus visant à remplacer la flotte de chasseurs du Canada. Nous sommes déterminés à travailler en collaboration avec les partenaires industriels et gouvernementaux pour nous assurer que ce processus est mené à bien correctement, et que l’Aviation royale canadienne dispose ainsi de l’équipement dont elle a besoin aussi rapidement que possible. La réussite de ce processus repose sur la participation de nombreux intervenants, et nous sommes heureux de la réponse que nous avons obtenue de la part des fournisseurs éventuels.», a expliqué la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Carla Qualtrough.

«Le gouvernement du Canada doit assurer la sûreté et la sécurité des Canadiens. Les discussions que nous tenons actuellement avec les gouvernements étrangers et avec l’industrie nous permettront d’obtenir l’équipement que nos femmes et nos hommes en uniforme ont besoin pour protéger notre souveraineté.», a pour sa part déclaré le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Pour que Les Forces armées canadiennes puissent continuer d’exécuter leurs missions et de respecter leurs obligations internationales en attendant l’acquisition de 88 avions de chasse afin de remplacer la flotte actuelle de CF-18, le Canada a officiellement annoncé le 12 décembre son intention d’acheter rapidement 18 F-18 australiens usagés pour compléter sa flotte actuelle.

L’attribution d’un contrat pour le remplacement dela flotte canadienne de chasseurs est prévue pour la période de 2021 à 2022, et la livraison du premier chasseur de remplacement pour 2025. Ces délais, dit Ottawa, correspondent au temps que d’autres pays ont pris pour mener à bien un processus d’approvisionnement ouvert visant à attribuer un marché d’une ampleur et d’une complexité comparables.

Les commentaires sont fermés.