Mark Norman: un an après, toujours aucune accusation contre l’ancien vice-chef d’état-major de la Défense

0
Le vice-amiral Mark Norman. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un an jour pour jour après que le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance eut relevé de ses fonctions son numéro 1, le vice-chef d’état-major de la Défense, le vice-amiral Mark Norman, après des allégations de secrets divulgués, aucune résolution de la situation n’est encore à l’horizon.

La Gendarmerie royale du Canada allègue que le vice-amiral Mark Norman a violé le Code criminel en coulant des informations confidentielles à des dirigeants de Chantier Davie, qui s’inquiétait du retard d’Ottawa dans l’approbation finale du Projet Resolve, prévoyant la conversion d’un navire marchand en ravitailleur pour la Marine royale canadienne.

Or, un an après sa suspension, le vice-amiral Norman n’est toujours officiellement accusé de rien du tout ! Cependant, selon certaines informations de CBC News, son cas serait depuis l’été dernier entre les mains des procureurs et l’enquête de la GRC poursuivrait son cours.

Une porte-parole de la GRC, Stéphanie Dumoulin, a indiqué à 45eNord.ca que puisque «l’enquête criminelle est toujours en cours […] nous ne sommes pas en mesure d’émettre de commentaire en lien à propos de ce dossier».

Fin 2015, plusieurs rapports dans les médias, y compris sur 45eNord.ca, faisaient état d’hésitations du nouvellement élu gouvernement libéral de Justin Trudeau dans la transformation d’un navire marchand en ravitailleur pour la Marine royale canadienne. Ces fuites d’informations, afin sans doute d’influencer le Cabinet fédéral, viendraient notamment du vice-amiral Norman, selon les allégations et auraient été transmises à un dirigeant de Chantier Davie, qui les auraient lui-même transmises à des lobbyistes à Ottawa, qui les auraient alors données à des journalistes.

Le vice-amiral Norman avait justement déclaré en 2016 que les retards dans les programmes de construction navale, retards complètement évitables selon lui, avaient causé des torts considérables à la Marine royale canadienne.

La GRC a alors effectué, début janvier 2017, une descente au domicile du vice-amiral et c’est donc peu après que le général Vance aura pris la difficile décision de suspendre Mark Norman, celui qui était encore jusqu’à récemment un commandant aimé et respecté de la Marine royale canadienne.

La Gendarmerie royale canadienne qui mène l’enquête n’a tout simplement pas le droit à l’erreur dans ce dossier tant les enjeux sont importants et la réputation de son institution et celle des Forces armées canadiennes sont en péril. Certaines enquêtes aussi délicates ont mis jusqu’à une décennie pour arriver à leur termes !

Depuis, le fameux navire du Projet Resolve, l’Astérix, a fini sa conversion dans les temps et dans le budget par les équipes de Chantier Davie et après un voyage entre Québec et Halifax, le navire a commencé ses essais, avec pas plus tard qu’aujourd’hui ses tout premiers essais de ravitaillement en mer avec le NCSM Toronto.

Le Canada avait un besoin urgent de ce navire, puisque les deux derniers ravitailleurs de la Marine royale – le Preserver et le Protecteur, qui ont été construits dans les années 60 – étaient trop vieux pour reprendre la mer et ont été décommissionnés.

Les commentaires sont fermés.